Fipronil : la liste des produits retirés de la vente s’est allongée !

25 août 2017
Par Klervi Le Cozic
Des références de brownies et de muffins ont été ajoutées à la liste qui contient des références de gaufres, pommes dauphines ou pâtes, jeudi soir, par le ministère de l’Agriculture.

La liste de produits qui contiennent potentiellement du Fipronil continue de s'allonger. Hier soir, cinq références de muffins et deux références de brownies ont été ajoutées à la liste par le ministère de l'agriculture. Il s'agit de brownies vendus sous la Marque Repère de chez Leclerc et sur les cinq sortes de muffins, quatre sont aussi de la marque repère, le cinquième est estampillé « Leader Price ». Dans la liste on trouve déjà des gaufres de chez Franprix, Système U, Monoprix et Casino, mais aussi des pâtes de la marque Grand'mère.

Certains produits ont été fabriqués en Belgique, c’est le cas des muffins et des brownies récemment ajoutés à la liste. D’autres, comme les nids et les torsades ont été fabriqués en France, mais les œufs viennent des Pays-Bas.

Sur son site, le ministère de l’Agriculture se veut rassurant. Il précise que les produits sont retirés du marché, car ils ont des concentrations en fipronil supérieures à la limite réglementaire (LMR = 0,005 mg/kg de produit). « Bien que ne présentant pas de risque pour la santé, ils sont listés dans un souci d'information du consommateur » peut-on lire dans un communiqué.

 Le fipronil : c’est quoi ?

C'est un insecticide qui est utilisé par les vétérinaires pour traiter les animaux de compagnie contre les poux, les tiques et les acariens. En revanche, ce produit est interdit pour le traitement des animaux destinés à la consommation. Alors, la question se pose, comment des œufs de volailles ont-ils été contaminés par du fipronil ? « Un opérateur belge a commercialisé, à destination d'élevages de volailles, un produit antiparasitaire (DEGA16) falsifié : un insecticide, le fipronil, a été introduit illégalement dans ce produit » peut-on lire sur le site du ministère de l'Agriculture qui précise : « actuellement, les autorités belges mènent une enquête judiciaire pour fraude de la part de cet opérateur. Des investigations sont menées parallèlement pour retracer les circuits de commercialisation des lots de DEGA16 contaminés. »

En France une enquête a aussi été lancée pour identifier les utilisations éventuelles de DEGA 16 falsifié et faire des analyses pour savoir si les produits ont été contaminés ou non par du fipronil.