Replay

La Minute Eco : s'équiper en matériel électronique au meilleur prix

Bonjour à tous ! Plusieurs millions d’enfants, d’ados et de jeunes adultes sont, par la force des choses, privés d’école, de collège, de lycée, ou de fac jusqu’à la rentrée. Pour les étudiants, plusieurs facultés ont déjà annoncé par ailleurs que les cours en amphi seraient supprimés, remplacés par des Moocs, des cours à distance et en vidéo.  Conséquence : il va falloir équiper tout ce monde-là en outils numériques.  Bien sûr, les régions, les départements ou les communes distribuent parfois des tablettes aux enfants qui leur sont confiés. Des dispositifs de prêt d’urgence ont aussi été montés ces dernières semaines, mais tout cela n’est pas forcément pérenne.  Heureusement, il est possible de s’équiper, d’équiper ses enfants, pour un budget minimum. Comment ? En achetant d’occasion, ou reconditionné.

Pour l’achat d’occasion, il n’y a pas de miracle. Le plus simple est d’acheter ce que vous connaissez déjà. Le même ordinateur ou la même tablette, ou en tout cas, du même constructeur. Vous saurez ainsi non seulement évaluer l’appareil, mais aussi le reconfigurer en cas de besoin sans galérer. Pour l’achat reconditionné, sachez faire la différence entre l’appareil d’occasion remis en état et l’appareil neuf qui a été renvoyé par un acheteur indécis. Le second est évidemment la meilleure afffaire qui soit. En fait, c’est du neuf, mais qui a été simplement déballé, parfois utilisé quelques minutes seulement.
Personnellement, parce que cela fait aussi partie des choses dont on a besoin avec des enfants qui font l’école à la maison, j’ai trouvé une imprimante laser reconditionnée qui avait tout d’une neuve à... 32 euros, livraison comprise. On trouve aussi des ordinateurs portables à prix cassés, ou encore des écrans. Et la bonne nouvelle, c’est que tous les appareils reconditionnés sont garantis, parfois, exactement comme s’ils étaient neufs.

A demain.

Bonjour à tous !

Plusieurs millions d’enfants, d’ados et de jeunes adultes sont, par la force des choses, privés d’école, de collège, de lycée, ou de fac jusqu’à la rentrée. Pour les étudiants, plusieurs facultés ont déjà annoncé par ailleurs que les cours en amphi seraient supprimés, remplacés par des Moocs, des cours à distance et en vidéo. 

Conséquence : il va falloir équiper tout ce monde-là en outils numériques. 

Bien sûr, les régions, les départements ou les communes distribuent parfois des tablettes aux enfants qui leur sont confiés. Des dispositifs de prêt d’urgence ont aussi été montés ces dernières semaines, mais tout cela n’est pas forcément pérenne. 

Heureusement, il est possible de s’équiper, d’équiper ses enfants, pour un budget minimum.

Comment ? En achetant d’occasion, ou reconditionné.Pour l’achat d’occasion, il n’y a pas de miracle. Le plus simple est d’acheter ce que vous connaissez déjà. Le même ordinateur ou la même tablette, ou en tout cas, du même constructeur. Vous saurez ainsi non seulement évaluer l’appareil, mais aussi le reconfigurer en cas de besoin sans galérer.

Pour l’achat reconditionné, sachez faire la différence entre l’appareil d’occasion remis en état et l’appareil neuf qui a été renvoyé par un acheteur indécis. Le second est évidemment la meilleure afffaire qui soit. En fait, c’est du neuf, mais qui a été simplement déballé, parfois utilisé quelques minutes seulement.Personnellement, parce que cela fait aussi partie des choses dont on a besoin avec des enfants qui font l’école à la maison, j’ai trouvé une imprimante laser reconditionnée qui avait tout d’une neuve à... 32 euros, livraison comprise. On trouve aussi des ordinateurs portables à prix cassés, ou encore des écrans.

Et la bonne nouvelle, c’est que tous les appareils reconditionnés sont garantis, parfois, exactement comme s’ils étaient neufs.A demain.

28 mai 2020

La Minute Eco : la monnaie hélicoptère

Bonjour à tous ! Je vous ai déjà parlé au début de la crise du concept de la monnaie hélicoptère, ou “helicopter money” en anglais.   Il s’agit en fait d’argent distribué aux habitants d’un pays, sans contrepartie et sans conditions, exactement comme s’il était lancé depuis un hélicoptère. En cela, la monnaie helicoptere se rapproche pas mal du concept de revenu universel, défendu par au moins deux candidats à la précédente élection présidentielle française. Sauf que la monnaie hélicoptere est ponctuelle, alors que le revenu universel a vocation à être permanent. Est ce une utopie ? Oui, évidemment, puisque cet argent serait créé à partir de rien, juste pour être distribué.  Est-ce impossible ? Non, puisque plusieurs pays ont déjà commencé à le faire : à Singapour par exemple, tous les habitants ont reçu 1 500 euros le mois dernier, qu’ils soient riches ou pauvres.   Aux Etats-Unis aussi, de nombreuses aides exceptionnelles ont aussi été créées en quelques jours, pour compenser l’absence de système de chômage comparable au notre.  Et chez nous ? Et bien l’idée fait son chemin. Il y a déja des aides exceptionnelles prévues pour les bénéficiaires de minima sociaux et d’aides au logement. Mais il ne s’agit que de 150 euros par personne, 100 euros par enfant à charge. Pour affronter la crise qui est devant nous, la crise économique, on parle de distribuer beaucou plus. François Hollande, tout de même ancien président de la République, propose par exemple d’allouer une enveloppe de 300 à 700 euros à 10 millions de Français, ceux aux revenus les plus modestes.  Dans tous les cas, il est certain que dans les prochaines semaines et prochains mois, il va être beaucoup questions d’aides financières. Et toutes ces aides publiques, financées à crédit, pourraient relancer l’inflation. Mais ca, c’est une autre histoire, que je vous raconterai un jour prochain.

A demain !

Bonjour à tous !

Je vous ai déjà parlé au début de la crise du concept de la monnaie hélicoptère, ou “helicopter money” en anglais.  

Il s’agit en fait d’argent distribué aux habitants d’un pays, sans contrepartie et sans conditions, exactement comme s’il était lancé depuis un hélicoptère. En cela, la monnaie helicoptere se rapproche pas mal du concept de revenu universel, défendu par au moins deux candidats à la précédente élection présidentielle française. Sauf que la monnaie hélicoptere est ponctuelle, alors que le revenu universel a vocation à être permanent.

Est ce une utopie ? Oui, évidemment, puisque cet argent serait créé à partir de rien, juste pour être distribué. 

Est-ce impossible ? Non, puisque plusieurs pays ont déjà commencé à le faire : à Singapour par exemple, tous les habitants ont reçu 1 500 euros le mois dernier, qu’ils soient riches ou pauvres.  

Aux Etats-Unis aussi, de nombreuses aides exceptionnelles ont aussi été créées en quelques jours, pour compenser l’absence de système de chômage comparable au notre. 

Et chez nous ? Et bien l’idée fait son chemin. Il y a déja des aides exceptionnelles prévues pour les bénéficiaires de minima sociaux et d’aides au logement. Mais il ne s’agit que de 150 euros par personne, 100 euros par enfant à charge.

Pour affronter la crise qui est devant nous, la crise économique, on parle de distribuer beaucou plus. François Hollande, tout de même ancien président de la République, propose par exemple d’allouer une enveloppe de 300 à 700 euros à 10 millions de Français, ceux aux revenus les plus modestes. 

Dans tous les cas, il est certain que dans les prochaines semaines et prochains mois, il va être beaucoup questions d’aides financières. Et toutes ces aides publiques, financées à crédit, pourraient relancer l’inflation. Mais ca, c’est une autre histoire, que je vous raconterai un jour prochain.A demain !

27 mai 2020

La Minute Eco : l'après Covid-19

Bonjour à tous ! Lorsqu’on discute de l’après-Covid et de la facture de la crise, beaucoup de gens craignent une augmentation des impôts.  Pour l’instant, le gouvernement promet qu’il n’en est pas question, sachant que quasiment tous les économistes sont pour une fois d’accord entre eux :  une augmentation des impôts, ou la création d’une taxe ou d’un impôt spécial Covid, serait le meilleur moyen de plonger l’économie française dans un marasme encore plus profond. De même, les rumeurs des taxations d’office des comptes bancaires, ou des livrets d’épargne, sont totalement non fondées. Il y a bien une règle qui autorise une banque à ponctionner les comptes de ses clients pour éviter la faillite, mais seulement si les comptes en question sont créditeurs de plus de 100 000 euros. Que ceux qui sont concernés lévent la main... On s’est compris. Maintenant, si, avant la crise, vous réfléchissiez à changer de vie, et bien... c’est le moment de plonger.  Je ne pensais pas avoir à dire cela un jour dans la minute éco sur cette radio, mais oui, ce qui nous attend, ce qui est devant nous, sera beaucoup plus dur que le confinement.  Il vous faut absolument mettre à profit les trois prochains mois pour changer ce que vous pouvez changer dans votre vie.  Arrêter le contrat de leasing de la voiture et acheter une d'occasion en profitant des primes qui vont bientôt être annoncées est un petit pas. Déménager en est un plus grand.

Une chose est sure, ce qu’il est encore possible de faire aujourd’hui sera plus compliqué en septembre et peut-être trop tard l’an prochain.

Mettez tout à plat : travail et bien sûr revenus. Scolarité des enfants, qualité de vie... posez vous les bonnes questions et, surtout, osez prendre une décision, sans tarder.

A demain.

Bonjour à tous !

Lorsqu’on discute de l’après-Covid et de la facture de la crise, beaucoup de gens craignent une augmentation des impôts. 

Pour l’instant, le gouvernement promet qu’il n’en est pas question, sachant que quasiment tous les économistes sont pour une fois d’accord entre eux :  une augmentation des impôts, ou la création d’une taxe ou d’un impôt spécial Covid, serait le meilleur moyen de plonger l’économie française dans un marasme encore plus profond.

De même, les rumeurs des taxations d’office des comptes bancaires, ou des livrets d’épargne, sont totalement non fondées. Il y a bien une règle qui autorise une banque à ponctionner les comptes de ses clients pour éviter la faillite, mais seulement si les comptes en question sont créditeurs de plus de 100 000 euros. Que ceux qui sont concernés lévent la main... On s’est compris.

Maintenant, si, avant la crise, vous réfléchissiez à changer de vie, et bien... c’est le moment de plonger. 

Je ne pensais pas avoir à dire cela un jour dans la minute éco sur cette radio, mais oui, ce qui nous attend, ce qui est devant nous, sera beaucoup plus dur que le confinement. 

Il vous faut absolument mettre à profit les trois prochains mois pour changer ce que vous pouvez changer dans votre vie.  Arrêter le contrat de leasing de la voiture et acheter une d'occasion en profitant des primes qui vont bientôt être annoncées est un petit pas. Déménager en est un plus grand.Une chose est sure, ce qu’il est encore possible de faire aujourd’hui sera plus compliqué en septembre et peut-être trop tard l’an prochain.Mettez tout à plat : travail et bien sûr revenus. Scolarité des enfants, qualité de vie... posez vous les bonnes questions et, surtout, osez prendre une décision, sans tarder.A demain.

26 mai 2020