Mort de l'homme qui a poignardé une policière municipale près de Nantes

WIT FM
80 gendarmes, dont l'antenne du GIGN de Nantes, ont été déployés pour retrouver l'auteur des faits.
Crédit: LOIC VENANCE / AFP

28 mai 2021 à 11h20 par Iris Mazzacurati

Une policière municipale a été poignardée à plusieurs reprises, ce vendredi 28 mai dans la matinée dans une agression au couteau à La Chapelle-sur-Erdre, près de Nantes. Le suspect, blessé lors de son interpellation, est mort.

Mise à jour - 16h15 :

L'agresseur était fiché pour radicalisation, selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Mise à jour - 14h50:

L'homme qui avait gravement blessé une policière municipale vendredi à La Chapelle-sur-Erdre près de Nantes, est mort. Il avait été interpellé après un échange de coups de feu durant lequel deux gendarmes ont été blessés, notamment à la main et au bras.

Il avait "un profil hybride, radicalisé et malade psychiatrique très lourd", a indiqué une source proche du dossier.

Une vaste chasse à l'homme avait été lancée après l'agression au couteau de la policière dans les locaux de la police municipale de La Chapelle-sur-Erdre au nord de Nantes, ce vendredi 28 mai, vers 10H30.

Blessée aux jambes, la policière a été emmenée à l’hôpital en état d’urgence absolue, mais sa vie n'est désormais plus en danger.

L'auteur des faits avait pris la d'abord en voiture, puis à pied, en emportant l’arme de la policière.

80 gendarmes, dont l'antenne du GIGN de Nantes, ont été déployés pour le retrouver, ainsi que deux hélicoptères, trois équipes cynophiles et un escadron de gendarmes mobiles.

L'homme, un homme de 40 ans connu pour des troubles psychiatriques selon les gendarmes, a été intercepté en fin de matinée. Des coups de feu ont été échangés.

D'après un photographe de l'AFP présent sur les lieux, une dizaine de détonations en deux salves ont retenti près de la brigade de gendarmerie, dans une zone d'habitation. Une vingtaine de gendarmes du GIGN armés de boucliers, casqués, tenaient leurs armes en joue derrière des poubelles, dans des buissons... 

Deux gendarmes ont été blessés, notamment à la main et au bras, selon la gendarmerie. Un troisième gendarme était en état de choc. 

Le suspect, lui, a été sérieusement touché aux jambes. Les secours ont été dépêchés sur place. Mais l'homme est décédé de la suite de ses blesssures.

La section de recherches de la gendarmerie de Nantes est chargée de l'enquête.

Les écoles et collèges aux alentours avaient été sécurisées et un appel à éviter le secteur publié sur les réseaux sociaux.
"Évitez le secteur et respectez strictement les consignes des #gendarmes", a prévenu sur Twitter la gendarmerie nationale.


La piste terroriste n'a pas été confirmée dans l'immédiat. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin se rendra sur place dans l’après-midi.

Cette attaque intervient un peu plus d'un mois après celle de Rambouillet (Yvelines), au cours de laquelle une fonctionnaire de police a été tuée au couteau à la gorge par un homme, abattu par balles par un policier, au sein du commissariat.

(Avec AFP)

I