Pédocriminalité : 15 ans de prison pour Joël Le Scouarnec

WIT FM
Joël Le Scouarnec lors de l'ouverture de son procès en mars dernier.
Crédit: Benoit PEYRUCQ / AFP

4 décembre 2020 à 6h42 par Etienne Escuer

Jugé depuis lundi pour des viols et agressions sexuelles sur mineurs, Joël Le Scouarnec a été condamné ce jeudi 3 décembre à 15 ans de réclusion criminelle.

Dans le premier volet d'une vaste affaire de pédocriminalité, l'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec a été condamné ce jeudi à 15 ans de prison.


Il était jugé depuis lundi à huis clos devant la Cour d’assises de Charente-Maritime, à Saintes, pour quatre viols et agressions sexuelles sur mineurs, dont ses nièces. Joël Le Scouarnec, qui n’admettait jusqu’ici que des agressions sexuelles, a finalement reconnu les viols, excepté pour une fillette. « On est vraiment satisfaits, c'est une juste peine », a réagi auprès de l’AFP Maître Francesca Satta, avocate d'une des quatre victimes, la fillette voisine de Le Scouarnec qui l'avait dénoncé en mai 2017 à Jonzac, qui regrette cependant que l'ex-chirurgien n'ait pas reconnu le dernier viol. « Je ne demande pas l'indulgence de la cour », avait déclaré l'accusé dans ses derniers mots. « Je ne demande ni pardon, ni compassion, seulement le droit de redevenir un homme meilleur. » Selon son avocat, Maître Thibaut Kurzawa, « il a expliqué qu'il émettait énormément de regrets, sans forcément demander d'excuses, lui-même sait que ce qu'il a fait est impardonnable ».








Egalement mis en examen pour 312 faits similaires


La peine de 15 ans de prison, conforme aux réquisitions de l’avocat général, est assortie d'un suivi socio-judiciaire de 3 ans comprenant une injonction de soins. Le Scouarnec a dix jours pour faire appel. La présidente de la cour, Isabelle Fachaux a souligné que malgré sa condamnation en 2005 pour consultation d'images pédopornographiques, l’ex-chirurgien avait poursuivi ses agissements, ce qui « rend nécessaire une peine d'incarcération significative », selon les motivations du verdict. 


Ce procès ne jugeait toutefois qu’une infime partie des agissements de Joël Le Scouarnec. Ce dernier est également mis en examen depuis octobre à Lorient dans une deuxième procédure, pour viols et agressions sexuelles sur 312 victimes. Elles avaient pu être identifiées grâce à des écrits glaçants du chirurgien, découverts chez lui à son arrestation en 2017.



(Avec AFP)