Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Nouvelle-Aquitaine : les gilets jaunes étaient mobilisés en nombre samedi

24 décembre 2018 à 06h47 Par Florence Jaillet
Crédit photo : Wikimediacommons

Les manifestants ont bravé la pluie pour défiler encore de la place de la Bourse à celle de la Victoire. Quelques heurts ont éclaté avec les forces de l'ordre.

A Bordeaux, l’acte VI des Gilets jaunes a encore réuni quelques 2 600 manifestants selon la préfecture, samedi, sous la pluie. C’est plus qu’à Paris, où seulement 2 000 manifestants auraient été dénombrés.

Les militants s’étaient donnés rendez-vous à 14 heures place de la Bourse, où les différents cortèges ont convergé, en provenance de la gare, des Quinconces ou encore de la place du 11 novembre dans le quartier de Mériadeck. A nouveau, des heurts ont éclaté en cours d’après-midi avec les forces de l’ordre, qui étaient encore déployées en nombre, avec le renfort de deux blindés. Un premier face à face a eu lieu sur le cours Victor Hugo, à l’intersection de la rue Sainte-Catherine, vers 16h30. Un autre groupe s’est rendu à Pey Berland, qui avait été interdit sur décision préfectorale. Des canons à eau et gaz lacrymogènes ont été utilisés. Le cortège a ensuite rejoint la place de la Victoire, en début de soirée, où les bars ont été évacués et fermés. Quinze interpellations et gardes à vue ont été opérées pendant la manifestation. En tout, 10 personnes auraient été blessées, parmi elles, 6 policiers légèrement. Le retour au calme est intervenu vers 20 heures. Les transports en commun ont été interrompus tout l’après-midi et dès 13h30 dans le centre-ville de Bordeaux, entre les Quinconces, et la gare, et Saint-Nicolas. Des dégradations ont été constatées et le nettoyage des voies a été nécessaire en début de soirée. 

Ailleurs en Gironde, quelques 150 personnes étaient rassemblées à différents endroits du département. La plupart étaient installée sur des terrains privés, avec l’accord des propriétaires, changeant de méthode par rapport au début du mouvement, après une vague d’évacuations de l’espace public la semaine dernière. Les manifestants s’étaient déployés aux abords des ronds-points Leclerc à Saint-Eulalie, du Mac Donald’s de Saint-André-de-Cubzac, à Coutras ou encore Saint-Vincent-de-Paul. Les forces de l’ordre n’ont procédé à aucune interpellation et aucune opération de blocage ou de filtrage n’a été relevée.

En Dordogne, les gilets jaunes se sont mobilisés sur le rond-point Yves-Guéna à Périgueux. Une délégation a ensuite été reçue par le député Chassaing, sous les fenêtres duquel ils ont entonné la Marseillaise.  

Et après ce 6acte, Emmanuel Macron a appelé au rétablissement de l’ordre. L’exécutif dénonce une radicalisation du mouvement et une « violence inouïe ». Il vise notamment des motards de police pris à partie aux Champs-Élysées et un pantin à l’effigie du président décapité vendredi soir à Angoulême.