Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Musique

Jonas Brothers : Nick bientôt candidat à la présidence des États-Unis !

04 juin 2019 à 11h00 Par Aurélie Amcn
Crédit photo : Jonas Brothers

Après un retour fracassant dans l’industrie musicale, Nick Jonas pourrait faire son entrée à la Maison Blanche, poussé par son épouse, l’actrice Priyanka Chopra.

Après six années de séparation, les Jonas Brothers sont de retour sur le devant de la scène. Ils enchaînent d’ailleurs les projets : l’album Happiness Begins attendu le 7 mai, le documentaire Chasing Happiness disponible ce 4 juin sur Amazon Prime Video, un livre intitulé Blood retraçant toute leur histoire et bien sûr, une grande tournée mondiale qui passera par la France l’année prochaine.

Mais l’année 2020 pourrait également marquer un grand tournant dans la vie et la carrière des trois frères. Et pour cause, l’an prochain, les Américains seront invités à voter pour leur nouveau président, celui qui succédera (enfin!) à Donald Trump. Priyanka Chopra, l’épouse de Nick Jonas, y songe déjà très sérieusement et a même une petite idée du candidat idéal pour la course à la Maison Blanche.

Dans une interview accordée à The Sunday Times, l’actrice indienne de 36 ans reconnaît ne pas avoir de réelles idées politiques, mais n’est pas contre le fait de s’impliquer davantage dans la vie du pays dans lequel elle réside, et pourquoi pas devenir première dame. Elle confie ainsi : « J’adorerais que Nick se présente aux élections présidentielles. Je n’aime pas trop les sujets liés à la politique, mais je sais que tous les deux, nous voulons réellement changer les choses. Il ne faut donc jamais dire jamais ».

Elle est d’autant plus ouverte à l’idée, après l’élection improbable de l’actuel président américain. De plus, elle estime que son chanteur de 26 ans serait « un parfait leader », car il est féministe : « Il n’a pas peur d’employer le mot et j’adore cela ! ». Le benjamin de la fratrie n’a pas encore commenté les propos de son épouse, mais la presse américaine s’enflamme déjà.