Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Ophtalmos : les délais de rendez-vous se réduisent malgré le Covid

16 octobre 2020 à 16h00 Par Iris Mazzacurati avec AFP
Le temps d'attente pour un rendez-vous chez un ophtalmologue est passé de 55 à 51 jours.
Crédit photo : Pixabay - photo d'illustration

Le délai moyen pour obtenir une consultation avec un ophtalmologiste a légèrement diminué cette année, à 51 jours, même si le Covid-19 a créé "une tension" pour les rendez-vous urgents, selon une enquête CSA pour le principal syndicat de la profession (Snof).

Pour cette enquête, rendue publique vendredi 16 octobre, l'institut de sondage a passé des "appels mystères" à plus de 2 800 ophtalmologistes, soit près des deux tiers des praticiens français, entre le 16 et le 26 septembre. Il a également tenté de prendre un rendez-vous en ligne avec près de 4 600 praticiens.

Résultat : il faut attendre en moyenne 51 jours pour une consultation, tous motifs confondus, contre 55 jours l'an dernier.

Hors cas urgents, pour un simple "contrôle périodique de la vue", ce délai monte à 61 jours par téléphone ou 53 jours par internet, soit une semaine de moins qu'en 2019.

"Le confinement et le Covid n'ont pas aggravé la situation comme certains le craignaient", a affirmé le président du Snof Thierry Bour, lors d'une conférence de presse.

Avec un bémol cependant : l'épidémie "crée une tension pour les rendez-vous nécessitant une prise en charge rapide", a-t-il ajouté. Le délai moyen est en effet passé en un an de 27 à 32 jours.

De fortes disparités subsistent par ailleurs selon les régions, avec un écart du simple au triple entre l'Ile-de-France et l'Occitanie, dernière dans tous les cas de figure.

Pas de quoi remettre en cause pour autant l'objectif "zéro délai en 2022" fixé par le Snof. "On a déjà gagné environ un mois en trois ans", a souligné M. Bour, convaincu que la profession "arrivera à atteindre cet objectif dans les deux, trois ans à venir".

Le syndicat continue pour cela de réclamer la formation d'"au moins 200 internes" en ophtalmologie chaque année, ainsi que "des aides à l'installation" dans les déserts médicaux.