Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Insolite

Space cake dans la salle de repos, un employé licencié et condamné

05 juillet 2017 à 13h44 Par Rédaction

Il avait déposé un space cake dans la salle de repos sans en parler à ses collègues. Après avoir été licencié, un employé d'un magasin de bricolage a été jugé ce mardi à Bordeaux.

Difficile de ne pas craquer quand un collègue amène un gâteau au chocolat appétissant en salle de pause. Les salariés de ce magasin de bricolage de Biganos devraient, dorénavant, se méfier un peu plus. Il y a quelques semaines, un employé a voulu faire « une petite blague » en ramenant ce gâteau « un peu spécial » à ses collègues ; un space cake truffé d’herbe de cannabis. Il l’avait préparé une semaine plus tôt pour un week end entre amis et n’avait pas voulu le jeter. Il a pris soin de le déposer dans la salle de pause sans rien dire à personne. Certains en ont pris une part avec leur café sans se douter des effets que le fondant au chocolat allait avoir sur eux. Quelques instants plus tard, une première salariée a fait un malaise, puis une deuxième, puis un troisième. Une fois le gâteau identifié comme le fautif et analysé, les deux premières employées ont décidé de porter plainte.

"Une blague" qui coûte cher

Il ne s’est pas dénoncé tout de suite. Finalement le « blagueur » de 30 ans a fini par craquer. Employé depuis 2009 au sein du magasin de bricolage, il a été licencié sur-le-champ pour faute grave. Jugé ce mardi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux en comparution immédiate, il a été reconnu coupable de « mise en danger de la vie d’autrui » et d’ « administration de substance nuisible avec préméditation suivie d’incapacité n’excédant pas huit jours ». Il a été condamné à 60 jours-amende à 10 euros, ce qui l’oblige à payer 10 euros par jour pendant 60 jours sous peine de se retrouver en prison. Le trentenaire a aussi été condamné à verser 500 euros de dommages et intérêts à ses deux victimes. « La blague » lui aura coûté 1 600 euros... Et son travail.