Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Insolite

Une Française de 24 ans meurt éjectée d’un manège de "chaises volantes"

15 octobre 2019 à 14h00 Par A.L.
L'une des deux victimes est décédée suite à sa chute, tandis que l'autre est grièvement blessée.
Crédit photo : Pixabay

Un accident de manège a fait un mort et un blessé grave, ce lundi 14 octobre, à Firminy dans la Loire. Les deux victimes ont été éjectées de l'attraction formée de nacelles suspendues telles des "chaises volantes". Une enquête pour "homicide" et "blessures involontaires" a été ouverte ce mardi par le parquet de Saint-Etienne.

La fête foraine de Firminy, dans la Loire, a viré au drame ce lundi 14 octobre. En effet, deux jeunes femmes ont été éjectées d'un manège formé de nacelles suspendues, puis projetées à environ 15 mètres de l'attraction. L'une d'entre elle, âgée de 24 ans et en arrêt cardiaque, n'a pas pu être ranimée, selon les pompiers. La deuxième jeune femme, âgée de 20 ans et dont le pronostic vital est engagé, a été prise en charge par le Samu. Selon les témoignages qui circulent sur les réseaux sociaux et les informations relayées par le journal Le Progrès qui s'appuie sur une source proche de l'enquête, la balançoire se serait peut-être décrochée du mât de l’attraction à cause des rafales de vent. D’autres personnes présentes sur place évoquent une autre hypothèse : le manège en question en aurait percuté un autre qui se trouvait à proximité. Le vent pourrait également être à l’origine de cette collision. 

Quatre personnes en garde à vue

Si des experts missionnés par le parquet stéphanois sont attendus mardi matin à Firminy pour examiner les deux manèges placés sous scellés afin de déterminer pour quelle raison le bras supportant la nacelle où se trouvaient les deux jeunes femmes a cédé, une enquête pour "homicide" et "blessures involontaires" a d'orès et déjà été ouverte mardi par le parquet de Saint-Etienne. Pour l'heure, quatre personnes, les propriétaires et exploitants, ont été placées en garde à vue, a indiqué le procureur de Saint-Etienne, David Charmatz, dans un communiqué.