Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Bordeaux est désormais à 2h04 de Paris

03 juillet 2017 à 14h27 Par Rédaction

La ligne à grande vitesse qui rallie Bordeaux à Paris en 2h04 a été lancée ce we. Elle devrait accueillir 20 millions de voyageurs par an.

A son bord, samedi, elle a transporté Nicolas Hulot, ministre de l'écologie et Elisabeth Borne, ministre des transports, jusqu'à Bordeaux lors de son voyage inaugural. Dimanche c'était au tour des premiers voyageurs de s'embarquer dans la nouvelle rame baptisée INOUI.

Dominique est fier d'avoir voyagé à bord du premier TGV Paris/Bordeaux en 2h04

A 10h58 dimanche, le premier train de voyageurs est arrivé gare Saint-Jean. "Je tiens ici, mon premier billet Paris/Bordeaux en 2h04, je vais le garder en souvenir" s'exclame Dominique. Ce parisien passionné par les transports ferroviaires ne voulait pas louper ce moment. Un peu plus loin sur le quai, Nicolas, la vingtaine, à l’air enthousiaste. Il avait guetté l’ouverture des réservations pour être sûr d’être à bord du premier train qui ferait le voyage jusqu’à Bordeaux. 

En descendant de la rame blanche et grise, les visages sont souriants et détendus. Même si les tarifs ont augmenté de 15% environ, les passagers semblent satisfaits. Certains ont vanté le confort et l'animation musicale à bord de la rame, d'autres la bonne connexion wifi. Tous ont été unanimes sur la rapidité du trajet. 2h04. De quoi permettre à Thomas, d’aller passer plus souvent des week-ends dans sa famille, installée à Bordeaux, « sans se lever à 6h du matin et de faire 4 heures de trajets aller, et 4 heures retour… c’est long sur un we ! » Les passagers sont tous satisfaits, ou presque. Un groupe emmenant 200 enfants en colonie a perdu des valises dans le train. "Il faut rajouter des emplacements pour ranger les valises ils sont trop petits" souffle un animateur. Ouniel, lui, est venu passer la journée à Bordeaux, curieux. "J'ai envie de voir les animations proposée par la ville à l'occasion de l'inauguration". En guise d'avant-goût il a dévoré les cannelés offerts à bord du train. Le jeune homme qui défend l'éco-mobilité voit dans l'ouverture de la ligne, une nouvelle destination pour le week-end : "Je ne voyage jamais en avion ni en autocar par conviction, car c'est trop polluant, mais je n'aime pas non plus passer des heures dans les transports. Bordeaux - à 2h04 seulement - va s'ajouter à ma liste d'idées ou passer mes fins de semaines".

Par Klervi Le Cozic

Pour Olivier Lacombe, c'est un grand jour. Il a coordonné le départ du 1er TGV, ça mérite bien quelques petits pas de danse sur les quais, au rythme de la fanfare