Gradignan : les sanctions sont tombées après la grève des gardiens de prison

WIT FM
Crédit: Pixabay

10 août 2018 à 12h03 par Florence Jaillet

Les surveillants pénitentiaires avaient été très nombreux à se mobiliser en janvier dernier.

Les sanctions viennent de tomber pour les surveillants pénitentiaires qui avaient manifesté en janvier pour dénoncer leurs conditions de travail et la montée de l’insécurité. Tout était parti d’une agression à l’arme blanche de 3 gardiens par un détenu dans le Pas-de-Calais. Le mouvement s’était étendu à quasiment toutes les prisons françaises. 116 sur 188 avaient suivi l’appel à débrayer.

A Gradignan, 130 surveillants grévistes seront donc mis à pied, dont la moitié sera exclue pendant 5 jours fermes. Des sanctions qui viennent punir les arrêts maladie de l’époque, une façon pour les surveillants, de contourner l’interdiction de faire grève qui leur est appliquée. L’administration pénitentiaire avait déjà procédé à des retenues sur salaires, quelques semaines après la fin du mouvement.

I