Bac : des blocus à partir de lundi pour le contrôle continu, à l'appel d'un syndicat étudiant

WIT FM
Le gouvernement a annoncé jusqu'à présent maintenir l'épreuve de philosophie et le grand oral.
Crédit: CC0 - photo d'illustration

30 avril 2021 à 12h11 par Iris Mazzacurati

Leur pétition pour demander que le bac soit entièrement validé via le contrôle continu a récolté presque 200 000 signatures en moins d'une semaine. L'Union nationale des lycéens (UNL) appelle à des blocus dans les lycées à partir de lundi 3 mai.

En raison d'une année "très compliquée", marquée par la crise sanitaire, les conditions ne sont pas réunies pour passer les épreuves dans de bonnes conditions, explique l'UNL.

Le syndicat fait état d'une pétition en ligne demandant l’annulation des épreuves de fin d’année, qui a récolté presque 200 000 signatures en moins d'une semaine.

Il réclame notamment l'instauration du contrôle continu pour la validation des épreuves de fin d'année pour les filières générales, technologiques, professionnelles, les BTS et les élèves du CNED, l'annulation du grand oral, et des sessions de rattrapage accessibles aux lycéens et lycéennes qui n’auraient pas validé le baccalauréat par le contrôle continu.

Lundi, les lycéens reprendront les cours en demi-jauge, avec une alternance de classes en présentiel et distanciel.

Jeudi, dans un entretien accordé à la presse régionale, le chef de l'Etat Emmanuel Macron a évoqué le baccalauréat en répétant que les deux épreuves qui ont des examens terminaux, la philosophie et le grand oral, seraient "maintenues".


Appel à bloquer les lycées et "prendre la rue"


Après ces annonces, l'UNL appelle les lycéens et lycéennes "à massivement bloquer leurs lycées et à prendre la rue", à partir de lundi. "Le milieu lycéen est une poudrière", a confié à l'AFP son vice-président, Elie Saget.

Jeudi, les ministères de l'Education et de l'Enseignement supérieur ont détaillé les modalités de la session de rattrapage exceptionnelle prévue cette année pour les 180 000 candidats en BTS qui ne pourront pas valider leur diplôme.

La session sera composée de deux épreuves orales : une interrogation portant sur les disciplines générales et une autre sur le domaine professionnel.

"Pour chaque interrogation, une note sera attribuée qui pourra, lorsqu'elle en améliorera la valeur, remplacer la moyenne initiale" du candidat, est-il précisé.





(Avec AFP)