Etats-Unis : Trump s'en va, Biden arrive, ce qui va changer

WIT FM
Dès son entrée à la Maison Blanche, Joe Biden prendra 17 actions présidentielles pour revenir sur le
Crédit: JIM WATSON / AFP

20 janvier 2021 à 14h00 par Iris Mazzacurati

Une page se tourne aux Etats-Unis. Le président américain Donald Trump s'envole mercredi pour la Floride quelques heures avant la prestation de serment de Joe Biden qui arrive à la Maison Blanche en se posant en rassembleur d'un pays divisé, inquiet, meurtri.

S'il a finalement remercié le vice-président et son épouse, le tempétueux milliardaire, qui a promis lors de sa dernière allocution : « Je reviendrai d'une manière ou d'une autre », ne l'a jamais félicité et - fait sans précédent depuis 150 ans - il boudera sa cérémonie d'investiture à Washington.

Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton seront eux, en revanche, aux premières loges lors de ce moment fort de la démocratie américaine prévu à midi (18h, heure française), sous un dispositif de très haute sécurité qui rend la capitale fédérale américaine méconnaissable.

La journée restera à jamais dans les livres d'histoire en particulier en raison de l'accession, pour la première fois, d'une femme à la vice-présidence de la première puissance mondiale. Kamala Harris, 56 ans, deviendra aussi la première personne noire, et d'origine indienne, à occuper cette fonction.


L'Amérique ouvre un nouveau chapitre 


Entouré d'un solide cabinet, Joe Biden prendra dès son entrée à la Maison Blanche, 17 actions présidentielles pour revenir sur les mesures phares de Donald Trump, en engageant notamment le retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat et au sein de l'Organisation mondiale de la Santé, selon ses conseillers.

Pour limiter la propagation du Covid-19, qui a fait 400 000 morts dans le pays, le président signera également un décret pour rendre obligatoire le port du masque dans les bâtiments fédéraux, ou pour les agents fédéraux. Et pour atténuer l'impact de l'épidémie, il étendra également le moratoire sur les expulsions de logement et la pause dans le remboursement de prêts étudiants fédéraux.

En matière de politique migratoire, il prendra aussi le contre-pied de Donald Trump qui avait fait de la lutte contre l'immigration illégale un marqueur de sa présidence.

Joe Biden annulera ainsi un décret migratoire controversé adopté par Trump pour interdire aux ressortissants de pays en majorité musulmans d'entrer aux Etats-Unis. Il signera par ailleurs une "proclamation" pour suspendre les travaux de construction d'un mur à la frontière avec le Mexique et son financement grâce au budget du Pentagone.



(Avec AFP)