Incidents Nice – OM : les sanctions disciplinaires commencent à tomber

Match de football Nice-OM du 22 août
Le match de football Nice-OM du 22 août avait été émaillé d'incidents.
Crédit: Valery Hache/AFP

26 août 2021 à 10h12 par Iris Mazzacurati

La Ligue de football professionnel a prononcé de premières sanctions disciplinaires à l'encontre des deux clubs impliqués dans les incidents du match de football Nice – Marseille.

Un membre du staff de Marseille suspendu, un match à huis clos à Nice, en attendant d'autres décisions le 8 septembre... Trois jours après la soirée niçoise, terminée dans le chaos à même la pelouse de ce stade de Ligue 1, les sanctions commencent à tomber.

Pour le moment, seul le préparateur physique de l'Olympique de Marseille, Pablo Fernandez, a été suspendu "de toutes fonctions officielles" à titre conservatoire. Les images de son sprint de 50 mètres pour aller asséner un coup de poing à un supporter descendu sur la pelouse, avaient fait le tour des réseaux sociaux. Il risque plusieurs mois de suspension.

Quant à l'OGC Nice, responsable du comportement de ses supporters au regard du règlement, il devra disputer son prochain match sans spectateurs ("huis clos total"), samedi contre Bordeaux (17h00), en attendant les décisions définitives.

Pour le reste, et sans surprise, la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a placé le dossier en instruction, et promet de rendre ses décisions le mercredi 8 septembre.

Un supporter jugé le 22 septembre

Sur le terrain judiciaire, le dossier s'est poursuivi mardi au tribunal judiciaire de Nice, avec le placement sous contrôle judiciaire d'un supporter niçois auteur d'un coup de pied en direction de Dimitri Payet. 

Celui-ci a exprimé ses regrets, indiquant se sentir "honteux". Il sera jugé le 22 septembre après avoir demandé un délai pour préparer sa défense. 

Le parquet de Nice a annoncé dès lundi l'ouverture de plusieurs enquêtes, notamment pour "jets de projectiles" et "violences volontaires aggravées", tandis que le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez a déjà ordonné la fermeture "pour les quatre prochains matches disputés à domicile" de la tribune Populaire Sud de l'Allianz Riviera.

Depuis le début de saison, plusieurs matches ont été émaillés d'incidents impliquant les supporters, notamment des affrontements hors du stade en marge de OM-Bordeaux, Brest-Rennes ou encore Lens-Saint-Etienne, ainsi que des jets d'objets lors de Montpellier-OM le 8 août. Sur ce dernier match, une fermeture de deux tribunes pendant trois rencontres a été prononcée mercredi.

Une situation considérée comme une "tendance inquiétante" par le président de la LFP Vincent Labrune dans un courrier adressé au gouvernement et dans lequel il a appelé, mardi, à une "action commune" pour la sécurisation des stades.

I