Info locale

Réforme du bac : des lycées bloqués et des épreuves annulées en Gironde

20 janvier 2020 à 15h33 Par Florence Jaillet
Certains lycées ont été bloqués par les manifestants dès 7 heures ce lundi.
Crédit photo : Pixabay - Image d'illustration

La première salve d'épreuves du contrôle continu démarrait ce lundi matin pour les Premières.

Top départ de la 1ère évaluation de contrôle continu du nouveau baccalauréat aujourd’hui. Tout du moins dans les établissements qui ont maintenu l’épreuve, où les surveillants n’ont pas fait grève et où il n’y avait pas de blocage.

Au lycée Jaufré-Rudel à Blaye, les épreuves ont été annulées ce matin. Une opération de blocage a, par ailleurs, été menée au lycée Gustave-Eiffel de Bordeaux dès 7 heures du matin, où des sessions de mathématiques en série technologique étaient prévues. Les professeurs et lycéens, parfois d’autres établissements, ont été rejoint par des cheminots, venus aussi protester contre la réforme des retraites. Les pompiers et la police ont du intervenir pour éteindre des fumigènes et des feux de poubelles, mais aussi pour sécuriser la circulation devant le lycée. Finalement, les élèves qui le souhaitaient ont pu entrer passer les épreuves ou suivre les cours.

Et puis un rassemblement était organisé aussi à la mi-journée devant le lycée Mauriac de Bordeaux. Là encore, d’autres manifestants contre la réforme des retraites étaient également présents.

La 1ère session d’épreuves du contrôle continu du nouveau baccalauréat démarre aujourd’hui, et pour une semaine, pour les élèves de Première partout en France et en Nouvelle-Aquitaine. Histoire-géographie et langues vivantes sont au programme pour les séries générales. Les séries technologiques auront, en plus, des mathématiques. Ces épreuves sont réparties sur 3 périodes, en Première et en Terminale. Le contrôle continu compte pour 40% de la note finale du Bac, dont 10% pour le bulletin scolaire. Les sujets, disponibles pour les professeurs dans une banque de données nationale, sont arrivés avec un mois de retard, selon les syndicats. Un stress qui s’ajoute au sentiment d’essuyer les plâtres. Une réforme du Bac vue comme une transformation totale de l’examen pour les syndicats qui se disent mobilisés, jusqu'au retrait de cette réforme, selon la CGT Educ'Action.