Info locale

Cancer du sein : le tatouage m'a sauvé !

03 octobre 2017 à 11h15 Par Laure Deville
Crédit photo : inter©Nathalie

Toute cette semaine la Maison Rose située près de la place des Quinconces à Bordeaux se transforme en salon de tatouage. Des femmes viennent se faire tatouer un dessin artistique qui recouvrira leur cicatrice ou leur sein reconstruit et changer leur vie...

« Ce tatouage a changé ma vie… »

Nous nous sommes rendus sur place et nous avons rencontré Laura 33 ans. L’an dernier, elle décide elle aussi de participer à cette première. Après plusieurs rendez-vous avec sa tatoueuse, elles choisissent ensemble un dessin. Ce sera une rose et de la dentelle. Un an après, elle explique que cette expérience a changé sa vie.

Ce qui l’a poussé à faire cela: son mari. « Après mon opération, il a regardé mes seins et a baissé les yeux, il ne les a plus regardés pendant un an, je n’avais plus confiance, je gardais mon soutien gorge de contention et quand on a 30 ans c’est très dur ».

Écouter le podcast

Aujourd’hui, Laura arbore deux magnifiques tatouages sur les deux seins. Elle raconte que, cet été pour la première fois, elle a pu enlever le haut de son maillot « maintenant les gens regardent, mais cela n’est plus assimilé à la maladie, j’ai repris confiance en moi et je prévois de me faire un autre tatouage mais sur l’avant bras cette fois ». « Mon mari est aussi ravi même s’il devient un peu jaloux qu’autant de gens puissent se retourner sur ma poitrine ».

Écouter le podcast 

Une suite…

Cette opération rose Tattoo est un vrai succès qui permet aux femmes de se réapproprier leur corps après une opération qui touche vraiment à la féminité de chacune. À l’origine de tout cela, il y a une femme Nathalie Kaïd photographe-plasticienne.

Écouter le podcast

Les photos prises lors de la semaine Rose Tattoo rejoindront la collection de portraits et de témoignages qu’elle destine à son livre « s’aimer tatouée » qui devrait sortir en décembre prochain. Pour l’instant, un financement participatif a été lancé, vous avez jusqu'au 25 octobre pour y participer.

À l’intérieur de ce livre de 304 pages, 195 témoignages de femmes et de tatoueuses.

Écouter le podcast

« Cela fait trois ans que je travaille sur ce projet. Ces femmes là ont pu grâce au tatouage retrouver leur féminité », explique Nathalie Kaïd. Un livre qu’elle souhaite dédier à l’une d’entre elles pour qui le tatouage n’a pas eu les vertus escomptées et qui a mis fin à ses jours.

Un site internet vient aussi de voir le jour, soeursdencre. Vous pourrez ainsi retrouver toutes les informations sur le tatouage sur une cicatrice, comment, pour qui ? Pourquoi ? vous obtiendrez aussi la liste des tatoueurs qui acceptent de pratiquer ce genre de tatouages.

Écouter le podcast