La ligne grande vitesse Bordeaux-Toulouse passe un nouveau cap

La LGV n'arrivera pas avant 2028
La LGV n'arrivera pas avant 2028
Crédit: Pixabay

28 septembre 2021 à 8h19 par Matthieu Morin

Les recours engagés par des associations contre le projet auprès du Conseil d’État n’auront rien donné.

Pour l’instant, tous les feux sont au vert pour l’arrivée d’une nouvelle ligne grande vitesse qui relierait Bordeaux à Toulouse en 1 heure et 5 minutes. Une dizaine d’associations avaient porté un recours au Conseil d’État mais les juges n’ont pas retenu les arguments des opposants au projet.

 

Une enveloppe salée

 

Les écologistes de leurs côtés dénoncent l’impact environnemental, mais aussi financier de tels travaux. Plusieurs milliards d’euros sont engagés : d’abord 3 milliards seront lâchés par l’ensemble des collectivités d’Occitanie concernées. L’État devrait participer à hauteur de 4,1 milliards et l’Europe financera déjà 2 milliards. De leurs côtés, les élus et une partie des habitants  toulousains se réjouissent de l’arrivée de cette ligne grande vitesse. La ville rose figurait parmi les dernières grandes villes de France à ne pas y avoir accès.

 

Une heure de gagnée

 

Pas de quoi justifier de telles dépenses d’après les opposants au projet, qui militent plutôt pour la rénovation de lignes existantes. Quoi qu’il arrive, Toulouse serait à portée de Paris en 3 heures 10 contre plus de 4 heures aujourd’hui. Les travaux sont sensé démarrer courant 2024 et prendre fin à d’ici 2028.

 

Avant ça une ligne Bordeaux - Lyon devrait arriver prochainement. RailCoop a annoncé une commercialisation prévue à l’été 2022.

I