Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Gironde : six ans de procédure contre les pesticides dans les vignes

08 juin 2017 à 08h08 Par Rédaction

Marie-Lys Bibeyran se bat depuis six ans pour faire reconnaître le cancer de son frère, aujourd'hui décédé, comme maladie professionnelle. Il était exposé aux pesticides dans la vigne dans laquelle il travaillait à Listrac. L'affaire se retrouve ce mercredi devant la Chambre Sociale de la Cour d'Appel de Bordeaux.

Ça fait maintenant six ans que Marie-Lys Bibeyran se bat pour faire reconnaître la maladie de son frère comme maladie professionnelle. Six ans qu’elle se bat aussi pour elle puisque, comme lui, elle travaille dans les vignes.

Ouvrière agricole pour un château de Listrac-Médoc, Marie-Lys, aujourd’hui âgée de 39 ans, est tous les jours exposée aux pesticides sur son lieu de travail. Denis, son frère, a travaillé dans les vignes pendant plus de trente ans et a effectué des pulvérisations de pesticides pendant plus de vingt ans. En 2009, il est emporté par un cancer des voies biliaires intrahépatiques, à 47 ans. Sa sœur en est sûre et certaine, il a contracté sa maladie sur son lieu de travail.

Six ans de procédure

En 2011, Marie-Lys rejoint les associations Générations futures et Phyto-victimes pour que le cancer de son frère soit reconnu comme maladie professionnelle. Marie-Lys se souvient de son frère saignant du nez après avoir effectué des pulvérisations de pesticides dans les vignes. Son frère, qui vivait une vie saine, ne portait pas de combinaison de protection. Et sur le tracteur, rien n’était mis en place pour évacuer les produits toxiques.

Avec l’aide des associations qu’elle venait de rejoindre, Marie-Lys a décidé d’engager un procès contre la Mutualité Sociale Agricole de la Gironde. Le dossier est passé deux fois devant le Comité Régional de Reconnaissance de Maladie Professionnelle. Deux fois Marie-Lys a dû essuyer un rejet. Le tribunal des Affaires de Sécurité Sociale a confirmé ces décisions en première instance, en 2014. L’affaire se retrouve maintenant devant la Chambre Sociale de la Cour d’Appel de Bordeaux.

Décision dans deux mois

C’est cette même Cour d’Appel qui avait demandé en 2015 une expertise sur pièces. L’expert a rendu son rapport ce mercredi devant la Cour. L’audience était prévue à 9 heures. Une vingtaine de manifestants est venue soutenir Marie-Lys. La Cour d’Appel rendra sa décision le 21 septembre.