Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

SNCF: deux autres boutiques fermeront dans l'agglo bordelaise

26 octobre 2017 à 11h37 Par Klervi Le Cozic
Crédit photo : capture d'écran Google map

Le 1er janvier prochain, vous ne pourrez plus acheter de billets de train dans la boutique de la gare de Caudéran-Mérignac, ni dans celle de la rue Sainte-Catherine à Bordeaux. Deux boutiques qui faisaient du chiffre soulignent les syndicats. Pour eux, c'est l'incompréhension.

Le 1er janvier prochain deux boutiques SNCF Fermeront définitivement leurs portes : celle de la rue sainte Catherine à Bordeaux et celle de la gare de Caudéran-Mérignac. 13 postes seront supprimés et les salariés seront re-dirigés vers d'autres postes. Du côté du personnel c'est l'incompréhension, car ces deux boutiques atteignaient les objectifs de vente fixés par la direction. Ce n'est pas une première dans la région, la boutique de Talence, ou celle du centre commercial des Quatre Pavillons à Lormont avaient déjà été fermées. C'était le cas également pour celle de Biarritz en 2014. Pour l'intersyndicale qui réunit CGT, CFDT et Sud Rail, c'est l'avenir du métier de vendeur à la SNCF qui est remis en jeu.

« Cela fait déjà quatre ans que des postes sont supprimés. Aujourd'hui nous faisons face à une décision politique nationale de la SNCF qui vise à en finir avec les boutiques en gare », explique Jean-Sébastien Montes de la CFDT Cheminots Nouvelle-Aquitaine au nom de l'Intersyndicale. Pour les syndicats, c'est l'incompréhension : « les vendeurs des boutiques de Caudéran-Mérignac et de la rue Sainte-Catherine atteignent et même dépassent de 6 % voir de 8 % les objectifs de vente fixés par l'entreprise, or demain on va leur supprimer leurs postes ! » déplore Jean-Sébastien Montes.

L'intersyndicale a lancé une pétition sur change.org qui a réuni plus de 400 signatures. Elle y dénonce un délitement du service de proximité.

 Écouter le podcast

Les signataires ont pris la parole à l'occasion de cette pétition. Pour Jacqueline, « La gare saint jean est inaccessible. ...Avec internet c'est trop difficile ...rien ne vaut le contact humain et les conseils avisés d'un VRAI vendeur... », peut-on lire dans les commentaires. Un certain Christian s'exprime également en ce sens, « les guichets sont encore bien nécessaires pour toute une frange de population que l'on oublie complètement", écrit-il. "Internet ne permet pas de tout faire contrairement à ce que l'on veut nous faire croire », a-t-il continué.

David Plages, de la CGT cheminots de Bordeaux-gare, fait partie de l'Intersyndicale. Pour lui, au-delà d'une restructuration interne, c'est un problème citoyen.

 Écouter le podcast

L’intersyndicale organise un rassemblement samedi matin à partir de 11 h devant la boutique SNCF de la rue ste Catherine à Bordeaux.