Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Agression au CHU de Bordeaux : l’aide-soignante a tout inventé

27 octobre 2017 à 11h55 Par Diane Charbonnel
Crédit photo : pixabay

Une aide-soignante du CHU de Bordeaux a avoué s’être blessée elle-même pour faire croire à une agression mardi soir.

Les faits avaient été pris très au sérieux par le CHU de Bordeaux. La direction avait d’ailleurs communiqué très rapidement sur cette agression qui avait eu lieu dans les vestiaires de l’hôpital Pellegrin mardi soir vers 21h. Une aide-soignante avait été agressée alors qu’elle était en train de se changer après sa journée de travail. Elle avait tout de suite été hospitalisée sur place. Son pronostic vital n’était pas engagé mais cette femme de 49 ans avait malgré tout été gravement blessée. Selon ses dires, un homme lui avait frappé la tête contre un lavabo avant de lui donner plusieurs coups au ventre avec un couteau ou un tournevis. La victime avait ensuite essayé de s’enfuir avant de s’écrouler dans le couloir. C’est là qu’elle avait été retrouvée par ses collègues.

Beaucoup de questions se posaient après cette agression. Alors que le personnel avait tout de suite dénoncé un manque de sécurité dans l’hôpital, la direction avait elle assurait que la porte du vestiaire, réservée au personnel et uniquement accessible par badge, n’avait subi aucune effraction. Une enquête avait été ouverte. Un comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail extraordinaire avait été convoqué. L’agresseur était lui toujours recherché.

Une personne fragile

L’aide-soignante est finalement passée aux aveux jeudi face aux policiers de la Brigade de répression des atteintes aux personnes de la Sûreté départementale. La nature de ses blessures aurait interpellé les enquêteurs. Elles n’auraient pas été compatibles avec une agression. Selon nos confrères de Sud Ouest, la victime aurait finalement avoué s’être mutilée elle-même et s’être blessée à la tête en tombant.

L’aide-soignante, jugée fragile, aurait commis les faits suite à des problèmes personnels.

L’enquête a finalement rapidement été résolue.