Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Non au harcèlement à l'école !

09 novembre 2017 à 12h22 Par Laure Deville
Crédit photo : pixabay

C’est la troisième journée nationale contre le harcèlement à l’école. 700 000 jeunes français en seraient victimes chaque année.

C’est désormais un fait connu de tous, le harcèlement à l’école existe et ses conséquences sont comprises par tous. Les insultes répétées, les intimidations et les agressions engendrent une grande souffrance pour celui qui en fait les frais.

L’éducation Nationale, qui prévoit désormais plus de sanctions envers les harceleurs, lance cette journée pour pousser à libérer la parole.

L'enjeu est important : 22 % des enfants harcelés n'en parlent à personne. Pire, 61 % d'entre eux disent avoir des idées suicidaires. Et contrairement à ce qu'on aurait pu croire, plus ils sont jeunes, plus ils ont de risque d'être confrontés au harcèlement scolaire. 12 % des élèves de primaire le sont, contre 10 % des collégiens et 1,4 % des lycéens. Le cyberharcèlement connaît aussi une forte progression. Nous sommes aussi allés à la rencontre de jeunes collégiens pour parler avec eux du harcèlement. Ils ont à peine 13 ans et ont peur, un jour, d’être une victime de leurs camarades.

Écouter le podcast 

S’ils sont tous d’accords sur le fait qu’il faut en parler, ils hésitent par peur des représailles…

Écouter le podcast

Si vous avez besoin de conseils vous pouvez contacter :

N° VERT « NON AU HARCÈLEMENT» : 3020 Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h (sauf les jours fériés)

Si le harcèlement a lieu sur internet :

N° VERT « NET ÉCOUTE » : 0800 200 000

Gratuit, anonyme, confidentiel et ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h

Il existe aussi un site Internet « Non au harcelement » sur lequel on vous donne des conseils si vous êtes parents ou enfants. Pour réussir à le déceler, à le prévenir, l'Éducation nationale, depuis trois ans, forme des référents dans les académies, édite des guides à destination des victimes, des témoins, des familles, et a inscrit le harcèlement dans les programmes d'enseignement moral et civique.