Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus

La Minute Éco

La Minute Eco : votre auto a plus de 30 ans ? Passez-la en "voiture de collection"

7 automobilistes sur 10 vont avoir un problème dans les deux à trois prochaines années. Le chiffre n’est pas de moi, mais de l’association 40 millions d’automobilistes : avec la création de plus de 150 ZFE, les zones à faibles émissions réparties un peu partout sur le territoire français, ce sont 17 millions de véhicules à 2 ou 4 roues qui n’auront, en effet, plus le droit de circuler partout.

Tous ? Non : il y a plusieurs exceptions. Tout d’abord, les véhicules utilisés par les professionnels peuvent obtenir des dérogations. Pour faire simple, il faut prouver que l’on ne peut pas remplacer le véhicule tout de suite pour des raisons économiques. Mais cela ne permet que d’obtenir un délai de sursis, ce n’est pas une dérogation permanente.

Pour les particuliers, la réponse des autorités est celle des aides à la conversion. Avec les différentes primes, on peut acheter une voiture électrique, ou classée Crit’Air 1 en bénéficiant de milliers d’euros de primes et bonus divers. Mais à la fin, il faut quand même sortir des sous ou s’endetter.

Il reste enfin une dernière option : vous avez une voiture âgée de plus de 30 ans. Si c’est le cas, vous pouvez alors demander à faire passer sa carte grise en carte grise “collection”. Mais pour cela, il y a tout de même une condition : il faut que la voiture soit un minimum propre, qu’elle ait bonne allure. C’est, en effet, la FFVE, la fédération française des véhicules d’Epoque qui va instruire le dossier, et vous délivrer les papiers vous permettant de demander une carte grise collection. Et pour cela, elle demande notamment des photos du véhicule. En revanche, contrairement aux idées reçues, toutes les voitures de plus de 30 ans peuvent être classées collection. La 106, par exemple, fête ses 30 ans : une 106 ayant encore bonne allure, est donc une voiture de collection, si son propriétaire en fait la demande.

Avantage, outre le droit de circuler dans les ZFE, une assurance à prix réduit, et un contrôle technique allégé, une fois tous les 5 ans !

22 juin 2021

La Minute Eco : mettez votre voiture en location, c’est le moment !

Vous avez peut-être entendu dire qu’il allait être très difficile de louer une voiture cet été, pour les vacances. Sauf à la payer à prix d’or.

Comme souvent, je vous propose de faire d’une contrainte, une opportunité.

Si vous avez une voiture, et résidez dans une zone touristique, ou tout simplement à proximité d’une grande ville, vous pouvez tout à fait la mettre en location.

Bien évidemment, sont recherchées prioritairement les berlines familiales, les breaks, les breaks ou les monospaces. Mais on cherche aussi parfois la petite voiture qui permettra juste d’aller faire des courses quand on est dans une location un peu isolée...

Pour comprendre qui a besoin de louer une voiture, retenez simplement que dans une ville comme Paris, 3 habitants sur 4 n’en ont plus ! Ils partent donc en vacances en train, et ont besoin d’un véhicule sur leur lieu de villégiature, ou bien louent une voiture pour partir en vacances avec.

Côté rémunération, elle est loin d’être nulle. J’ai longtemps loué le monospace familial pour un week-end ou une semaine : cela me rapportait entre 200 et 800 euros. Bien sûr, pendant ce temps-là, votre voiture fait des kilomètres en plus, elle s’use, mais la rémunération dépasse largement son usure.

Seule limite : on ne peut pas louer une voiture trop ancienne, les plateformes refusent les véhicules qui ont dépassé un certain kilométrage et un certain âge. Il n’empêche, dans certaines petites villes, certains loueurs particuliers en ont fait un business, et proposent 3,4 5 voitures ou plus encore à la location.

Vous avez peut-être entendu dire qu’il allait être très difficile de louer une voiture cet été, pour les vacances. Sauf à la payer à prix d’or. Comme souvent, je vous propose de faire d’une contrainte, une opportunité. Si vous avez une voiture, et résidez dans une zone touristique, ou tout simplement à proximité d’une grande ville, vous pouvez tout à fait la mettre en location. Bien évidemment, sont recherchées prioritairement les berlines familiales, les breaks, les breaks ou les monospaces. Mais on cherche aussi parfois la petite voiture qui permettra juste d’aller faire des courses quand on est dans une location un peu isolée... Pour comprendre qui a besoin de louer une voiture, retenez simplement que dans une ville comme Paris, 3 habitants sur 4 n’en ont plus ! Ils partent donc en vacances en train, et ont besoin d’un véhicule sur leur lieu de villégiature, ou bien louent une voiture pour partir en vacances avec. Côté rémunération, elle est loin d’être nulle. J’ai longtemps loué le monospace familial pour un week-end ou une semaine : cela me rapportait entre 200 et 800 euros. Bien sûr, pendant ce temps-là, votre voiture fait des kilomètres en plus, elle s’use, mais la rémunération dépasse largement son usure. Seule limite : on ne peut pas louer une voiture trop ancienne, les plateformes refusent les véhicules qui ont dépassé un certain kilométrage et un certain âge. Il n’empêche, dans certaines petites villes, certains loueurs particuliers en ont fait un business, et proposent 3,4 5 voitures ou plus encore à la location.

21 juin 2021

La Minute Eco : signal-arnaques.com, un bon plan pour éviter les arnaques

Vous vous êtes fait arnaquer. Ca nous arrive à tous, même, et je dirai, surtout à moi, vu que j’expérimente un peu tout, justement pour pouvoir alimenter la Minute Eco en bons plans ou au contraire, vous avertir de certains pièges ou dangers.

Jusqu’ici, en cas de souci, on avait tendance à se défouler sur les réseaux sociaux. Parfois, quand le community manager de la marque interpellée fait bien son boulot, on reçoit un message privé, et une proposition d’assistance, et le problème se débloque. Quand c’est possible évidemment...

Mais il faut bien le dire, la plupart du temps, quand on râle sur les réseaux sociaux, une fois les quelques messages de copains qui vous plaignent ou vous taquinent, ça n’avance pas beaucoup.

C’est là qu’arrive Signal-arnaques.com. Ce site, qui existe déjà depuis plusieurs années, est devenu une quasi-référence dans son domaine. Et ces derniers temps, notamment pendant les confinements, il a considérablement augmenté son audience. A tel point que le site recense aujourd’hui 450 000 arnaques en tout genre.

Petit conseil d’ami : si vous avez un doute sur un site marchand, ou sur une entreprise qui vous propose un produit ou un service, allez voir ce qu’en disent les internautes sur signal-arnaques. Pas de messages ? Tout va à priori bien. 2/3 posts doivent commencer à attirer votre attention. Et si les messages de plaintes se comptent par dizaines, alors, vous savez ce qu’il vous reste à faire...

Vous vous êtes fait arnaquer. Ca nous arrive à tous, même, et je dirai, surtout à moi, vu que j’expérimente un peu tout, justement pour pouvoir alimenter la Minute Eco en bons plans ou au contraire, vous avertir de certains pièges ou dangers. Jusqu’ici, en cas de souci, on avait tendance à se défouler sur les réseaux sociaux. Parfois, quand le community manager de la marque interpellée fait bien son boulot, on reçoit un message privé, et une proposition d’assistance, et le problème se débloque. Quand c’est possible évidemment... Mais il faut bien le dire, la plupart du temps, quand on râle sur les réseaux sociaux, une fois les quelques messages de copains qui vous plaignent ou vous taquinent, ça n’avance pas beaucoup. C’est là qu’arrive Signal-arnaques.com. Ce site, qui existe déjà depuis plusieurs années, est devenu une quasi-référence dans son domaine. Et ces derniers temps, notamment pendant les confinements, il a considérablement augmenté son audience. A tel point que le site recense aujourd’hui 450 000 arnaques en tout genre. Petit conseil d’ami : si vous avez un doute sur un site marchand, ou sur une entreprise qui vous propose un produit ou un service, allez voir ce qu’en disent les internautes sur signal-arnaques. Pas de messages ? Tout va à priori bien. 2/3 posts doivent commencer à attirer votre attention. Et si les messages de plaintes se comptent par dizaines, alors, vous savez ce qu’il vous reste à faire...

18 juin 2021

La Minute Eco : un site pour économiser sur les cours de conduite

1 800 euros : d’après les chiffres communiqués par le ministère de l’intérieur, c’est la somme moyenne dépensée par les candidats au permis de conduire. Une sacrée somme à débourser, surtout quand il y a plusieurs permis à financer dans la famille.

Bien évidemment, ce qui pèse le plus dans le budget “permis”, ce sont les heures de conduite. La loi prévoit un minimum de 20 heures, mais en moyenne, les élèves doivent en rajouter une petite quinzaine pour être prêts à passer ou à repasser l’épreuve pratique du permis.

C’est dommage, parce que, vos enfants ont dû vous le dire, on passe pas mal de temps à l’arrêt, moteur éteint, à se faire expliquer telle ou telle règle par le moniteur. D’après les fondateurs de l’auto-école en ligne Cours2conduite.com, sur 20 heures, 5 sont consommées à écouter les conseils du mono sans conduire.

C’est pour cette raison que chez cours2conduite.com, les explications sont digitalisées : avant et après le cours de conduite, l’élève doit aller consulter des vidéos pédagogiques avec son smartphone ou son ordinateur. Il doit également répondre à des quizz pour vérifier s’il a bien retenu la leçon... En quelque sorte, il a des devoirs à faire à la maison.

Résultat : le prix du permis, les fameux “packs tout compris”, est diminué d’autant : Cours2conduite propose le permis boîte automatique à 399 euros, et le permis boîte manuelle à 599 euros.

Bien sûr, comme toutes les auto-écoles en ligne, cours2conduite est d’abord accessible dans les grandes villes. Mais ses moniteurs récupèrent les élèves sur le parvis des gares SNCF. Et il est tout à fait possible de grouper les heures de cours, 2 heures par 2 heures.

1 800 euros : d’après les chiffres communiqués par le ministère de l’intérieur, c’est la somme moyenne dépensée par les candidats au permis de conduire. Une sacrée somme à débourser, surtout quand il y a plusieurs permis à financer dans la famille. Bien évidemment, ce qui pèse le plus dans le budget “permis”, ce sont les heures de conduite. La loi prévoit un minimum de 20 heures, mais en moyenne, les élèves doivent en rajouter une petite quinzaine pour être prêts à passer ou à repasser l’épreuve pratique du permis. C’est dommage, parce que, vos enfants ont dû vous le dire, on passe pas mal de temps à l’arrêt, moteur éteint, à se faire expliquer telle ou telle règle par le moniteur. D’après les fondateurs de l’auto-école en ligne Cours2conduite.com, sur 20 heures, 5 sont consommées à écouter les conseils du mono sans conduire. C’est pour cette raison que chez cours2conduite.com, les explications sont digitalisées : avant et après le cours de conduite, l’élève doit aller consulter des vidéos pédagogiques avec son smartphone ou son ordinateur. Il doit également répondre à des quizz pour vérifier s’il a bien retenu la leçon... En quelque sorte, il a des devoirs à faire à la maison. Résultat : le prix du permis, les fameux “packs tout compris”, est diminué d’autant : Cours2conduite propose le permis boîte automatique à 399 euros, et le permis boîte manuelle à 599 euros. Bien sûr, comme toutes les auto-écoles en ligne, cours2conduite est d’abord accessible dans les grandes villes. Mais ses moniteurs récupèrent les élèves sur le parvis des gares SNCF. Et il est tout à fait possible de grouper les heures de cours, 2 heures par 2 heures.

17 juin 2021

La Minute Eco : la bataille des forfaits mobile va reprendre avant les vacances

Depuis que la minute éco existe, je vous ai parlé une bonne dizaine de fois de votre forfait de téléphone mobile, vous incitant à sauter sur les promotions quand elles passent.

Il n’y a, en effet, aucune raison objective de continuer à payer 20, 30 40 euros par mois ou plus, quand on peut avoir un excellent forfait illimité avec plus de data que vous n’en utiliserez jamais pour 10 euros par mois ou encore moins.

Ces derniers jours, Red, B&You et même Sosh se sont affrontés en relançant leurs offres à 5 euros par mois. 5 euros pour un forfait tout illimité, avec 20 Gigaoctets, ce qui correspond aux besoins de 95 % des abonnés.

Ces promotions se sont achevées pour la plupart hier soir, mais il est à peu près certain que la bataille va redémarrer dans les prochains jours, avant les départs en vacances.

Surtout, et c’est pour cela que je vous en parle, ces promotions sont désormais ouvertes aux abonnés actuels et non pas aux futurs abonnés. Cela veut dire que vous n’avez PAS besoin de changer d’opérateur, pas besoin de changer de carte Sim. Dans mon cas, je viens de passer d’un forfait 100 gigas, totalement surdimensionné, facturé 12 euros par mois, à un forfait tout aussi énorme de 60 gigas, mais facturé seulement 8 euros.

Mes enfants, qui avaient des forfaits un peu chers à mon goût à 8 euros par mois depuis une vague de hausse des tarifs qui a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ont pu redescendre à 5 euros. Toujours sans changer d’opérateur.

Souvenez-vous : 10 euros économisés sur les forfaits de la famille, c’est 120 euros à la fin de l’année. 20 euros font 240 euros en un an. 40 euros, c’est presque 500 euros d’économie.

Depuis que la minute éco existe, je vous ai parlé une bonne dizaine de fois de votre forfait de téléphone mobile, vous incitant à sauter sur les promotions quand elles passent. Il n’y a, en effet, aucune raison objective de continuer à payer 20, 30 40 euros par mois ou plus, quand on peut avoir un excellent forfait illimité avec plus de data que vous n’en utiliserez jamais pour 10 euros par mois ou encore moins. Ces derniers jours, Red, B&You et même Sosh se sont affrontés en relançant leurs offres à 5 euros par mois. 5 euros pour un forfait tout illimité, avec 20 Gigaoctets, ce qui correspond aux besoins de 95 % des abonnés. Ces promotions se sont achevées pour la plupart hier soir, mais il est à peu près certain que la bataille va redémarrer dans les prochains jours, avant les départs en vacances. Surtout, et c’est pour cela que je vous en parle, ces promotions sont désormais ouvertes aux abonnés actuels et non pas aux futurs abonnés. Cela veut dire que vous n’avez PAS besoin de changer d’opérateur, pas besoin de changer de carte Sim. Dans mon cas, je viens de passer d’un forfait 100 gigas, totalement surdimensionné, facturé 12 euros par mois, à un forfait tout aussi énorme de 60 gigas, mais facturé seulement 8 euros. Mes enfants, qui avaient des forfaits un peu chers à mon goût à 8 euros par mois depuis une vague de hausse des tarifs qui a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ont pu redescendre à 5 euros. Toujours sans changer d’opérateur. Souvenez-vous : 10 euros économisés sur les forfaits de la famille, c’est 120 euros à la fin de l’année. 20 euros font 240 euros en un an. 40 euros, c’est presque 500 euros d’économie.

16 juin 2021

La Minute Eco : Joe, l’appli de service de paiement fractionné

Parfois, on se retrouve confronté à une dépense exceptionnelle que l’on ne peut pas différer. Et faute d’autorisation de découvert, parce que le banquier ne vous l’a pas proposée, ou parce que vous n’avez pas pris le service bancaire payant qui va avec, vous voilà coincé.

Il existe pourtant une solution : les services de paiements fractionnés. En France, une petite start-up a lancé son offre, baptisée Joe comme le prénom. Il suffit d’installer l’application Joe, et en quelques clics, et en quelques minutes, vous voilà crédité d’une autorisation de paiement moyen de quelques centaines d’euros, avec un plafond fixé volontairement à 3 000 euros.

Ensuite ? Et bien ensuite, c’est tout simple : vous faites votre dépense, et dès qu’elle apparaît sur votre compte bancaire, vous pouvez en demander immédiatement le remboursement à Joe, toujours sur votre compte bancaire. 3 prélèvements, à 30, 60, et 90 jours serviront à solder votre dette.

Bien entendu, un tel service n’est pas gratuit, pour 300 euros empruntés, il vous en coûtera 3 euros par mois pendant 3 mois, prélevés avec les mensualités de remboursement. Mais justement : à ce prix-là, emprunter un peu d’argent ponctuellement est moins cher que le découvert autorisé.

Bien entendu, Joe ne prête pas à tout le monde inconsciemment. Un système intégré d’intelligence artificielle décide combien vous pouvez obtenir de Joe, qui ne prête pas pour payer son loyer, ou rembourser un autre emprunt.

Parfois, on se retrouve confronté à une dépense exceptionnelle que l’on ne peut pas différer. Et faute d’autorisation de découvert, parce que le banquier ne vous l’a pas proposée, ou parce que vous n’avez pas pris le service bancaire payant qui va avec, vous voilà coincé. Il existe pourtant une solution : les services de paiements fractionnés. En France, une petite start-up a lancé son offre, baptisée Joe comme le prénom. Il suffit d’installer l’application Joe, et en quelques clics, et en quelques minutes, vous voilà crédité d’une autorisation de paiement moyen de quelques centaines d’euros, avec un plafond fixé volontairement à 3 000 euros. Ensuite ? Et bien ensuite, c’est tout simple : vous faites votre dépense, et dès qu’elle apparaît sur votre compte bancaire, vous pouvez en demander immédiatement le remboursement à Joe, toujours sur votre compte bancaire. 3 prélèvements, à 30, 60, et 90 jours serviront à solder votre dette. Bien entendu, un tel service n’est pas gratuit, pour 300 euros empruntés, il vous en coûtera 3 euros par mois pendant 3 mois, prélevés avec les mensualités de remboursement. Mais justement : à ce prix-là, emprunter un peu d’argent ponctuellement est moins cher que le découvert autorisé. Bien entendu, Joe ne prête pas à tout le monde inconsciemment. Un système intégré d’intelligence artificielle décide combien vous pouvez obtenir de Joe, qui ne prête pas pour payer son loyer, ou rembourser un autre emprunt.

15 juin 2021

La Minute Eco : quels paramètres à prendre en compte pour changer de voiture ?

Sur votre radio favorite, à la télévision et dans les journaux, vous constaterez que les publicités pour les voitures neuves sont prédominantes. Après des mois de vache maigre, les constructeurs et les concessionnaires mettent les bouchées doubles pour relancer les ventes d’automobiles.

Mais moi, j’ai une question à vous poser : si vous voulez changer de voiture, si vous devez changer de voiture, avez-vous bien pris tous les paramètres en compte ? Car les choses vont fortement bouger dans les années à venir.

Bien sûr, si vous optez pour une location avec option d’achat (LOA) sur 2 ou 3 ans, comme un acheteur de voiture neuve français sur deux, vous pouvez choisir à peu près la voiture que vous voulez. Ce qu’elle adviendra demain, quand vous la rendrez, n’est finalement pas votre problème.

Mais si en revanche vous préférez acheter, pour garder quelques années votre voiture, ce qui est de loin le geste le plus éco-responsable, alors, attention danger.

Même une voiture classée Crit’air 1 sera bannie des grandes villes à la fin de la décennie. Cela fait sérieusement réfléchir, et surtout, cela va sérieusement entamer la valeur de la voiture à la revente.

Le sujet est encore plus délicat si vous achetez une voiture d’occasion, comme 3 Français sur 4. Une voiture équipée d’une vignette Crit Air 4 est d’ores et déjà bannie sur une large partie de l’Île-de-France, et le sera bientôt dans la plupart des grandes agglomérations. Sans être tranché, je peux quand même affirmer dès aujourd’hui qu’elle ne vaut plus grand chose.

Pour les Crit’air 3, leur bannissement est prévu dans un an en région parisienne, 2 ou 3 ans maximum partout ailleurs.

Maintenant, si votre budget est très limité sachez que ces voitures sont aujourd’hui bradées chez les professionnels qui en ont sur les bras. Avec 1 500 euros, on peut repartir au volant d’une berline ou d’une familiale qui n’a pas forcément bcp de kilomètres, mais n’arbore pas la bonne vignette...

Sur votre radio favorite, à la télévision et dans les journaux, vous constaterez que les publicités pour les voitures neuves sont prédominantes. Après des mois de vache maigre, les constructeurs et les concessionnaires mettent les bouchées doubles pour relancer les ventes d’automobiles. Mais moi, j’ai une question à vous poser : si vous voulez changer de voiture, si vous devez changer de voiture, avez-vous bien pris tous les paramètres en compte ? Car les choses vont fortement bouger dans les années à venir. Bien sûr, si vous optez pour une location avec option d’achat (LOA) sur 2 ou 3 ans, comme un acheteur de voiture neuve français sur deux, vous pouvez choisir à peu près la voiture que vous voulez. Ce qu’elle adviendra demain, quand vous la rendrez, n’est finalement pas votre problème. Mais si en revanche vous préférez acheter, pour garder quelques années votre voiture, ce qui est de loin le geste le plus éco-responsable, alors, attention danger. Même une voiture classée Crit’air 1 sera bannie des grandes villes à la fin de la décennie. Cela fait sérieusement réfléchir, et surtout, cela va sérieusement entamer la valeur de la voiture à la revente. Le sujet est encore plus délicat si vous achetez une voiture d’occasion, comme 3 Français sur 4. Une voiture équipée d’une vignette Crit Air 4 est d’ores et déjà bannie sur une large partie de l’Île-de-France, et le sera bientôt dans la plupart des grandes agglomérations. Sans être tranché, je peux quand même affirmer dès aujourd’hui qu’elle ne vaut plus grand chose. Pour les Crit’air 3, leur bannissement est prévu dans un an en région parisienne, 2 ou 3 ans maximum partout ailleurs. Maintenant, si votre budget est très limité sachez que ces voitures sont aujourd’hui bradées chez les professionnels qui en ont sur les bras. Avec 1 500 euros, on peut repartir au volant d’une berline ou d’une familiale qui n’a pas forcément bcp de kilomètres, mais n’arbore pas la bonne vignette...

14 juin 2021

La Minute Eco : impôt, un délai de paiement est possible

C’est cette semaine que les derniers contribuables français devaient remplir leur déclaration de revenus en ligne. Si vous avez oublié, ou si vous avez accompli la démarche, mais en retard, cela doit normalement vous coûter une pénalité de 10 %. Encore faut-il avoir des impôts à payer pour être pénalisé, bien évidemment.

Avec le prélèvement à la source, si vous devez payer des impôts et que le taux auquel vos revenus est soumis est correct, vous n’aurez normalement rien à verser en complément à la rentrée.

Si, en revanche, vous n’êtes pas soumis au prélèvement à la source, ou encore, si les prélèvements n’ont pas suffi à vous acquitter de l’impôt, alors, vous allez devoir faire un virement au Trésor Public.

Seulement voilà : ça tombe mal. Ce n’est pas le moment. Pour plein de raisons, ce coup-là, vous n’allez pas pouvoir payer.

Ca tombe bien : le cas est prévu. Vous pouvez demander un délai de paiement, et même une remise gracieuse exceptionnelle. Mais pour cela, il ne faut pas tarder. L’administration a, en effet, deux mois pour vous répondre. Et sans réponse de sa part, votre demande de délai ou de remise devra être considérée comme rejetée.

Pour faire une telle demande, vous pouvez d’abord utiliser votre espace en ligne sécurisé, et la messagerie qui vous connecte directement à votre centre des impôts. Et si vous n’êtes pas à l’aise avec ces outils, vous pouvez envoyer un courrier simple à votre centre des impôts. Dans les deux cas, pensez à justifier le plus possible votre demande. Chômage, divorce, problème de santé, panne de chaudière ou toute dépense imprévue et impossible à surseoir sont autant de motifs valables pour obtenir un délai de paiement, ou donc, une remise gracieuse exceptionnelle.

C’est cette semaine que les derniers contribuables français devaient remplir leur déclaration de revenus en ligne. Si vous avez oublié, ou si vous avez accompli la démarche, mais en retard, cela doit normalement vous coûter une pénalité de 10 %. Encore faut-il avoir des impôts à payer pour être pénalisé, bien évidemment. Avec le prélèvement à la source, si vous devez payer des impôts et que le taux auquel vos revenus est soumis est correct, vous n’aurez normalement rien à verser en complément à la rentrée. Si, en revanche, vous n’êtes pas soumis au prélèvement à la source, ou encore, si les prélèvements n’ont pas suffi à vous acquitter de l’impôt, alors, vous allez devoir faire un virement au Trésor Public. Seulement voilà : ça tombe mal. Ce n’est pas le moment. Pour plein de raisons, ce coup-là, vous n’allez pas pouvoir payer. Ca tombe bien : le cas est prévu. Vous pouvez demander un délai de paiement, et même une remise gracieuse exceptionnelle. Mais pour cela, il ne faut pas tarder. L’administration a, en effet, deux mois pour vous répondre. Et sans réponse de sa part, votre demande de délai ou de remise devra être considérée comme rejetée. Pour faire une telle demande, vous pouvez d’abord utiliser votre espace en ligne sécurisé, et la messagerie qui vous connecte directement à votre centre des impôts. Et si vous n’êtes pas à l’aise avec ces outils, vous pouvez envoyer un courrier simple à votre centre des impôts. Dans les deux cas, pensez à justifier le plus possible votre demande.

Chômage, divorce, problème de santé, panne de chaudière ou toute dépense imprévue et impossible à surseoir sont autant de motifs valables pour obtenir un délai de paiement, ou donc, une remise gracieuse exceptionnelle.

11 juin 2021

La Minute Eco : déménagement, à quelles aides pouvez-vous avoir recours ?

Tous les ans, un ménage français sur dix déménage. Et le moment privilégié pour déménager, c’est bien évidemment pendant l’été, quand les enfants n’ont plus école, et que les parents peuvent plus facilement poser des jours. Précisons au passage que le droit du travail n’accorde pas de jours de congés pour déménager aux salariés. Ce sont les conventions collectives qui en donnent parfois, entre 1 et 3 jours, selon les professions.

Déménager, pour l’immense majorité des Français, c’est également faire appel aux copains et louer un camion, ou se débrouiller avec sa voiture et celle de ses amis afin de faire des économies, car le déménagement, c’est avant tout un sacré choc pour le budget familial.

Pourtant, il est possible de recevoir des aides au déménagement. Une majorité de foyers est éligible, mais beaucoup ignorent même jusqu’à l’existence de ces aides.

La CAF verse par exemple une prime de près de 1 000 euros pour les familles avec au moins 3 enfants, y compris quand le dernier n’est pas encore né.

Action Logement de son côté peut verser plus de 2 000 euros à un salarié qui doit déménager pour raisons professionnelles, y compris s’il est célibataire ou en couple sans enfant. La seule condition, c’est de changer de ville : il faut s’éloigner de plus de 70 kilomètres de son ancien domicile pour avoir droit à l’aide “Mobili-Pass”.

Dernière aide disponible : celle du fonds de solidarité pour le logement. Il peut, par exemple, vous prendre en charge le dépôt de garantie, ou encore le premier mois de loyer.

Tous les ans, un ménage français sur dix déménage. Et le moment privilégié pour déménager, c’est bien évidemment pendant l’été, quand les enfants n’ont plus école, et que les parents peuvent plus facilement poser des jours. Précisons au passage que le droit du travail n’accorde pas de jours de congés pour déménager aux salariés. Ce sont les conventions collectives qui en donnent parfois, entre 1 et 3 jours, selon les professions. Déménager, pour l’immense majorité des Français, c’est également faire appel aux copains et louer un camion, ou se débrouiller avec sa voiture et celle de ses amis afin de faire des économies, car le déménagement, c’est avant tout un sacré choc pour le budget familial. Pourtant, il est possible de recevoir des aides au déménagement. Une majorité de foyers est éligible, mais beaucoup ignorent même jusqu’à l’existence de ces aides. La CAF verse par exemple une prime de près de 1 000 euros pour les familles avec au moins 3 enfants, y compris quand le dernier n’est pas encore né. Action Logement de son côté peut verser plus de 2 000 euros à un salarié qui doit déménager pour raisons professionnelles, y compris s’il est célibataire ou en couple sans enfant. La seule condition, c’est de changer de ville : il faut s’éloigner de plus de 70 kilomètres de son ancien domicile pour avoir droit à l’aide “Mobili-Pass”. Dernière aide disponible : celle du fonds de solidarité pour le logement. Il peut, par exemple, vous prendre en charge le dépôt de garantie, ou encore le premier mois de loyer.

10 juin 2021

La Minute Eco : ne faites pas trop vite une croix sur vos vacances à l’étranger cet été

Le président de la République l’a dit : les vacances cet été, c’est en France. Les professionnels du tourisme confirment : l’afflux massif de réservations qu’ils constatent depuis quelques jours est pour l’essentiel franco-français.

Pourtant, il ne faut pas faire une croix définitive sur des vacances à l’étranger, disons au moins, en Europe. Pourquoi ? Tout simplement parce que les compagnies aériennes, qui relancent progressivement leur activité, sont condamnées à faire des promotions canon pour attirer à nouveau des clients.

Résultat, sans trop chercher, vous pouvez trouver des billets d’avion pour l’Europe, au plein de cœur de l’été, à moins de 80 euros l’aller simple. Je suis désolé de faire la comparaison avec les tarifs de la SNCF, mais oui, en 2021, il est encore possible de parcourir 3 000 km en avion pour le même prix qu’un Paris-Bordeaux ou un Paris Marseille en TGV. Bien sûr, privilégiez les vols en semaine sur ceux du vendredi ou du dimanche, beaucoup plus courus et donc beaucoup plus chers.

Sur place, même chose : il suffit de regarder sur les sites de réservation comme Booking, qui mutualisent les hôtels, les gites, et les chambres d'hôte. On peut loger toute une famille pour moins de 100 euros par nuit en Italie. En Croatie, on réserve au bord de la mer pour une semaine à moins de 500 euros, linge et ménage compris.

Cerise sur le gâteau : avec la crise du Covid, les conditions d’annulation se sont partout assouplies.

Le président de la République l’a dit : les vacances cet été, c’est en France. Les professionnels du tourisme confirment : l’afflux massif de réservations qu’ils constatent depuis quelques jours est pour l’essentiel franco-français. Pourtant, il ne faut pas faire une croix définitive sur des vacances à l’étranger, disons au moins, en Europe. Pourquoi ? Tout simplement parce que les compagnies aériennes, qui relancent progressivement leur activité, sont condamnées à faire des promotions canon pour attirer à nouveau des clients. Résultat, sans trop chercher, vous pouvez trouver des billets d’avion pour l’Europe, au plein de cœur de l’été, à moins de 80 euros l’aller simple. Je suis désolé de faire la comparaison avec les tarifs de la SNCF, mais oui, en 2021, il est encore possible de parcourir 3 000 km en avion pour le même prix qu’un Paris-Bordeaux ou un Paris Marseille en TGV. Bien sûr, privilégiez les vols en semaine sur ceux du vendredi ou du dimanche, beaucoup plus courus et donc beaucoup plus chers. Sur place, même chose : il suffit de regarder sur les sites de réservation comme Booking, qui mutualisent les hôtels, les gites, et les chambres d'hôte. On peut loger toute une famille pour moins de 100 euros par nuit en Italie. En Croatie, on réserve au bord de la mer pour une semaine à moins de 500 euros, linge et ménage compris. Cerise sur le gâteau : avec la crise du Covid, les conditions d’annulation se sont partout assouplies.

09 juin 2021