Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Nouvelle-Aquitaine : "Règles élémentaires" lutte contre la précarité menstruelle

28 novembre 2019 à 15h34 Par Florence Jaillet
La boîte à dons installée au Buro des Possibles à Bordeaux
Crédit photo : Rédaction Wit FM

L'association est présente à Bordeaux depuis septembre 2018. Elle recueille et redistribue des protections périodiques aux femmes en situation de précarité.

1 million 700.000 femmes seraient concernées par la précarité menstruelle en France. On estime que le coût des protections périodiques revient à 8.000 euros dans toute une vie.

C’est le problème auquel s’attaque l’association "Règles élémentaires" depuis 2015 en France, et depuis septembre 2018 à Bordeaux. Elle collecte des dons et les redistribue selon les besoins, elle-même, ou via des partenaires associatifs. Une précarité menstruelle qui a de multiples conséquences pour ces femmes à la rue, mal-logées, seules avec enfants ou étudiantes : "des problèmes de santé, d'estime de soi, des difficultés pour suivre des études, une formation ou trouver un travail"... selon Marie Bidet, coordinatrice bénévole pour l’association "Règles élémentaires" à Bordeaux et en Nouvelle-Aquitaine.

Une quarantaine de collectes a déjà été organisée dans toute la région, via un réseau d’une trentaine de partenaires distributeurs, comme le Secours Populaire. Depuis septembre 2018, 30.000 produits ont été récoltés et redistribués dans la métropole bordelaise et 10.000 sur le reste du territoire néo-aquitain, à La Rochelle, Bergerac, Périgueux, Pau...

Désormais, une boîte à dons est disponible à l’Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine. Bientôt, ce sera le cas au Rectorat. La mairie de Mérignac, également, a déjà organisé une collecte. Des opérations dans les collectivités qui aident l'association "à lever le tabou des règles, mais aussi à montrer que cette question de la précarité menstruelle a toute sa place dans l'espace public", toujours selon Marie Bidet.

En plus de ce travail associatif, des initiatives et idées émergent de plus en plus sur la problématique du coût des protections menstruelles. Il a été question d'une prise en charge par la Sécurité sociale, certaines mutuelles remboursent une partie de ce coût. On parle aussi d'installer des distributeurs dans l'espace public, à l'image des distributeurs de préservatifs. "Il faudrait surtout "une véritable baisse des prix des produits, tout en étant très vigilants sur leur qualité".

Vous retrouverez la liste des lieux où déposer vos dons, le type de dons acceptés, les informations utiles pour organiser une collecte ou devenir bénévole sur le site internet de l'association "Règles élémentaires".