Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Musique

Kendji Girac : les clichés dont il a été victime avant la célébrité (Vidéo)

22 octobre 2018 à 13h00 Par Aurélie Amcn
Crédit photo : Kendji Girac

Aujourd’hui, Kendji Girac représente fièrement la communauté gitane. Mais avant de rencontrer la célébrité grâce à l’émission The Voice, le jeune chanteur a été victime de clichés à cause de ses origines. Des situations pas toujours faciles à vivre… Il nous raconte.

Aujourd’hui, Kendji Girac est l’un des artistes français les plus populaires. Il est adulé par des millions de personnes. Son dernier album Amigo cartonne. Mais avant de connaître la gloire suite à son passage et sa victoire dans l’émission The Voice, le chanteur a été victime des clichés concernant la communauté gitane dont il est issu. Des situations pas toujours faciles à supporter pour le jeune homme et ses proches.

Dans l’émission CLIQUE de Mouloud Achour sur Canal +, le chanteur de 22 ans se souvient de son enfance : « On se sent ciblé, en fait. On a peur de faire quelque chose. On se sent toujours regardés. Quand on rentrait dans les magasins à l’époque, on regardait à droite à gauche et le vigile pensait que tu voulais juste voler. Il te suivait quand tu étais dans le magasin jusqu’à ce que tu partes. Combien de fois on m’a suivi avec ma mère à chaque fois, alors qu’on ne volait pas ! ». L’animateur renchérit alors : « Et maintenant, le vigile suit Kenji Girac pour avoir une photo ! ». 

Kendji Girac confirme ensuite qu’avec « le temps on arrive à arranger les choses ». Il se dit d’ailleurs fier de constater que, désormais, le public s’intéresse davantage à la culture gitane et que l’image des gens du voyage est beaucoup moins négative. « La musique a beaucoup changé l’image [de sa communauté]. Maintenant, tous les gitans, quand je les croise partout, ils s’en rendent compte. Et même eux, ils essaient de rester plus tranquilles, ils ont vu que j’ai fait beaucoup de démarches pour parler des gitans et montrer que la plupart se sont des gentils. Même les gens ont compris qu’il n’y avait pas que des mauvais, mais beaucoup de musique, beaucoup de gitans sympas, qui veulent s’instruire, qui veulent évoluer », déclare-t-il aussi face à Mouloud Achour. Une culture et des origines qu’il évoque d’ailleurs fièrement dans la chanson Tiago.