Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus

La Minute Eco : argent, immobilier, parmesan... ces garanties acceptées par les banques

01 octobre 2020 à 06h45

Il s’est passé quelque chose d’incroyable cette semaine en Italie. Une banque, en l'occurrence la Deutsche Bank, a accepté de prêter 30 millions d’euros à un entrepreneur en prenant pour garantie... des meules de parmesan. Pas quelques dizaines, mais pas moins de 125 000 meules, d’un poids de 40 kilos chacune.

Le banquier n’est pas fou : ces 5 tonnes de fromage valent en réalité plus de 90 millions d’euros au prix du kilo. Et le parmesan se conserve longtemps, pourvu qu’il reste bien à l’abri et au frais dans une cave.

Si je vous raconte cette histoire, c’est que peu de gens le savent, mais toutes les banques peuvent accorder un prêt en échange d’une garantie.

Bien évidemment, la garantie idéale c’est de l’argent, ou du quasi argent. Par exemple, un contrat d’assurance-vie, ou encore, par exemple, des actions.

On peut aussi donner en garantie un bien immobilier : dans ce cas précis, cela s’appelle une hypothèque, et il faut passer chez le notaire.

Mais il est aussi possible de donner en garantie un bien meuble : par exemple, une voiture de collection ou du matériel agricole.

Emprunter en donnant un bien en gage peut permettre de passer un cap difficile, de rebondir. Et au pire, si l’on ne peut pas rembourser, on peut vendre le bien, sachant qu’une banque ne prêtera jamais plus de 70 % de sa valeur réelle, et plutôt, par prudence, 50 %.