Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info générale

Une septuagénaire écope d’une amende après être venue saluer son mari à la fenêtre de son Ehpad

14 avril 2020 à 17h10 Par A.L.
Photo d'illustration
Crédit photo : Pixabay

Une femme de 79 ans a été verbalisée après être venue voir son mari derrière la vitre de la maison de retraite de celui-ci. Elle a reçu une amende pour “non respect du cordon sanitaire”.

Alors qu'elle venait saluer son mari âgé de 93 ans, par la fenêtre fermée, devant l'Ehpad du Tarn où il réside, Hedwig, 79 ans, a été verbalisée de 135 euros pour "violation de cordon sanitaire". Une décision qui indigne Mariani, la fille du couple, très inquiète pour les conséquences de cet interdit sur la santé de son père. Pourtant, dans un courriel consulté par l'AFP, la préfecture du Tarn a confirmé le bien-fondé de cette verbalisation. "Même si la visite en extérieur de votre mère peut être considérée comme une assistance à personne vulnérable, un cordon sanitaire autour des Ehpad doit être absolument respecté. De ce fait, votre mère était bien en infraction", a expliqué la préfecture auprès de la fille. "Ils lui ont signalé qu’elle n’avait pas le droit de stationner là et qu’elle le savait bien. Pourtant le personnel de la maison de retraite ne nous avait rien dit", affirme Mariani auprès du quotidien La Dépêche du Midi

"Ma mère n'ose plus sortir de chez elle"

"J’ai demandé quel cordon, où… Je n’ai pas eu de réponse. Depuis, ma mère n’ose même plus sortir de chez elle. C’est une personne très respectueuse de la loi. D’avoir été chassée comme ça, même si les gendarmes ont été très corrects, ça l’a bouleversée”, a expliqué la fille du couple, s’inquiétant aussi pour son père. “Ce qui me fend le cœur, c’est que mon père va se sentir abandonné. La dernière fois qu’il a vu ma mère, c’est derrière la vitre, encadré par les gendarmes. Vous vous imaginez ce qu’il peut ressentir ?”, a-t-elle conclut. Selon elle, le personnel de l'Ehpad, où sa mère travaillait comme bénévole avant le confinement, ne s'était dans un premier temps pas opposé à ces "rencontres" confinées.