Evacuation controversée de migrants : la "police des polices" saisie

WIT FM
Des gendarmes tentent d'évacuer des tentes de migrants place de la République, à Paris, 23 novembre
Crédit: MARTIN BUREAU / AFP

24 novembre 2020 à 12h30 par AFP

Gérald Darmanin a annoncé que l'IGPN a été saisie sur les violences intervenues lundi soir lors de l'évacuation par les forces de l'ordre d'un campement de migrants place de la République, à Paris. Le ministre de l'intérieur a demandé à la "police des polices") de remettre ses conclusions sous 48H00.

Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur, qui s'était ému la veille sur Twitter d'"images choquantes" de ce démantèlement et avait demandé un "rapport circonstancié au préfet de police de Paris", a précisé que le préfet de police lui avait proposé "la saisine de l'IGPN sur plusieurs faits inacceptables".

 

Plusieurs centaines de migrants, en errance depuis l'évacuation d'un important camp d'exilés la semaine dernière, ont monté lundi un nouveau campement dans le centre de Paris, que les forces de l'ordre ont démantelé sans ménagement dans la soirée en faisant notamment usage de gaz lacrymogène.

 

Très vite, des images de violences lors du démantèlement par les forces de l'ordre ont été relayées sur les réseaux sociaux. On y a vu des migrants sortis de leur tente par la force, des coups de matraque infligés.

 

Rémy Buisine, journaliste du média en ligne Brut, a affirmé avoir été "molesté à plusieurs reprises par un policier".

 

Brut a demandé des "explications" au préfet de police ainsi qu'au ministère de l'Intérieur.

 

Cette évacuation controversée intervient alors que les députés s'apprêtent dans l'après-midi à voter le texte "Sécurité globale", dont une disposition prévoyant des sanctions en cas de diffusion d'images de policiers les mettant en danger, est vivement critiquée par la presse et l'opposition de gauche, notamment.

  

Tous droits réservés, © 2020 Agence France-Presse.

I