Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Comment rassurer les enfants qui ont peur du noir ?

28 septembre 2017 à 07h20 Par Caroline Piveteau

Les enfants ont souvent peur du noir, il n’y a rien d’anormal à cela. Cependant, avec leur imagination débordante, ils sont parfois terrifiés dès que la lumière s’éteint. Pour les rassurer, des solutions existent.

Selon Florence Binay, auteur du livre 121 astuces de sophrologies et autres petits bonheurs, les petits ont une intelligence imaginaire et des capteurs sensoriels beaucoup plus développés que les adultes. Quand la nuit tombe, ils perdent tous leurs repères et n’ont plus la capacité de rationaliser ce qu’il se passe autour d’eux.

Pour aider nos bouts de choux à combattre cette peur du noir, Florence Binay préconise des exercices ludiques de sophrologie à effectuer avant la nuit. Selon elle, les exercices corporels et la respiration sont des façons très efficaces d’apaiser tout le système nerveux des enfants. Elle explique trois exercices pour chasser les monstres qui se cacheraient sous le lit de nos enfants et passer des nuits plus tranquilles (enfants comme parents).

Les enfants adorent les grimaces, ils n’auront donc aucun mal à réaliser le premier exercice : la « grimace du corps ». Allongé sur son lit, l’enfant doit inspirer profondément puis serrer les poings, les fesses, les orteils et doit se tordre dans tous les sens pour effectuer une sorte de grimace avec son corps. Ensuite, il suffit d’expirer très fort afin d’expulser tout ce qui lui ferait peur. Il faut ainsi répéter l’exercice trois ou quatre fois pour évacuer l’angoisse.

Vous pouvez aussi essayer le « nuage magique ». L’enfant doit imaginer que son matelas n’est rien d’autre qu’un nuage bien moelleux. Puis, à chaque fois qu’il respire, il doit penser à l’un des points d’appui situés à l’arrière de son corps (tête, épaules, coudes, dos, fesses, jambes et talons). Grâce à cela, il prendra conscience de son corps et s’enfoncera peu à peu dans le moelleux de son matelas, ce qui est très rassurant. Si vous avez de la chance, il s’endormira par la même occasion.

Autre exercice: « les bulles imaginaires ». L’idée est de visualiser une grande bulle dans laquelle l’enfant serait en totale sécurité.

En revanche, ces exercices ne remplacent pas la présence d’un parent. Alors, n’oubliez pas le gros câlin et le bisou avant de dormir, cela aide toujours !