Bordeaux appelle l'Union européenne à mieux encadrer les plateformes de locations saisonnières

WIT FM
Bordeaux, victime de son succès.
Crédit: Pixabay - Image d'illustration

5 mars 2020 à 6h15 par Florence Jaillet

Avec 21 autres villes européennes très demandées sur le marché touristique, la capitale girondine a co-rédigé un courrier à l'Union européenne pour réclamer une meilleure législation.

Plusieurs villes lancent un appel à l'Europe pour demander un meilleur cadre pour gérer les plateformes d'offres de locations saisonnières, telles qu'Airbnb.

Amsterdam, Athènes, Barcelone, Berlin, Bologne, Bordeaux, Bruxelles, Cologne, Florence, Francfort, Helsinki, Cracovie, Londres, Milan, Munich, Paris, Porto, Prague, Utrecht, Valence, Vienne et Varsovie viennent d’envoyer une lettre commune, dans laquelle elles estiment que "la location saisonnière au sein de logements ne peut être exercée de manière responsable que si la réglementation adéquate est mise en place". Or, "la réglementation européenne actuellement en vigueur nous laisse quasiment démunies face aux géants du numérique de la location saisonnière", expliquent-elles.

"Nous avons de ces logements pour héberger les habitants qui résident et travaillent dans nos villes" disent-elles, confrontées à de trop nombreux exemples de locations saisonnières illégales. Pour autant, les villes estiment que le tourisme est une source importante de revenus et d’emplois et ne condamnent pas ces nouvelles formes de locations touristiques, mais pensent qu'il faut "des mesures pour garantir un développement équilibré entre tourisme durable et logement accessible, conditions de la qualité de vie".

I