Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus

La Minute Eco : Activités sportives, est-ce qu’on se réinscrit à la rentrée ?

24 août 2020 à 06h45

Cette fois ça y est, la rentrée pointe le bout de son nez. Vous êtes nombreux à avoir repris le travail ou à le reprendre cette semaine, et les enfants comptent, moroses, le nombre de jours qui les sépare du retour à l’école.

Pour tous, cette rentrée est totalement inédite, car baignée d’incertitudes. A cause, bien évidemment, du coronavirus et de ses conséquences sur notre quotidien. Le masque ne suffira peut-être pas. A cause aussi des conséquences économiques du confinement, de la reprise, trop lente, et du risque latent de reconfinement partiel ou généralisé.

Et nous ? Et bien à part respecter les gestes barrières nous nous sentons, globalement, impuissants. 

Pourtant, vous avez quand même la main sur certaines choses. 

La semaine dernière, une des journalistes de mon équipe demandait si elle devait ré-inscrire ses enfants aux activités sportives. Beaucoup de parents n’ont pas oublié les mois perdus pendant le confinement, le plus souvent pas, ou mal compensés. 

Mon rôle aujourd’hui n’est pas simple, mais je dois au moins vous soumettre le choix : si vous renouvelez les inscriptions au tennis, à la salle de sport, à la danse, et qu’un nouveau confinement s’impose, vous vous sentirez piégé, lésé.

Mais à l’inverse, si 20, 30 % des inscrits de l’an dernier retardent leur inscription, ou y renoncent, tout ceux qui proposent ces activités vont crever. 

Alors voilà mon équation : si vous devez faire attention à votre budget en temps normal, soyez prudents en cette rentrée : limitez les engagements de dépenses, donnez vous un peu de temps pour voir, comme au poker.

A l’inverse, si vous n’êtes pas inquiet pour votre boulot, que vos finances sont dans le vert, alors, allez-y. Abonnez-vous à tout ce que vous voulez. Souscrivez, consommez. 

L’économie est comme une roue. Si elle ralentit trop, nous serons tous lourdement, pénalisés, et le mot est faible.

Bonne rentrée quand même !