Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Des vendanges précoces cette année !

21 août 2017 à 11h01 Par Klervi Le Cozic

Les vendanges s’annoncent avec plusieurs semaines d’avance cette année, avec un rendement bien moins important. La faute à une météo capricieuse, expliquent les professionnels.

Les professionnels de la vigne sont tous d’accord pour le dire : cette année 2017 a été particulièrement atypique en termes de conditions météo: un printemps caniculaire, un épisode de gel au mois d’avril puis un été très sec…

Écouter le podcast

Résultat, les vendanges arrivent dans le bordelais comme dans les autres vignobles de France avec quinze jours et même jusqu’à trois semaines d’avance. Les professionnels doivent s’adapter. C’est le cas par exemple de Cédric Coubris le propriétaire du Château La Mouline, à Moulis-en-Médoc. Chez lui, les vendanges se feront probablement mi-septembre tandis que ces dernières années, elles avaient plutôt lieu début octobre, voir aux alentours du dix octobre. Et cette année, elles se feront sans doute en deux temps explique le viticulteur. « On va pouvoir ramasser les contre-bourgeons, ceux qui ont poussé juste après le gel. La maturité n’est pas au même stade que celle des premières grappes. Nous ferons probablement deux vendanges, voire même peut-être trois. C’est proche du fonctionnement qui a lieu dans le Sauternais, c’est très nouveau dans le Médoc ! »

 Heureusement que cela n’arrive pas tous les ans relativise Cédric Coubris. Il se souvient d’une autre année où les vendanges s’étaient annoncées avec deux semaines d’avance. «  C’était en 1991, il y a 26 ans, on est vraiment sur une situation similaire à cette année là sauf que les raisins n’étaient pas de très grande qualité tandis que cette année ils le sont ».

Sur l’ensemble de la Gironde, c’est environ 50 % de la récolte qui vont être perdus explique le propriétaire qui est aussi le président de la fédération des vignerons indépendants en Gironde. Dans sa propriété, à Moulis en Médoc, Cédric Coubris a été touché de plein fouet par l’épisode de gel du mois d’avril, mais même s’il récoltera peu, la qualité devrait être au rendez-vous… « on se console en se disant qu’on a de la maturité et un très joli raisin sourit-il avant d’ajouter « on arrivera à faire quelque chose en petit volume, mais très sympathique ».