A Talence, le "Permis jeune et solidaire" trouve son public

bouchons
Bison Futé enregistrait encore 10 km de bouchons sur l'A63 à 18h30.
Crédit: CCO photo d'illustration

26 octobre 2021 à 16h47 par Clara Echarri

La ville de Talence, dans la Métropole Bordelaise, propose de rembourser 700 euros sur le permis des jeunes talençais de 18 à 25 ans. ils doivent en échange réaliser 70 heures de bénévolat dans une association locale.

Rembourser 700 euros sur le coût du permis en échange de 70 heures de bénévolat dans une association. C'est ce que propose la mairie de talence aux jeunes entre 18 et 25 ans, habitants sur la commune depuis au moins trois ans. Intitulé "Permis jeune et solidaire", le dispositif a déjà validé 40 dossiers, et sera reconduit en 2022. 

Les jeunes qui souhaitent bénéficier de ce coup de pouce remplissent un formulaire : le service Jeunesse et Vie Etudiante de Talence peut également les aider. "On voulait quelque chose de simple et efficace, pas 25 pages à remplir" explique le maire, Emmanuel Sallaberry. 

Le principe est donc le suivant : une fois le dossier du jeune validé, il choisit une association parmi celles qui se sont manifestées auprès de la mairie de Talence. Il va y effectuer 70 heures de bénévolat, en suivant la mission qui lui sera attribué. Une fois le permis B obtenu, la mairie s'engage à rembourser 700 euros au candidat. 

"Les associations locales nous ont fait part de leurs besoins : en fonction de ça, on décide combien de dossiers on peut prendre. 700 euros nous paraissait une bonne moyenne. On ne voulait pas donner cette somme sans aucune contrepartie : c'est aussi normal de rendre un service à la communauté en échange". 

Pour Emmanuel Sallaberry, ce dispositif bénéficie à tous : aux jeunes, aux associations, aux entreprises, et à la mairie : "C'est gagnant gagnant. Les jeunes vont être incité à passer leur permis de conduire, les associations vont avoir les bénévoles dont elles ont besoin, et les entreprises peuvent recruter plus facilement. On sait que ne pas avoir le permis peut être un frein à l'embauche." 

Le permis doit être passé dans l'une des sept auto-écoles talençaises : une façon aussi de favoriser l'activité économique au niveau local. "Pour la mairie, c'est avantageux. Les associations locales sont astisfaites, les entreprises aussi et les jeunes s'investissent !"

Objectif aussi, faire rester les jeunes dans les associations en question : "ils ne savent pas toujours qu'il y a des besoins, et pas forcément à côté de chez eux. Le fait de les mettre en lien direct, de servire de relais, leur permet de s'engager bénévolement".