Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Du beurre vendu 250 € !

24 octobre 2017 à 14h14 Par Klervi Le Cozic
Crédit photo : Stock Up

La pénurie de beurre qui touche la France en ce moment donne des idées à certains, qui font grimper les prix.

Allons-nous bientôt devoir manger des tartines de pain nature au petit-déjeuner ? La pénurie de beurre commence à se faire sentir en France. Une situation liée à une baisse de la collecte de lait durant l’été et à la forte demande des pays étrangers. Résultat ? Les prix flambent. D’après le journal Libération, le cours du beurre a été quasiment multiplié par trois depuis le mois d’avril 2016. « Les cours mondiaux ont flambé sous l’effet de la pénurie, passant de 2 500 € la tonne au printemps 2016 à 7 000 € cet été » peut-on lire dans le journal Ouest-France. Aujourd’hui, le marché national se trouve « en déficit de beurre » a reconnu mardi le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert. Sur les réseaux sociaux, certains s’en amusent. Sur le bon coin, des bretons ont mis en vente des tartines de beurre salé.

L’auteur de l’annonce a poussé la plaisanterie jusqu’à préciser que "la tartine est passée au grille-pain, cependant j'ai attendu qu'elle refroidisse pour y appliquer le beurre. Il est donc bien dur, non coulant et applicable sur tout autre surface comestible". Toujours en Bretagne, à Plouescat, un petit malin a mis en vente une motte de beurre « un peu entamée » pour la modique somme de … 50 € ! Il en reste tout de même 350 grammes estimons-nous heureux. Le plus « culotté » a poussé les enchères jusqu’à mettre à la vente une demi-plaquette à 250 euros !!!

Dur de savoir si ces plaisantins veulent s’amuser ou mettre du beurre dans les épinards. En tout cas la situation ne devrait pas durer. Le ministre de l’Agriculture a promis que la production de lait allait remonter. Il a aussi évoqué la possibilité de saisir le médiateur des relations commerciales agricoles concernant le prix du beurre afin « de trouver les moyens de remettre autour de la table les distributeurs et les transformateurs pour trouver un accord » a-t-il déclaré à la presse.