Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus

La Minute Eco : la fiscalité de l’aide intra-familiale

18 septembre 2020 à 06h45

Dans tous les pays qui ont connu de graves crises ces dernières années, la solidarité intra-familiale s’est avérée essentielle et a permis à beaucoup de passer le cap, ou en tout cas de ne pas sombrer.

Dans les pays développés, cette solidarité est principalement financière, mais elle peut aussi être matérielle.
Or, c’est important de le savoir, cette aide, quelle qu’elle soit, a des conséquences fiscales. 

Qu’elle monte vers les parents, ou descende vers les enfants, l’aide est déductible des impôts. Elle est, par exemple, forfaitairement fixée à 3 535 euros par parent qui reçoit, sans avoir besoin de justificatifs. Si les dépenses ou les sommes en jeu dépassent ce seuil, il faudra tenir une comptabilité, pour pouvoir les déduire de ses revenus, au réel.

En sens inverse, on sait que beaucoup de jeunes, ou de couples, vont avoir besoin de l’aide de leurs parents et grands-parents. N’oubliez pas que le don manuel est exonéré jusqu’à 31 865 euros, par enfant ou petit enfant.

S’ajoute à cela exceptionnellement un dispositif temporaire qui permet de donner jusqu’à 100 000 euros à un enfant, un petit-enfant ou même un arrière-petit-enfant, sans rien payer. La seule condition : cette somme doit servir à construire sa résidence principale, faire des travaux de rénovation énergétique, ou bien, permettre de créer ou développer une entreprise.

Ajoutée aux autres 100 000 euros qui sont déjà exonérés de droits, les notaires s’attendent à un afflux massif de donations au cours des prochains mois, et c’est tant mieux.