Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Réforme code du travail : la grogne s'étend en Nouvelle-Aquitaine

21 septembre 2017 à 14h49 Par Laure Deville

La grogne contre la réforme du code du travail semble prendre de l’ampleur, de nouvelles journées d’action sont prévues.

Une semaine après la première mobilisation contre la réforme du code du travail, plusieurs syndicats se sont donnés rendez-vous aujourd’hui dans la rue. Ils étaient un millier à Périgueux, 3 000 à Bordeaux, selon la police, 5 000 environ, selon les syndicats. La CGT l’a assuré elle veut que ce mouvement s’inscrive dans la durée et est en discussion avec les étudiants et les lycéens afin qu’ils rejoignent la contestation.

Lundi, ce sont les routiers qui devraient emboiter le pas, les syndicats CGT et FO du transport routier appellent, en effet, à une grève illimitée qui s’annonce particulièrement suivie. Les organisations parlent « d’un recul social sans précédent pour le secteur qui compte de nombreuses PME » L’objectif pourrait être de bloquer les dépôts de carburant, cela avait déjà été le cas lors du passage de la loi El Khomri. Souvenez-vous en mai 2016, juste avant le début de l’euro en France, ils avaient ainsi bloqué une partie de la France, ils avaient alors obtenu que leur régime dérogatoire sur les heures supplémentaires ne soit pas modifié. Pour l’instant les réunions organisées avec le gouvernement n’ont rien donné.

Les retraités seront aussi dans la rue le 28 septembre prochain, ils marcheront contre la hausse de la CSG. Les fonctionnaires ne sont pas en reste. Une grande journée est prévue le 10 octobre prochain dans toute la fonction publique, on peut donc s’attendre à des perturbations notamment dans les écoles. Les fonctionnaires ont plusieurs revendications, cela concerne par exemple, le gel du point d’indice, la suppression des postes, 120 000 sur 5 ans selon les promesses de campagne d’Emmanuel Macron, ainsi que le rétablissement de la journée de carence.

Malgré ce programme chargé sur le front social, Emmanuel Macron reste de marbre et l’a réaffirmé lors de son déplacement à New York « on ne va pas reculer ».