Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Grippe aviaire : six semaines de vide sanitaire

18 avril 2017 à 14h33 Par Rédaction

Le vide sanitaire imposé par le gouvernement a commencé ce lundi. 1 000 communes du sud-ouest sont concernées. Objectif : tenter d'enrayer cette épidémie de grippe aviaire.

Ils le redoutaient depuis le 1er décembre, depuis la découverte des premiers foyers du virus H5N8 dans la région. Plus de quatre mois plus tard, les producteurs de foie gras du sud-ouest s’apprêtent à passer quelques semaines compliquées. Jusqu’au 28 mai, ils vont devoir abattre leurs dernières bêtes et surtout nettoyer et désinfecter entièrement leur élevage. Le vide sanitaire imposé par le gouvernement pour tenter d’enrayer l’épidémie de grippe aviaire a commencé ce lundi. Il va durer six semaines. Ce sont 1 134 communes du Sud Ouest qui sont concernées, réparties sur cinq départements, les Landes, le Gers, les Pyrénées–Atlantiques, la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées qui sont concernées.

L’abattage préventif depuis début février

Les producteurs se sont pour la plupart résignés. Il ne reste pratiquement plus de canards dans leur élevage. Près de quatre millions de palmipèdes ont déjà été envoyés à l’abattoir depuis début janvier, date à laquelle le gouvernement avait annoncé le lancement d’un abattage préventif, c’est à dire abattre les animaux susceptibles d’avoir été en contact avec le virus, ceux élevés à l’air libre proche d’un foyer détecté, ou dans un élevage déjà touché par le virus. Mais le H5N8 s’est malgré tout rapidement propagé. 150 communes étaient d’abord concernées. La liste s’est ensuite allongée au fil des jours jusqu’à plus de 700 communes fin mars.

Tout mettre aux normes

Les producteurs auront maintenant six semaines pour nettoyer entièrement leur exploitation. Il va aussi falloir mettre en place toutes les installations aux normes de biosécurtié. Tous les parcours empruntés par les canards vont devoir être sécurisés pour éviter tout contact avec les animaux sauvages qui pourraient être porteurs du virus. Ils vont être protégés par des filets. Des sas à l’entrée des bâtiments pour désinfecter les palmipèdes vont aussi être installés. Des contrôles vont être effectués dans les exploitations avant la reprise de la production fin mai pour s'assurer que tout est en place. Un nouveau départ pour les éleveurs qui vont aussi devoir se plier à de nouvelles règles. Un pacte entre le ministère de l’agriculture et l’ensemble de la filière avicole a été signé la semaine dernière pour lutter contre la grippe aviaire. Les volailles devront notamment être confinées pendant les périodes de passages d’oiseaux migrateurs, c’est à dire entre le 15 novembre et le 15 janvier.