Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

« Mon père va mourir » : une députée insiste sur la dangerosité du coronavirus

17 mars 2020 à 15h15 Par A.L.
Bénedicte Pételle appelle les Français à être vigilants et raisonnables.
Crédit photo : Pixabay

Bénedicte Pételle, députée LREM à Asnières-Colombes, dans les Hauts-de-Seine, a publié un message poignant pour sensibiliser la population en cette période de crise sanitaire à cause du coronavirus. Son père, contaminé et hospitalisé, est sur le point de mourir.

"Comme beaucoup de Français je me sentais épargnée. Mes parents sont à l’hôpital, mon père va mourir", ce sont par ces mots émouvants que Bénédicte Pételle, députée (LREM) de la 2e circonscription des Hauts-de-Seine à Asnières-Colombes, a choisi de révéler sur Twitter l'hospitalisation de ses deux parents, victimes de l'épidémie de coronavirus. "Hier quand je suis allée voir mon père, il m’a dit qu’il était en train de partir doucement", a confié cette élue à LCI. Son père, âgé de 86 ans est placé sous assistance respiratoire et sous morphine, son état se dégrade peu à peu. 

"Ma mère ne pourra pas dire au revoir à mon père"

Alors que la France déplore, à ce jour, 6 633 cas confirmés par test diagnostic PCR, plus de 400 cas graves hospitalisés et 148 personnes décédées du coronavirus, Bénédicte Pételle a choisi de faire part de son histoire personnelle, dans l’espoir de sensibiliser les Français et les inciter à respecter les mesures de lutte contre la propagation du virus. "Quand je suis allée leur rendre visite dimanche après-midi en voiture et que j'ai vu tout ce monde dans les rues, j'ai été profondément choquée. Je me suis dit qu'il fallait que je réagisse. Nous n'avons pas été suffisamment responsables. Partout en Europe, que ce soit en Italie, en Espagne, au Danemark la police demande aux habitants de rester chez eux…", a-t-elle déclaré au Parisien. "Ma mère, qui est sous assistance respiratoire légère, ne pourra pas dire au revoir à mon père après 55 ans de vie commune", a-t-elle notamment confié à plusieurs médias français. 

Pour rappel, le gouvernement a intimé aux Français de rester à leur domicile. Ces mesures de confinement pour lutter contre la propagation du Covid-19 entrent en vigueur à partir de ce mardi midi.