Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus

La Minute Éco

La Minute Eco : plus besoin de payer vos contraventions avant de les contester

Désormais, en cas de contravention au stationnement - pardon - en cas de forfait post stationnement ou FPS apposé sur votre pare-brise ou reçu par la Poste à votre domicile, vous n’avez plus à ... payer pour pouvoir contester.

Cela n’a l’air de rien, mais c’est un progrès énorme qui vient d’être accompli dans la défense des droits des citoyens automobilistes.  C’est le Conseil constitutionnel qui vient de prendre cette décision, qui - précision de taille - concerne tous les automobilistes qui ont reçu un Forfait post stationnement, et non pas seulement les handicapés, ou bien ceux dont le véhicule a été vendu, mais dont la vente n’a pas encore été enregistrée par la préfecture.  Il faut dire que dans le système en vigueur encore jusqu’à hier, il n’était pas rare que la contestation se perde dans les méandres de l’administration, laissant le contribuable citoyen contrevenant sans moyen d’agir, alors même qu’il avait déjà payé. Les sommes en jeu n’ont rien de ridicules : les 17 euros d’amende pour stationnement payant non-acquitté ont été remplacés dans certaines villes par des FPS de 35€, voire 50€, soit deux à trois fois plus. La décision s’applique immédiatement. Cela veut dire que si vous avez pris un FPS dans les derniers jours ou les dernières semaines, vous pouvez le contester, sans bourse délier. Encore faut-il que le système de réclamation en ligne sur le site de l’ANTAI, l’agence nationale de traitement automatisé des infractions, soit mis à jour…

Désormais, en cas de contravention au stationnement - pardon - en cas de forfait post stationnement ou FPS apposé sur votre pare-brise ou reçu par la Poste à votre domicile, vous n’avez plus à ... payer pour pouvoir contester. Cela n’a l’air de rien, mais c’est un progrès énorme qui vient d’être accompli dans la défense des droits des citoyens automobilistes. 

C’est le Conseil constitutionnel qui vient de prendre cette décision, qui - précision de taille - concerne tous les automobilistes qui ont reçu un Forfait post stationnement, et non pas seulement les handicapés, ou bien ceux dont le véhicule a été vendu, mais dont la vente n’a pas encore été enregistrée par la préfecture. 

Il faut dire que dans le système en vigueur encore jusqu’à hier, il n’était pas rare que la contestation se perde dans les méandres de l’administration, laissant le contribuable citoyen contrevenant sans moyen d’agir, alors même qu’il avait déjà payé.

Les sommes en jeu n’ont rien de ridicules : les 17 euros d’amende pour stationnement payant non-acquitté ont été remplacés dans certaines villes par des FPS de 35€, voire 50€, soit deux à trois fois plus.

La décision s’applique immédiatement. Cela veut dire que si vous avez pris un FPS dans les derniers jours ou les dernières semaines, vous pouvez le contester, sans bourse délier. Encore faut-il que le système de réclamation en ligne sur le site de l’ANTAI, l’agence nationale de traitement automatisé des infractions, soit mis à jour…

11 septembre 2020

La Minute Eco : Prêts immobiliers, la nouvelle donne

Désormais, tout le monde a relativement bien compris que l’époque de l’argent facile et quasiment gratuit pour acheter un studio, un appartement ou une maison est révolu.

Avec la crise économique qui couve, les banques restreignent drastiquement les conditions d’accès au crédit. La première restriction porte bien entendu sur les garanties que vous devez apporter.  Jusqu’ici, un CDI, et même deux CDI, si c’est un couple qui achète, c’était le Graal. Seulement voilà : désormais, les banques regardent bien plus en détail qui est l’employeur, et dans quel secteur d’activité il opère. En ce moment, travailler dans la restauration ou l’événementiel, ça ne fait pas rêver les banquiers. Deuxième garantie : l’apport. Il était possible encore, voici peu, d’acheter sans apport, ou en finançant les frais de notaire. Désormais, c’est terminé. Si vous visez un bien valorisé 150 000 euros, il faut avoir au moins 15 000 euros de côté à apporter. Enfin, il est désormais totalement impossible d’emprunter en se mettant au taquet, c’est-à-dire, en consacrant plus de 30 % de ses revenus au remboursement des mensualités de crédit. Et comme il est aussi déconseillé d’emprunter sur une durée supérieure à 25 ans, cela réduit d’autant les possibilités de montages financiers.

Maintenant, ne renoncez pas pour autant : avec ces nouvelles règles, ce sont les vendeurs qui vont devoir s’adapter. Vous allez pouvoir de plus en plus négocier les prix dans les prochaines semaines et prochains mois.

Désormais, tout le monde a relativement bien compris que l’époque de l’argent facile et quasiment gratuit pour acheter un studio, un appartement ou une maison est révolu. Avec la crise économique qui couve, les banques restreignent drastiquement les conditions d’accès au crédit.

La première restriction porte bien entendu sur les garanties que vous devez apporter. 

Jusqu’ici, un CDI, et même deux CDI, si c’est un couple qui achète, c’était le Graal. Seulement voilà : désormais, les banques regardent bien plus en détail qui est l’employeur, et dans quel secteur d’activité il opère. En ce moment, travailler dans la restauration ou l’événementiel, ça ne fait pas rêver les banquiers.

Deuxième garantie : l’apport. Il était possible encore, voici peu, d’acheter sans apport, ou en finançant les frais de notaire. Désormais, c’est terminé. Si vous visez un bien valorisé 150 000 euros, il faut avoir au moins 15 000 euros de côté à apporter.

Enfin, il est désormais totalement impossible d’emprunter en se mettant au taquet, c’est-à-dire, en consacrant plus de 30 % de ses revenus au remboursement des mensualités de crédit. Et comme il est aussi déconseillé d’emprunter sur une durée supérieure à 25 ans, cela réduit d’autant les possibilités de montages financiers. Maintenant, ne renoncez pas pour autant : avec ces nouvelles règles, ce sont les vendeurs qui vont devoir s’adapter. Vous allez pouvoir de plus en plus négocier les prix dans les prochaines semaines et prochains mois.

10 septembre 2020

La Minute Eco : Voiture neuve ou d’occasion, quel est le meilleur prix de revient kilométrique ?

Au moment d’acheter une voiture, on ne s’imagine pas à quel point son choix va être déterminant pour les années à venir en termes de dépenses, évidemment. D’un côté, il y a la possibilité d’acheter une voiture neuve ou très récente à crédit qui aura l’avantage conséquent de consommer très peu d’essence et – a priori – de ne pas coûter trop cher en réparation, du moins les premières années. De l’autre, vous pouvez aussi opter pour une voiture d’occasion de plus de 10 ans pour économiser sur la carte grise et aussi sur le prix d’achat. Elle consommera plus et risquera d’avoir besoin de passer au garage de temps en temps, mais vous aurez moins d’argent à sortir au démarrage. Alors, quel est le gagnant ? Et bien, c’est à vous de la déterminer.  Et pour ça, fort heureusement, plusieurs sites internet vous propose de vous aider à calculer le prix de revient kilométrique de la voiture ou PRK. Tout est pris en compte ; même l’assurance, même les PV, et même la consommation réelle de la voiture et pas celle promise par le constructeur. Le résultat final va vous surprendre, mais au bout du compte, une petite voiture récente et peu gourmande en carburant vous coûte quand même 20€ quand vous parcourez 100 km avec. Une familiale récente coûte plutôt dans les 30 à 35€ tous les 100 km toujours. Pour faire vraiment chuter le prix de revient kilométrique, il faut en fait acheter une voiture d’occasion - maximum 4 000€ - et qu’elle soit peu gourmande en diesel, ou qu’elle soit capable de rouler à l’éthanol. A ce moment-là, seulement, le PRK s’effondre et s’approche plutôt des 12 ou 13€ des 100km. Mais en cas de gros pépins, comme une casse du moteur par exemple, il faudra évidemment remettre le compteur à zéro.

Au moment d’acheter une voiture, on ne s’imagine pas à quel point son choix va être déterminant pour les années à venir en termes de dépenses, évidemment. D’un côté, il y a la possibilité d’acheter une voiture neuve ou très récente à crédit qui aura l’avantage conséquent de consommer très peu d’essence et – a priori – de ne pas coûter trop cher en réparation, du moins les premières années.

De l’autre, vous pouvez aussi opter pour une voiture d’occasion de plus de 10 ans pour économiser sur la carte grise et aussi sur le prix d’achat. Elle consommera plus et risquera d’avoir besoin de passer au garage de temps en temps, mais vous aurez moins d’argent à sortir au démarrage.

Alors, quel est le gagnant ? Et bien, c’est à vous de la déterminer.  Et pour ça, fort heureusement, plusieurs sites internet vous propose de vous aider à calculer le prix de revient kilométrique de la voiture ou PRK. Tout est pris en compte ; même l’assurance, même les PV, et même la consommation réelle de la voiture et pas celle promise par le constructeur.

Le résultat final va vous surprendre, mais au bout du compte, une petite voiture récente et peu gourmande en carburant vous coûte quand même 20€ quand vous parcourez 100 km avec.

Une familiale récente coûte plutôt dans les 30 à 35€ tous les 100 km toujours. Pour faire vraiment chuter le prix de revient kilométrique, il faut en fait acheter une voiture d’occasion - maximum 4 000€ - et qu’elle soit peu gourmande en diesel, ou qu’elle soit capable de rouler à l’éthanol. A ce moment-là, seulement, le PRK s’effondre et s’approche plutôt des 12 ou 13€ des 100km. Mais en cas de gros pépins, comme une casse du moteur par exemple, il faudra évidemment remettre le compteur à zéro.

09 septembre 2020

La Minute Eco : Signal conso, pour venir au secours du consommateur

Le consommateur se sent souvent trop seul, quand il se retrouve face à une difficulté.

C’est, par exemple, la facture de téléphone mobile qui dépasse largement son montant habituel sans raison. C’est un jouet qui est cassé à peine sorti de l’emballage. Un problème avec un chauffagiste ou un dentiste. La banque qui vous fait des misères. La liste est évidemment sans fin, comme les soucis qui vont avec. Historiquement, le consommateur devait faire appel à une association de consommateurs pour obtenir de l’aide et la marche à suivre pour faire valoir ses droits. Mais désormais, il est possible de solliciter simplement les services de l’Etat, en utilisant le site signal.conso.gouv.fr.

En quelques clics, vous pouvez, grâce à Signal conso, déposer une réclamation pour le problème que vous avez rencontré. Il suffit pour cela de répondre à des questions, puis, d’expliquer en quelques lignes votre souci. Vous pouvez joindre des documents à votre réclamation. Une fois validée, celle-ci va être transmise automatiquement à l’entreprise en question par la direction de la consommation. L’entreprise ciblée dispose de deux mois pour répondre. Si, à la fin du délai, elle fait la sourde oreille, les agents de l’Etat sont censés prendre le relais, pour faire avancer le dossier. Et s’il y a eu fraude ou manquement à une réglementation, elle sera sanctionnée.  Attention cependant : pour l’instant, Signal Conso a quand même un gros défaut : il n’est pas possible de lui signaler les problèmes concernant les achats en ligne...

Le consommateur se sent souvent trop seul, quand il se retrouve face à une difficulté. C’est, par exemple, la facture de téléphone mobile qui dépasse largement son montant habituel sans raison. C’est un jouet qui est cassé à peine sorti de l’emballage. Un problème avec un chauffagiste ou un dentiste. La banque qui vous fait des misères. La liste est évidemment sans fin, comme les soucis qui vont avec.

Historiquement, le consommateur devait faire appel à une association de consommateurs pour obtenir de l’aide et la marche à suivre pour faire valoir ses droits. Mais désormais, il est possible de solliciter simplement les services de l’Etat, en utilisant le site signal.conso.gouv.fr. En quelques clics, vous pouvez, grâce à Signal conso, déposer une réclamation pour le problème que vous avez rencontré. Il suffit pour cela de répondre à des questions, puis, d’expliquer en quelques lignes votre souci. Vous pouvez joindre des documents à votre réclamation.

Une fois validée, celle-ci va être transmise automatiquement à l’entreprise en question par la direction de la consommation. L’entreprise ciblée dispose de deux mois pour répondre. Si, à la fin du délai, elle fait la sourde oreille, les agents de l’Etat sont censés prendre le relais, pour faire avancer le dossier. Et s’il y a eu fraude ou manquement à une réglementation, elle sera sanctionnée. 

Attention cependant : pour l’instant, Signal Conso a quand même un gros défaut : il n’est pas possible de lui signaler les problèmes concernant les achats en ligne...

08 septembre 2020

La Minute Eco : les complémentaires à votre assurance auto classique

En moyenne, un automobiliste a un pépin avec sa voiture tous les 4 ans. Je parle d’un pépin qui nécessite de faire appel à son assurance. Autrement dit, une fois tous les 4 ans, on se dit : « Si j’avais su, j’aurais pris l’assurance tous risques ou bien encore l’option rachat de franchise ».  Il faut dire qu’il n’y a pas de contrat d’assurance automobile parfait, surtout que depuis des années, les compagnies s’affrontent sur les prix, tout en restreignant les garanties. Aussi, émerge une nouvelle tendance : celle de l’assurance complémentaire. Une assurance que vous prenez en plus de votre assurance auto classique, et qui va vous offrir des options, des services, que vous ne trouverez pas ailleurs.  C’est ce que propose le “Club Identicar” que vous pouvez depuis peu souscrire en ligne. Pour 14 euros par mois, il vous rembourse votre franchise, en cas d’accident responsable ou de vandalisme. Il rembourse aussi les pneus crevés.  Pour 16 euros de plus, il prend en charge les pannes mécaniques ou électroniques de la voiture, à concurrence de 1 000 euros. Mais si vous subissez deux ou même trois pannes la même année, pas de problème : vous serez remboursé trois fois, donc, au maximum, 3 000 euros.  Il y a même une option proposée à 5 euros par mois, qui vous finance un stage de récupération de points en cas de besoin.  Ce genre d’offre, autrefois réservée aux voitures vendues chez des concessionnaires, est désormais accessible à tout le monde sur www.club-identicar.com.

Bonne route !

En moyenne, un automobiliste a un pépin avec sa voiture tous les 4 ans. Je parle d’un pépin qui nécessite de faire appel à son assurance. Autrement dit, une fois tous les 4 ans, on se dit : « Si j’avais su, j’aurais pris l’assurance tous risques ou bien encore l’option rachat de franchise ». 

Il faut dire qu’il n’y a pas de contrat d’assurance automobile parfait, surtout que depuis des années, les compagnies s’affrontent sur les prix, tout en restreignant les garanties.

Aussi, émerge une nouvelle tendance : celle de l’assurance complémentaire. Une assurance que vous prenez en plus de votre assurance auto classique, et qui va vous offrir des options, des services, que vous ne trouverez pas ailleurs. 

C’est ce que propose le “Club Identicar” que vous pouvez depuis peu souscrire en ligne. Pour 14 euros par mois, il vous rembourse votre franchise, en cas d’accident responsable ou de vandalisme. Il rembourse aussi les pneus crevés. 

Pour 16 euros de plus, il prend en charge les pannes mécaniques ou électroniques de la voiture, à concurrence de 1 000 euros. Mais si vous subissez deux ou même trois pannes la même année, pas de problème : vous serez remboursé trois fois, donc, au maximum, 3 000 euros. 

Il y a même une option proposée à 5 euros par mois, qui vous finance un stage de récupération de points en cas de besoin. 

Ce genre d’offre, autrefois réservée aux voitures vendues chez des concessionnaires, est désormais accessible à tout le monde sur www.club-identicar.com. Bonne route !

07 septembre 2020

La Minute Eco : Foires aux vins, attention aux fausses bonnes affaires

La rentrée est traditionnellement consacrée aux foires aux vins dans la grande distribution, dès que les cartables et les paquets de feuilles ont cédé la place. Faisons court : oui, on peut faire de bonnes affaires pendant les foires aux vins. Encore faut-il ne pas tomber dans le panneau des promotions qui n’en sont pas, pour des vins sans intérêt.

Basiquement, méfiez-vous des offres en carton, avec 2 bouteilles offertes pour 6 achetées, ou 4 offertes pour 12. Méfiez-vous encore plus du carton offert pour un carton acheté.  Cherchez plutôt les vins, les appellations que vous connaissez. Si vous en trouvez des médaillés, idéalement, du concours agricole, sinon, d’un guide de vins connu et prestigieux, foncez !   En revanche, si la médaille affichée ostensiblement par la bouteille ne vous dit rien, parfois, un obscur concours régional, parfois, un prix remis par un média, alors, passez votre chemin. Cette année, crise sanitaire oblige, certains grossistes vont être contraints de brader leurs vins, car les exportations marquent le pas depuis des mois. Il y a donc des “coups” à faire, pour constituer une petite cave, avec des vins de garde. Quant aux champagnes, vous pouvez en mettre de côté, bien sûr ; mais il y a fort à parier que la guerre des prix continuera à faire rage à l’approche des fêtes. Avec modération tout cela, bien entendu.

La rentrée est traditionnellement consacrée aux foires aux vins dans la grande distribution, dès que les cartables et les paquets de feuilles ont cédé la place.

Faisons court : oui, on peut faire de bonnes affaires pendant les foires aux vins. Encore faut-il ne pas tomber dans le panneau des promotions qui n’en sont pas, pour des vins sans intérêt. Basiquement, méfiez-vous des offres en carton, avec 2 bouteilles offertes pour 6 achetées, ou 4 offertes pour 12. Méfiez-vous encore plus du carton offert pour un carton acheté. 

Cherchez plutôt les vins, les appellations que vous connaissez. Si vous en trouvez des médaillés, idéalement, du concours agricole, sinon, d’un guide de vins connu et prestigieux, foncez !  

En revanche, si la médaille affichée ostensiblement par la bouteille ne vous dit rien, parfois, un obscur concours régional, parfois, un prix remis par un média, alors, passez votre chemin.

Cette année, crise sanitaire oblige, certains grossistes vont être contraints de brader leurs vins, car les exportations marquent le pas depuis des mois. Il y a donc des “coups” à faire, pour constituer une petite cave, avec des vins de garde.

Quant aux champagnes, vous pouvez en mettre de côté, bien sûr ; mais il y a fort à parier que la guerre des prix continuera à faire rage à l’approche des fêtes.

Avec modération tout cela, bien entendu.

04 septembre 2020

La Minute Eco : des cartes prépayées pour petits travaux

Les Français ont la réputation d’être plutôt bricoleurs, et d’ailleurs, pendant et après le confinement, les magasins du secteur ont réalisé des performances historiques. + 150 % par rapport à l’an dernier, disent certains banquiers. Mais il y a aussi ceux qui ne savent pas planter un clou ou plutôt, ne se réjouissent pas à l’idée de monter une penderie, d’installer un éclairage au plafond, ou de réparer une douche.

Pour ceux-là, Bricomarché et Bricorama viennent de lancer un service très pratique : des cartes prépayées pour petits travaux.  Concrètement : si vous avez, par exemple, besoin de changer un robinet de douche pour mettre à la place un mitigeur, il vous suffit d’acheter la carte “robinet” au prix de 69 euros.  En appelant le numéro de téléphone qui se trouve sur la carte et en donnant le code confidentiel unique figurant dessus, la plateforme Youpijob vous trouvera quelqu’un pour venir réaliser votre bricolage dans les trois jours.  Le bonus, non négligeable, c’est que grâce à cette carte, le crédit d’impôt de 50 % auquel tout le monde à droit pour les emplois à domicile est automatiquement géré. L’attestation fiscale sera envoyée par courrier aux acheteurs de ces cartes, une fois utilisées. La moitié de la dépense sera donc déductible des impôts de l’année suivante. Pour poser des rideaux et la tringle qui va avec, ou encore, un plafonnier ou un spot, il vous en coûtera 59 euros, perçage et rebouchage compris. Vous pouvez aussi acheter une carte "taille de haie", "tonte de pelouse", "débroussaillage" et même "abattage d’arbre". Ou, plus simple une carte "2 heures de bricolage ».  Et si vous êtes bricoleur, vous pouvez proposer vos services à vos voisins sur une plateforme comme Youpijob, allovoisins, et tant d’autres du même acabit.

Les Français ont la réputation d’être plutôt bricoleurs, et d’ailleurs, pendant et après le confinement, les magasins du secteur ont réalisé des performances historiques. + 150 % par rapport à l’an dernier, disent certains banquiers.

Mais il y a aussi ceux qui ne savent pas planter un clou ou plutôt, ne se réjouissent pas à l’idée de monter une penderie, d’installer un éclairage au plafond, ou de réparer une douche. Pour ceux-là, Bricomarché et Bricorama viennent de lancer un service très pratique : des cartes prépayées pour petits travaux. 

Concrètement : si vous avez, par exemple, besoin de changer un robinet de douche pour mettre à la place un mitigeur, il vous suffit d’acheter la carte “robinet” au prix de 69 euros. 

En appelant le numéro de téléphone qui se trouve sur la carte et en donnant le code confidentiel unique figurant dessus, la plateforme Youpijob vous trouvera quelqu’un pour venir réaliser votre bricolage dans les trois jours. 

Le bonus, non négligeable, c’est que grâce à cette carte, le crédit d’impôt de 50 % auquel tout le monde à droit pour les emplois à domicile est automatiquement géré. L’attestation fiscale sera envoyée par courrier aux acheteurs de ces cartes, une fois utilisées. La moitié de la dépense sera donc déductible des impôts de l’année suivante.

Pour poser des rideaux et la tringle qui va avec, ou encore, un plafonnier ou un spot, il vous en coûtera 59 euros, perçage et rebouchage compris. Vous pouvez aussi acheter une carte "taille de haie", "tonte de pelouse", "débroussaillage" et même "abattage d’arbre". Ou, plus simple une carte "2 heures de bricolage ». 

Et si vous êtes bricoleur, vous pouvez proposer vos services à vos voisins sur une plateforme comme Youpijob, allovoisins, et tant d’autres du même acabit.

03 septembre 2020

La Minute Eco : tentez de négocier le loyer de votre bien

Vous ne serez pas étonné d’apprendre que le mois de septembre est LE mois de l’année où le marché de la location est le plus dynamique, à jeu égal avec le mois de juillet.  En juillet, on déménage en famille quand l’école est finie ; en septembre, on emménage seul, parce que l’on démarre ses études loin de papa maman.

Bonne nouvelle, après des années de tension sur le marché de la location, la donne commence à changer. Dans plusieurs grandes villes, l’offre de studios ou de petits appartements a littéralement explosé ces derniers jours.

Des propriétaires qui avaient mis leur bien en location touristique via Air Bnb se sont en effet tournés vers la location classique pour cette rentrée. D’après plusieurs études récentes, ce marché est finalement aussi rentable, et surtout, il crée beaucoup moins d’ennuis tant au propriétaire qu’aux voisins du bien mis en location.   Résultat, les professionnels de l’immobilier s’attendent à une baisse du prix des loyers dans certaines villes. Pas forcément tout de suite, mais elle sera visible dans les statistiques dans quelques mois.  Conséquence, si vous devez louer pour vous ou pour un de vos enfants dans les prochains jours, vous pouvez tenter de négocier un peu le loyer. 420 pour 450, ça se joue. 700 pour 750, ça se propose. 

Vous ne serez pas étonné d’apprendre que le mois de septembre est LE mois de l’année où le marché de la location est le plus dynamique, à jeu égal avec le mois de juillet. 

En juillet, on déménage en famille quand l’école est finie ; en septembre, on emménage seul, parce que l’on démarre ses études loin de papa maman. Bonne nouvelle, après des années de tension sur le marché de la location, la donne commence à changer. Dans plusieurs grandes villes, l’offre de studios ou de petits appartements a littéralement explosé ces derniers jours. Des propriétaires qui avaient mis leur bien en location touristique via Air Bnb se sont en effet tournés vers la location classique pour cette rentrée. D’après plusieurs études récentes, ce marché est finalement aussi rentable, et surtout, il crée beaucoup moins d’ennuis tant au propriétaire qu’aux voisins du bien mis en location.  

Résultat, les professionnels de l’immobilier s’attendent à une baisse du prix des loyers dans certaines villes. Pas forcément tout de suite, mais elle sera visible dans les statistiques dans quelques mois. 

Conséquence, si vous devez louer pour vous ou pour un de vos enfants dans les prochains jours, vous pouvez tenter de négocier un peu le loyer. 420 pour 450, ça se joue. 700 pour 750, ça se propose. 

02 septembre 2020

La Minute Eco : une bourse pour votre enfant lycéen

Cette fois, ça y est. Après avoir été - pour certains - éloignés de l’école pendant plus de six mois, nos enfants sont enfin de retour en classe. Si vous êtes parents de lycéens, sachez que vous pouvez recevoir une aide financière pour la poursuite de leurs études, sous conditions de ressources.

Ceux qui ont déjà bénéficié d’une bourse l’an dernier n’ont rien à faire, la reconduction est automatique. En revanche, ceux dont le ou les enfants entrent en seconde doivent en faire la demande expresse.

Pour cela, il suffit de se rendre sur le site “scolarité-services” dont vous dépendez, et d’indiquer son revenu fiscal de référence. Bien entendu, le nombre d’enfants à charge est pris en compte. Avec 1 enfant et 18 600 euros de revenus déclarés, vous pouvez déjà prétendre à une bourse.  Le montant de celle-ci oscille entre 441 euros et 933 euros par an. Et elle est versée tous les trimestres. Si vous êtes perdus dans vos démarches en ligne, sachez que le secrétariat du lycée peut vous donner un dossier papier de demande de bourse.  Et pour les élèves scolarisés dans le privé, la demande doit de toute manière obligatoirement se faire par écrit.

Bonne rentrée à tous!

Cette fois, ça y est. Après avoir été - pour certains - éloignés de l’école pendant plus de six mois, nos enfants sont enfin de retour en classe.

Si vous êtes parents de lycéens, sachez que vous pouvez recevoir une aide financière pour la poursuite de leurs études, sous conditions de ressources. Ceux qui ont déjà bénéficié d’une bourse l’an dernier n’ont rien à faire, la reconduction est automatique.

En revanche, ceux dont le ou les enfants entrent en seconde doivent en faire la demande expresse. Pour cela, il suffit de se rendre sur le site “scolarité-services” dont vous dépendez, et d’indiquer son revenu fiscal de référence. Bien entendu, le nombre d’enfants à charge est pris en compte. Avec 1 enfant et 18 600 euros de revenus déclarés, vous pouvez déjà prétendre à une bourse. 

Le montant de celle-ci oscille entre 441 euros et 933 euros par an. Et elle est versée tous les trimestres.

Si vous êtes perdus dans vos démarches en ligne, sachez que le secrétariat du lycée peut vous donner un dossier papier de demande de bourse. 

Et pour les élèves scolarisés dans le privé, la demande doit de toute manière obligatoirement se faire par écrit. Bonne rentrée à tous!

01 septembre 2020

La Minute Eco : Téléchargement illégal… est-ce encore nécessaire ?

A l’heure de la banalisation des plateformes de vidéo à la demande, comme Netflix, Amazon Prime Vidéo ou Disney, on en oublierait presque que tous les jours, des millions de films, de dessins animés et de séries sont téléchargés illégalement, un peu partout dans le monde.

Vous avez sans doute entendu parler des piètres résultats de l’HADOPI - la haute autorité contre le piratage - qui n’a jamais vraiment rien empêché, ni fait vraiment condamner personne. Mais cela ne doit pas vous faire oublier qu’il y a quand même un vrai risque à détenir chez soi, sur son ordinateur, des centaines de films téléchargés illégalement.

Soyons plus précis : ce n’est pas les détenir qui est risqué juridiquement. S’ils sont sur un disque dur, que vous branchez de temps en temps sur votre télévision pour les regarder, vous ne vous ferez pas attraper. En revanche, si vous les laissez sur un coin de votre disque dur, et qu’un logiciel de partage reste actif dans un coin, alors, vous pourriez avoir des ennuis un jour. Ce n’est pas HADOPI qu'il vous faut craindre, mais les policiers et les gendarmes qui sont en ce moment engagés dans une vaste opération internationale de démantèlement du piratage de films et séries. La semaine dernière, des dizaines de serveurs et de sites associés ont été démantelés par les forces de l’ordre dans une vingtaine de pays occidentaux, et les arrestations ne font que commencer.  En réalité, désormais, avec les plateformes de VOD, pirater les films, ce qui s’apparente souvent à une sorte de collection, n’a plus vraiment de sens. D’autant plus que pour l’instant, toutes les plateformes de VOD tolèrent le partage de mots de passe. Utiliser un compte Netflix à 2, 3, 4 familles ou bandes de copains est bien plus malin que de risquer des ennuis avec la Justice.

A l’heure de la banalisation des plateformes de vidéo à la demande, comme Netflix, Amazon Prime Vidéo ou Disney, on en oublierait presque que tous les jours, des millions de films, de dessins animés et de séries sont téléchargés illégalement, un peu partout dans le monde. Vous avez sans doute entendu parler des piètres résultats de l’HADOPI - la haute autorité contre le piratage - qui n’a jamais vraiment rien empêché, ni fait vraiment condamner personne. Mais cela ne doit pas vous faire oublier qu’il y a quand même un vrai risque à détenir chez soi, sur son ordinateur, des centaines de films téléchargés illégalement. Soyons plus précis : ce n’est pas les détenir qui est risqué juridiquement. S’ils sont sur un disque dur, que vous branchez de temps en temps sur votre télévision pour les regarder, vous ne vous ferez pas attraper. En revanche, si vous les laissez sur un coin de votre disque dur, et qu’un logiciel de partage reste actif dans un coin, alors, vous pourriez avoir des ennuis un jour.

Ce n’est pas HADOPI qu'il vous faut craindre, mais les policiers et les gendarmes qui sont en ce moment engagés dans une vaste opération internationale de démantèlement du piratage de films et séries. La semaine dernière, des dizaines de serveurs et de sites associés ont été démantelés par les forces de l’ordre dans une vingtaine de pays occidentaux, et les arrestations ne font que commencer. 

En réalité, désormais, avec les plateformes de VOD, pirater les films, ce qui s’apparente souvent à une sorte de collection, n’a plus vraiment de sens. D’autant plus que pour l’instant, toutes les plateformes de VOD tolèrent le partage de mots de passe. Utiliser un compte Netflix à 2, 3, 4 familles ou bandes de copains est bien plus malin que de risquer des ennuis avec la Justice.

31 août 2020