Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus

Replay

La Minute Eco : conséquences du reconfinement

Bonjour à tous, Les conséquences de ce deuxième confinement, qui frappe désormais plusieurs pays d’Europe, sont parfois inattendues. Je n’ai pas dit “imprévisibles”. En revanche, qu’elles soient parfois inéluctables, c’est un fait.

Prenez l’exemple des voitures neuves. Comme vous le savez peut-être, les constructeurs sont soumis à des normes anti-pollution, qui évoluent assez souvent, surtout depuis le scandale du dieselgate. Conséquence, on serre un peu plus la vis tous les ans, au 1er janvier.  Le problème, c’est que cette date fatidique, ce mur pourrait-on dire, approche à grands pas ! Et les véhicules neufs qui ne respectent pas encore la future norme en vigueur, baptisée Euro 6, ne pourront pas être commercialisés l’an prochain.

Conséquence, on estime à 600 000 le nombre de véhicules fabriqués cette année, qui doivent être vendus d’ici au 31 décembre, pour l’ensemble du marché européen. A défaut d’être vendus avant cette date, ils doivent être immatriculés. Conséquence : les concessionnaires vont avoir sur les bras pendant les mois à venir tout un stock de voitures neuves, ou d’occasions zéro kilomètre, avec des remises canon à la clef à proposer. Sur certains modèles, vous pourrez obtenir jusqu’à 50 % de remise, en plus des éventuelles aides gouvernementales, si vous êtes éligible...

A demain !

Bonjour à tous,

Les conséquences de ce deuxième confinement, qui frappe désormais plusieurs pays d’Europe, sont parfois inattendues. Je n’ai pas dit “imprévisibles”. En revanche, qu’elles soient parfois inéluctables, c’est un fait.Prenez l’exemple des voitures neuves. Comme vous le savez peut-être, les constructeurs sont soumis à des normes anti-pollution, qui évoluent assez souvent, surtout depuis le scandale du dieselgate.

Conséquence, on serre un peu plus la vis tous les ans, au 1er janvier.  Le problème, c’est que cette date fatidique, ce mur pourrait-on dire, approche à grands pas ! Et les véhicules neufs qui ne respectent pas encore la future norme en vigueur, baptisée Euro 6, ne pourront pas être commercialisés l’an prochain.Conséquence, on estime à 600 000 le nombre de véhicules fabriqués cette année, qui doivent être vendus d’ici au 31 décembre, pour l’ensemble du marché européen. A défaut d’être vendus avant cette date, ils doivent être immatriculés. Conséquence : les concessionnaires vont avoir sur les bras pendant les mois à venir tout un stock de voitures neuves, ou d’occasions zéro kilomètre, avec des remises canon à la clef à proposer. Sur certains modèles, vous pourrez obtenir jusqu’à 50 % de remise, en plus des éventuelles aides gouvernementales, si vous êtes éligible...A demain !

11 novembre 2020

La Minute Eco : le vaccin contre la Covid-19

Bonjour à tous, Etant donné que la Minute Eco est un peu grisâtre depuis la rentrée, à cause de l’actualité plus que morose évidemment, je saute sur l’occasion de l’annonce d’un vaccin efficace contre le Covid pour faire un peu de philosophie économique.

Oui quand tout paraît planté, que l’on se sent, se sait, se croit au bord du gouffre, une événement extérieur peut changer la donne. C’est peut-être ce qui est en train de se passer. Concrétement, si le vaccin de Pfizer permet effectivement de contrôler l’épidémie, et peut-être d’éradiquer le coronoavirus ou en tout cas de le releguer au rang d’une grosse grippe, les économies mondiales pourraient repartir comme jamais. Déja, hier, les Bourses mondiales ont fait des bonds incroyables, certaines entreprises ont vu leur valorisation boursière grimper de 10, 20, 30 % en quelques heures.  Or, qui dit, création de valeur, dit, afflux d’argent. Ces centaines de milliards d’euros, de dolllars, de yens, de livres, créés par la flambée des Bourses mondiales vont pouvoir profiter à l’économie réelle dès demain.

Ces sommes colossales s’ajoutent aux autres sommes colossales mises sur la table par les gouvernements, pour financer les plans de relance dans tous les pays occidentaux.  En résumé : si le Coronavirus vous a fait du tort, que vous êtes inquiet ou au bout du rouleau, gardez l’espoir : nous sommes peut-être en train de voir la lumière au bout du tunnel. 

Bonjour à tous,

Etant donné que la Minute Eco est un peu grisâtre depuis la rentrée, à cause de l’actualité plus que morose évidemment, je saute sur l’occasion de l’annonce d’un vaccin efficace contre le Covid pour faire un peu de philosophie économique.Oui quand tout paraît planté, que l’on se sent, se sait, se croit au bord du gouffre, une événement extérieur peut changer la donne. C’est peut-être ce qui est en train de se passer.

Concrétement, si le vaccin de Pfizer permet effectivement de contrôler l’épidémie, et peut-être d’éradiquer le coronoavirus ou en tout cas de le releguer au rang d’une grosse grippe, les économies mondiales pourraient repartir comme jamais. Déja, hier, les Bourses mondiales ont fait des bonds incroyables, certaines entreprises ont vu leur valorisation boursière grimper de 10, 20, 30 % en quelques heures. 

Or, qui dit, création de valeur, dit, afflux d’argent. Ces centaines de milliards d’euros, de dolllars, de yens, de livres, créés par la flambée des Bourses mondiales vont pouvoir profiter à l’économie réelle dès demain.Ces sommes colossales s’ajoutent aux autres sommes colossales mises sur la table par les gouvernements, pour financer les plans de relance dans tous les pays occidentaux. 

En résumé : si le Coronavirus vous a fait du tort, que vous êtes inquiet ou au bout du rouleau, gardez l’espoir : nous sommes peut-être en train de voir la lumière au bout du tunnel. 

10 novembre 2020

La Minute Eco : la vente

Bonjour à tous, Vous avez sans doute déjà entendu dire que “tout est à vendre, pourvu qu’on accepte d’y mettre le prix”.  Le pendant de cette maxime est évidemment que “tout peut se vendre”, mais encore faut-il qu’il y ait des gens pour oser franchir le pas.

C’est un peu ce qui se passe dans l’émission “la France a un incroyable talent”... S’y côtoient des artistes absolument incroyables, aux performances époustouflantes, et auxquels l’émission va donner un prix, une valeur. On les retrouvera demain sur les scènes des cabarets s’ils rouvrent un jour, ou tout au moins à la télévision et sur les radios pour les chanteurs. C’est ce qu’on leur souhaite en tout cas.

A l’inverse, d’autres tentent leur chance, mais ne sont manifestement pas prêts, quand ils ne sont pas carrément totalement à côté de la plaque, malheureusement pour eux. Cette épreuve de la désirabilité n’est pas nouvelle. Elle a déjà joué des tours à certains hommes et femmes politiques, qui ont fait de véritables bides  en librairie, parvenant à peine à vendre quelques centaines d’exemplaires de leur bouquin, malgré le battage médiatique qu’ils parviennent à susciter.

C’est aussi à cette épreuve que François Hollande et Julie Gayet ont accepté de se soumettre. Ils ont accepté de mettre aux enchères un dîner avec eux. Les sommes récoltées iront dans la poche de la fondation GoodPlanet, de Yann Arthus Bertrand.Sachant que d’autres personnalités, comme le dessinateur Plantu ou encore Juliette Binoche mais aussi Jack Lang ou Anne Hidalgo seront aussi à vendre, aux enchères, tout ce monde là connaîtra bientôt son “prix” aux yeux des Français. Réponse à la fin du mois.

Bonjour à tous,

Vous avez sans doute déjà entendu dire que “tout est à vendre, pourvu qu’on accepte d’y mettre le prix”. 

Le pendant de cette maxime est évidemment que “tout peut se vendre”, mais encore faut-il qu’il y ait des gens pour oser franchir le pas. C’est un peu ce qui se passe dans l’émission “la France a un incroyable talent”... S’y côtoient des artistes absolument incroyables, aux performances époustouflantes, et auxquels l’émission va donner un prix, une valeur. On les retrouvera demain sur les scènes des cabarets s’ils rouvrent un jour, ou tout au moins à la télévision et sur les radios pour les chanteurs. C’est ce qu’on leur souhaite en tout cas.A l’inverse, d’autres tentent leur chance, mais ne sont manifestement pas prêts, quand ils ne sont pas carrément totalement à côté de la plaque, malheureusement pour eux.

Cette épreuve de la désirabilité n’est pas nouvelle. Elle a déjà joué des tours à certains hommes et femmes politiques, qui ont fait de véritables bides  en librairie, parvenant à peine à vendre quelques centaines d’exemplaires de leur bouquin, malgré le battage médiatique qu’ils parviennent à susciter. C’est aussi à cette épreuve que François Hollande et Julie Gayet ont accepté de se soumettre. Ils ont accepté de mettre aux enchères un dîner avec eux. Les sommes récoltées iront dans la poche de la fondation GoodPlanet, de Yann Arthus Bertrand.Sachant que d’autres personnalités, comme le dessinateur Plantu ou encore Juliette Binoche mais aussi Jack Lang ou Anne Hidalgo seront aussi à vendre, aux enchères, tout ce monde là connaîtra bientôt son “prix” aux yeux des Français. Réponse à la fin du mois.

09 novembre 2020

La Minute Eco : 60 Gigas octets pour seulement 3 euros 99 par mois.

Aujourd’hui, je m’adresse à tous ceux qui ont besoin d’une très bonne connexion Internet, avec un très gros forfait data derrière.

Ceux qui sont confinés pour la deuxième fois et télétravaillent, et donc la connexion filaire à la maison laisse à désirer. Ceux qui professionnellement, sont souvent dehors, et ont besoin de télécharger de gros fichiers. Les étudiants, enfin, qui n’ont pas de connexion internet dans leur chambre ou leur colocation, et ont besoin eux aussi d’une grosse enveloppe de data, aussi bien pour étudier, notamment faire de la visio, que pour jouer ou regarder des films ou des séries.

Alors, j’ai le forfait qu’il vous faut : 60 Gigas octets, ce qui est énorme, pour seulement 3 euros 99 par mois.

Cette offre promotionnelle exceptionnelle est proposée par Cdiscount mobile. Et elle présente un avantage majeur : chez cet opérateur virtuel, c’est-à-dire, qui n’a pas de réseau, vous pouvez choisir sur quelles antennes vous allez vous connecter pour pouvoir en profiter.

Pour dire les choses autrement, vous serez client de CDiscount Mobile, mais votre téléphone pourra se brancher sur les antennes d’Orange, de SFR ou de Bouygues Télécom, au choix. Et si le réseau sélectionné ne vous convient finalement pas, un simple message au service client vous permettra de basculer sur un autre réseau très rapidement. On peut même essayer les trois à tour de rôle si besoin.

Cette offre n’est malheureusement pas illimitée, mais elle est valable tout de même pendant six mois. Idéal donc pour ceux qui ont besoin d’un gros paquet de data jusqu’au printemps. En souscrivant maintenant, vous ne payerez que 4 euros par mois jusqu’à la mi-mai. Et à ce moment-là, rien ne vous empêchera de sauter sur une autre promotion.

Aujourd’hui, je m’adresse à tous ceux qui ont besoin d’une très bonne connexion Internet, avec un très gros forfait data derrière. Ceux qui sont confinés pour la deuxième fois et télétravaillent, et donc la connexion filaire à la maison laisse à désirer. Ceux qui professionnellement, sont souvent dehors, et ont besoin de télécharger de gros fichiers. Les étudiants, enfin, qui n’ont pas de connexion internet dans leur chambre ou leur colocation, et ont besoin eux aussi d’une grosse enveloppe de data, aussi bien pour étudier, notamment faire de la visio, que pour jouer ou regarder des films ou des séries. Alors, j’ai le forfait qu’il vous faut : 60 Gigas octets, ce qui est énorme, pour seulement 3 euros 99 par mois. Cette offre promotionnelle exceptionnelle est proposée par Cdiscount mobile. Et elle présente un avantage majeur : chez cet opérateur virtuel, c’est-à-dire, qui n’a pas de réseau, vous pouvez choisir sur quelles antennes vous allez vous connecter pour pouvoir en profiter. Pour dire les choses autrement, vous serez client de CDiscount Mobile, mais votre téléphone pourra se brancher sur les antennes d’Orange, de SFR ou de Bouygues Télécom, au choix. Et si le réseau sélectionné ne vous convient finalement pas, un simple message au service client vous permettra de basculer sur un autre réseau très rapidement. On peut même essayer les trois à tour de rôle si besoin. Cette offre n’est malheureusement pas illimitée, mais elle est valable tout de même pendant six mois. Idéal donc pour ceux qui ont besoin d’un gros paquet de data jusqu’au printemps. En souscrivant maintenant, vous ne payerez que 4 euros par mois jusqu’à la mi-mai. Et à ce moment-là, rien ne vous empêchera de sauter sur une autre promotion.

06 novembre 2020

La Minute Eco : la mauvaise réception, une cause légitime d’abonnement mobile

“Allo !?", "je t’entends mal !” “tu passes sous un tunnel ?” “je capte pas dans mon salon” ! Ces phrases, vous les connaissez par cœur, si vous ne les avez pas prononcées encore ce matin. Voilà plus de 20 ans que le téléphone mobile s’est démocratisé et a conquis toutes les poches et tous les sacs à main, avec la promesse maintes fois répétée d’un “réseau au son cristal”, d’une “couverture de toutes les zones blanches” et de “pouvoir téléphoner même à l’intérieur de son domicile”.

Et pourtant, dans la réalité, on est loin du compte.

Alors, sachez-le : les abonnés peuvent appeler leur opérateur mobile, et leur signaler un problème de réception à un endroit précis. C’est même, de droit, une cause légitime de rupture de l’abonnement, quand on a souscrit à un forfait sur 12 ou 24 mois.

Normalement, le conseiller clientèle doit remplir ce que l’on appelle une FIR une fiche d’incident réseau. Dans la réalité, bien souvent, il vous demandera la marque de votre téléphone, s’il n’est pas tombé récemment, bref, mettra en doute votre réclamation. N’hésitez pas à insister. A rappeler. A faire une réclamation par écrit, par chat ou par mail.

Si cela ne suffit pas, vous pouvez encore saisir l’Arcep, le gendarme des télécoms. Le site J’alerte l’Arcep permet de signaler un dysfonctionnement. C’est possible également pour des problèmes d’accès à Internet, et même, de distribution du courrier. Prochainement, il sera aussi possible de signaler directement sur une carte à quel endroit la réception mobile est mauvaise.

“Allo !?", "je t’entends mal !” “tu passes sous un tunnel ?” “je capte pas dans mon salon” ! Ces phrases, vous les connaissez par cœur, si vous ne les avez pas prononcées encore ce matin. Voilà plus de 20 ans que le téléphone mobile s’est démocratisé et a conquis toutes les poches et tous les sacs à main, avec la promesse maintes fois répétée d’un “réseau au son cristal”, d’une “couverture de toutes les zones blanches” et de “pouvoir téléphoner même à l’intérieur de son domicile”. Et pourtant, dans la réalité, on est loin du compte. Alors, sachez-le : les abonnés peuvent appeler leur opérateur mobile, et leur signaler un problème de réception à un endroit précis. C’est même, de droit, une cause légitime de rupture de l’abonnement, quand on a souscrit à un forfait sur 12 ou 24 mois. Normalement, le conseiller clientèle doit remplir ce que l’on appelle une FIR une fiche d’incident réseau. Dans la réalité, bien souvent, il vous demandera la marque de votre téléphone, s’il n’est pas tombé récemment, bref, mettra en doute votre réclamation. N’hésitez pas à insister. A rappeler. A faire une réclamation par écrit, par chat ou par mail. Si cela ne suffit pas, vous pouvez encore saisir l’Arcep, le gendarme des télécoms. Le site J’alerte l’Arcep permet de signaler un dysfonctionnement. C’est possible également pour des problèmes d’accès à Internet, et même, de distribution du courrier. Prochainement, il sera aussi possible de signaler directement sur une carte à quel endroit la réception mobile est mauvaise.

05 novembre 2020

La Minute Eco : réussissez votre transformation digitale grâce aux plateformes d’achats en ligne

Il est de bon ton depuis plusieurs mois, de pointer du doigt le méchant Amazon, l’accusant notamment d’être responsable de la mort du petit commerce, et de profiter du confinement pour “faire du gras”. C’est un ministre qui l’a dit, excusez du peu.

Pourtant, la réalité est bien différente. D’abord, il faut savoir qu’Amazon, en France, réalise moins de 10 % du chiffre d’affaires de Leclerc et Carrefour réunis. C’est très peu. De même, sur la toile, Amazon pèse seulement 20 % du total des ventes en ligne. On est loin de l’image de l’ogre qui dévore tout, et en particulier, les petits commerçants.

Les petits commerçants justement : il faut savoir que sur Amazon, la moitié des ventes sont réalisées par des petites et moyennes entreprises, qui ont souvent une enseigne physique, mais qui vendent aussi en ligne grâce à la place de marché d’Amazon.

J’ai personnellement croisé récemment un jeune entrepreneur qui vendait des bavoirs et de la layette sur les marchés de Provence. Des étudiantes lui ont proposé de référencer sa marque, “Petit Boucan”, sur Amazon. Il est devenu en quelques mois numéro 3 de sa catégorie ! Aujourd’hui, il vend 90 % de ses bavoirs pour bébés en ligne, évidemment, son chiffre d’affaires a explosé, et il sera bientôt vendu partout en Europe.

En fait, n’importe qui peut vendre sur les places de marché d’Amazon, CDiscount ou encore Ebay. Il suffit de quelques minutes pour créer sa boutique en ligne. La commission ? 15 %. La logistique ? Vous pouvez la confier à la place de marché.

Une chose est sûre : 100 % de ceux qui ont réussi leur transformation digitale ont essayé.

Il est de bon ton depuis plusieurs mois, de pointer du doigt le méchant Amazon, l’accusant notamment d’être responsable de la mort du petit commerce, et de profiter du confinement pour “faire du gras”. C’est un ministre qui l’a dit, excusez du peu. Pourtant, la réalité est bien différente. D’abord, il faut savoir qu’Amazon, en France, réalise moins de 10 % du chiffre d’affaires de Leclerc et Carrefour réunis. C’est très peu. De même, sur la toile, Amazon pèse seulement 20 % du total des ventes en ligne. On est loin de l’image de l’ogre qui dévore tout, et en particulier, les petits commerçants. Les petits commerçants justement : il faut savoir que sur Amazon, la moitié des ventes sont réalisées par des petites et moyennes entreprises, qui ont souvent une enseigne physique, mais qui vendent aussi en ligne grâce à la place de marché d’Amazon. J’ai personnellement croisé récemment un jeune entrepreneur qui vendait des bavoirs et de la layette sur les marchés de Provence. Des étudiantes lui ont proposé de référencer sa marque, “Petit Boucan”, sur Amazon. Il est devenu en quelques mois numéro 3 de sa catégorie ! Aujourd’hui, il vend 90 % de ses bavoirs pour bébés en ligne, évidemment, son chiffre d’affaires a explosé, et il sera bientôt vendu partout en Europe. En fait, n’importe qui peut vendre sur les places de marché d’Amazon, CDiscount ou encore Ebay. Il suffit de quelques minutes pour créer sa boutique en ligne. La commission ? 15 %. La logistique ? Vous pouvez la confier à la place de marché. Une chose est sûre : 100 % de ceux qui ont réussi leur transformation digitale ont essayé.

04 novembre 2020

La Minute Eco : aide au paiement des loyers, pensez-y !

Difficile de s’y retrouver dans toutes les annonces gouvernementales de ces derniers jours, annonces polluées par des contradictions et des retours en arrière incessants.

Plus embêtant : en concentrant toute l’attention sur la guerre des ouvertures entre petits commerces et grande distribution, on passe à côté d’autres mesures utiles au plus grand nombre.

C’est le cas de l’aide au paiement des loyers, lancée en juin dernier. Cette aide, d’un montant de 150 euros par mois, renouvelable une fois, est toujours accessible à ceux qui n’en ont pas encore fait la demande. L’annonce est passée inaperçue.

Pour pouvoir l’obtenir, il faut, soit, être demandeur d’emploi, soit, être salarié et gagner au maximum 1 Smic 1/2, mais avoir perdu au moins 15 % de ses revenus. L’aide étant individuelle, elle peut être demandée par chacun des membres d’un couple, pourvu qu’ils correspondent aux critères d’éligibilité : ce sont dans ce cas 300 euros d’aides au paiement du loyer qui peuvent être obtenus.

Comme le reconfinement menace à nouveau de chômage ou de chômage partiel des millions de Français, cette aide au paiement des loyers est renouvelée pour le mois de novembre.

Et comme la crise ne fait malheureusement que commencer, il se dit que l’aide pourrait être pérennisée, et ses conditions d’obtention, assouplies dès l’an prochain.

Pour demander l’aide, déposez votre demande sur https://www.actionlogement.fr/aide-urgence-logement.

Difficile de s’y retrouver dans toutes les annonces gouvernementales de ces derniers jours, annonces polluées par des contradictions et des retours en arrière incessants. Plus embêtant : en concentrant toute l’attention sur la guerre des ouvertures entre petits commerces et grande distribution, on passe à côté d’autres mesures utiles au plus grand nombre. C’est le cas de l’aide au paiement des loyers, lancée en juin dernier. Cette aide, d’un montant de 150 euros par mois, renouvelable une fois, est toujours accessible à ceux qui n’en ont pas encore fait la demande. L’annonce est passée inaperçue. Pour pouvoir l’obtenir, il faut, soit, être demandeur d’emploi, soit, être salarié et gagner au maximum 1 Smic 1/2, mais avoir perdu au moins 15 % de ses revenus. L’aide étant individuelle, elle peut être demandée par chacun des membres d’un couple, pourvu qu’ils correspondent aux critères d’éligibilité : ce sont dans ce cas 300 euros d’aides au paiement du loyer qui peuvent être obtenus. Comme le reconfinement menace à nouveau de chômage ou de chômage partiel des millions de Français, cette aide au paiement des loyers est renouvelée pour le mois de novembre. Et comme la crise ne fait malheureusement que commencer, il se dit que l’aide pourrait être pérennisée, et ses conditions d’obtention, assouplies dès l’an prochain. Pour demander l’aide, déposez votre demande sur https://www.actionlogement.fr/aide-urgence-logement.

03 novembre 2020

La Minute Eco : reconfiné ? profitez-en !

Comme ce reconfinement est - dans les grandes lignes - une répétition de ce que nous avons déjà vécu en mars et en avril dernier, je vais vous redire aujourd’hui ce que je vous ai déjà dit voici quelques mois.   Que vous soyez étudiant, salarié, indépendant, profession libérale, chômeur ou retraité... Que vous soyez à l’arrêt total, partiel, ou en télétravail, profitez de cette période inédite, qui se répète, pour changer votre destin.  Oui, vous pouvez changer votre destin en décidant d’apprendre quelque chose d’utile pour le monde de demain. D’un côté, il y a le digital : vous n’y connaissez rien ou pas grand-chose ? C’est le moment de vous y mettre. Créez un site Internet. Investissez les réseaux sociaux. Lancez une boutique en ligne. C’est simple : en ce moment, c’est là que sont les clients. Et ils y seront de plus en plus, pendant longtemps, quoi qu’il arrive.  De l’autre, il y a le monde réel. C’est le moment d’apprendre à cuisiner à défaut de pouvoir se lancer dans un potager. C’est le moment aussi d’apprendre à bricoler si ce n’est pas votre truc. Dans le monde de demain, ceux qui sauront utiliser les outils digitaux, sauront travailler ou faire du business avec, sortiront gagnants. Et ceux qui sauront bricoler, cuisiner, bref, être autonomes, s’en sortiront aussi mieux que les autres.  Ah, et même si ça sort de la case "Minute Eco" : faites du sport ! Le sport, c’est la santé, et en ce moment, la santé est un bien précieux...

Comme ce reconfinement est - dans les grandes lignes - une répétition de ce que nous avons déjà vécu en mars et en avril dernier, je vais vous redire aujourd’hui ce que je vous ai déjà dit voici quelques mois.  

Que vous soyez étudiant, salarié, indépendant, profession libérale, chômeur ou retraité... Que vous soyez à l’arrêt total, partiel, ou en télétravail, profitez de cette période inédite, qui se répète, pour changer votre destin. 

Oui, vous pouvez changer votre destin en décidant d’apprendre quelque chose d’utile pour le monde de demain.

D’un côté, il y a le digital : vous n’y connaissez rien ou pas grand-chose ? C’est le moment de vous y mettre. Créez un site Internet. Investissez les réseaux sociaux. Lancez une boutique en ligne. C’est simple : en ce moment, c’est là que sont les clients. Et ils y seront de plus en plus, pendant longtemps, quoi qu’il arrive. 

De l’autre, il y a le monde réel. C’est le moment d’apprendre à cuisiner à défaut de pouvoir se lancer dans un potager. C’est le moment aussi d’apprendre à bricoler si ce n’est pas votre truc.

Dans le monde de demain, ceux qui sauront utiliser les outils digitaux, sauront travailler ou faire du business avec, sortiront gagnants. Et ceux qui sauront bricoler, cuisiner, bref, être autonomes, s’en sortiront aussi mieux que les autres. 

Ah, et même si ça sort de la case "Minute Eco" : faites du sport ! Le sport, c’est la santé, et en ce moment, la santé est un bien précieux...

02 novembre 2020

La Minute Eco : de retour au télétravail ? Equipez-vous !

Puisque nous sommes repartis pour un tour gratuit de confinement, et que le télétravail est fortement recommandé pour tous ceux qui le peuvent, je vais vous donner quelques trucs qui devraient vous simplifier la vie.

Petit 1 : qui dit télétravail, dit ordinateur. Si vous n’êtes pas ou mal équipé, oui, l’achat d’un ordinateur d’occasion est une bonne solution. Tous mes enfants sont équipés de super portables achetés sur le Bon Coin pour parfois le quart de leur prix neuf. Et ils fonctionnent parfaitement bien.

Petit 2 : qui dit télétravail, dit écran. Je veux dire, écran en plus. Pour 80 euros en cherchant bien, vous pouvez acheter un écran d’ordinateur de 22 ou 24 pouces, d’une résolution de 1920x1080. En doublant votre surface d’affichage, vous allez gagner énormément de temps, et donc, gagner en confort, c’est prouvé !

Petit 3 : Il faut pouvoir imprimer pour travailler. Mais imprimer sur une imprimante jet d’encre, avec des cartouches d’encre à 30 euros qui fondent comme neige au soleil, il n’en est pas question. Là encore, sans chercher trop longtemps, vous trouverez des imprimantes laser, noir et blanc, à moins de 100 euros. Personnellement, j’en ai acheté une reconditonnée en avril dernier pour... 40 euros. Elle était encore dans son emballage avec des scotchs de protection orange partout. Son toner coûte 15 euros, et permet d’imprimer 3 000 pages. Imbattable.

Enfin petit 4, la connexion Internet. Une connexion ADSL, même partagée à plusieurs, convient parfaitement pour du télétravail. En revanche, pas question de jeux en réseau derrière, ni de visioconférences. Pour cela, utilisez la connexion de votre téléphone mobile.

Puisque nous sommes repartis pour un tour gratuit de confinement, et que le télétravail est fortement recommandé pour tous ceux qui le peuvent, je vais vous donner quelques trucs qui devraient vous simplifier la vie. Petit 1 : qui dit télétravail, dit ordinateur. Si vous n’êtes pas ou mal équipé, oui, l’achat d’un ordinateur d’occasion est une bonne solution. Tous mes enfants sont équipés de super portables achetés sur le Bon Coin pour parfois le quart de leur prix neuf. Et ils fonctionnent parfaitement bien. Petit 2 : qui dit télétravail, dit écran. Je veux dire, écran en plus. Pour 80 euros en cherchant bien, vous pouvez acheter un écran d’ordinateur de 22 ou 24 pouces, d’une résolution de 1920x1080. En doublant votre surface d’affichage, vous allez gagner énormément de temps, et donc, gagner en confort, c’est prouvé ! Petit 3 : Il faut pouvoir imprimer pour travailler. Mais imprimer sur une imprimante jet d’encre, avec des cartouches d’encre à 30 euros qui fondent comme neige au soleil, il n’en est pas question. Là encore, sans chercher trop longtemps, vous trouverez des imprimantes laser, noir et blanc, à moins de 100 euros. Personnellement, j’en ai acheté une reconditonnée en avril dernier pour... 40 euros. Elle était encore dans son emballage avec des scotchs de protection orange partout. Son toner coûte 15 euros, et permet d’imprimer 3 000 pages. Imbattable. Enfin petit 4, la connexion Internet. Une connexion ADSL, même partagée à plusieurs, convient parfaitement pour du télétravail. En revanche, pas question de jeux en réseau derrière, ni de visioconférences. Pour cela, utilisez la connexion de votre téléphone mobile.

30 octobre 2020

La Minute Eco : c’est plus que jamais le moment d’acheter votre logement

Pour faire face à la crise dans laquelle nous avons déjà un pied - si ce n’est pas les deux pieds profondément enfoncés - une des priorités consiste à s’assurer d’avoir un toit sur la tête. Traduction : c’est plus que jamais le moment d’acheter quelque chose.

Tous ceux dont le métier peut partiellement ou en totalité se faire en télétravail devraient sérieusement songer à s’éloigner des villes. Quelques kilomètres suffisent parfois à diviser par deux, voire, par trois le prix d’un logement.

On ne le répétera jamais assez, mais plus d’un acquéreur sur deux est éligibles aux aides de l’Etat, dont la première d’entre elle, le prêt à taux zéro.

Ce prêt, octroyé par une banque commerciale, mais financé par l’Etat permet non seulement d’alléger la facture, mais aussi d’étaler dans le temps certaine dépenses. Par exemple, avec un PTZ (prêt à taux zéro), on peut commencer par rembourser l’achat d’un terrain, puis ensuite rembourser les travaux de construction ou de réhabilitation de la maison qui se trouve dessus.

Attention : les demandes de PTZ pour l’année en cours ne seront bientôt plus examinées. Si vous avez un projet mur, déposez votre demande maintenant. Sinon il vous faudra attendre, au mieux, la première quinzaine de janvier.

Et si vous êtes plusieurs à vouloir changer d’air, par exemple, des amis, ou encore des frères ou sœurs ou des cousins, ou même, des familles, songez à vous coordonner. De plus en plus de projets immobiliers se montent à plusieurs : racheter une grande maison pour la découper en appartements, avec un grand jardin, est une excellente manière de faire face à des temps évidemment difficiles.

Pour faire face à la crise dans laquelle nous avons déjà un pied - si ce n’est pas les deux pieds profondément enfoncés - une des priorités consiste à s’assurer d’avoir un toit sur la tête. Traduction : c’est plus que jamais le moment d’acheter quelque chose. Tous ceux dont le métier peut partiellement ou en totalité se faire en télétravail devraient sérieusement songer à s’éloigner des villes. Quelques kilomètres suffisent parfois à diviser par deux, voire, par trois le prix d’un logement. On ne le répétera jamais assez, mais plus d’un acquéreur sur deux est éligibles aux aides de l’Etat, dont la première d’entre elle, le prêt à taux zéro. Ce prêt, octroyé par une banque commerciale, mais financé par l’Etat permet non seulement d’alléger la facture, mais aussi d’étaler dans le temps certaine dépenses. Par exemple, avec un PTZ (prêt à taux zéro), on peut commencer par rembourser l’achat d’un terrain, puis ensuite rembourser les travaux de construction ou de réhabilitation de la maison qui se trouve dessus. Attention : les demandes de PTZ pour l’année en cours ne seront bientôt plus examinées. Si vous avez un projet mur, déposez votre demande maintenant. Sinon il vous faudra attendre, au mieux, la première quinzaine de janvier. Et si vous êtes plusieurs à vouloir changer d’air, par exemple, des amis, ou encore des frères ou sœurs ou des cousins, ou même, des familles, songez à vous coordonner. De plus en plus de projets immobiliers se montent à plusieurs : racheter une grande maison pour la découper en appartements, avec un grand jardin, est une excellente manière de faire face à des temps évidemment difficiles.

29 octobre 2020