Airbnb à Bordeaux : les propriétaires devront bientôt se déclarer en mairie

03 mai 2017
Par Rédaction
Les propriétaires de logements loués via Airbnb devront bientôt se déclarer en mairie de Bordeaux. L'objectif pour la ville est d'éviter les abus.

 

Plus question de devenir un professionnel de la location courte durée. La mairie de Bordeaux va bientôt imposer aux loueurs de Airbnb de se déclarer en mairie. C’est ce que prévoit un décret qui vient de paraître au journal officiel. Toutes les communes de plus de 200 000 habitants peuvent maintenant imposer ce recensement. La ville de Bordeaux est prête à l’appliquer. Tout est prêt, la mesure devrait pouvoir s’appliquer d’ici quelques semaines, en tout cas avant l’été. A ce moment là, une annonce sans numéro de déclaration ne sera plus valable à Bordeaux et dans toutes les villes qui ont choisi d’appliquer cette obligation de recensement.

Eviter les abus

Déclarer son activité sur Airbnb va d’abord permettre à la ville de s’assurer que les propriétaires ne louent pas leur logement plus de 120 jours par an, la durée limite légale. Au delà, il pourrait leur en coûter une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 euros par nuit.

L’objectif est d’éviter la trop forte concurrence des locations Airbnb avec les professionnels de l’hôtellerie. Une concurrence qu’ils jugent d’ailleurs déloyale. Selon eux certains propriétaires se seraient presque professionnalisés. L’offre a bondi en un an à Bordeaux, passant de 2 000 à plus de 5 000 appartements à louer via la plateforme. Il faut dire que la formule a de quoi séduire les propriétaires, notamment des petites surfaces. Un studio loué pour des périodes de courtes durées peut rapporter trois fois plus qu’un studio loué au mois.

Une taxe de séjour qui rapporte à Bordeaux

L’obligation de recensement va aussi permettre à la ville de vérifier que les loueurs s’acquittent bien de la taxe de séjour. Elle est collectée par la plateforme en ligne depuis l’été dernier, à l’occasion de l’Euro de football 2016. Bordeaux a pu récupérer 190 000 euros entre le 1er août et décembre de l’année dernière.