« Si j'étais un homme, je demanderais pardon » : les propos de Camélia Jordana font polémique

WIT FM
Les propos de Camélia Jordana ont fait réagir la Licra.
Crédit: Capture d'écran Instagram

15 janvier 2021 à 17h30 par A.L.

Épinglée par la LICRA, Camélia Jordana a tenu, selon l'organisme, une "déclaration inconsciente".

Souvenez-vous. "Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic, et j’en fais partie (...) des hommes et des femmes se font massacrer (par la police -ndlr) quotidiennement en France, pour nulle autre raison que leur couleur de peau", déclarait le 23 mai 2020 Camélia Jordana sur le plateau de l'émission de France 2 On n’est pas couché. Condamnés par les syndicats de police et par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, ses propos avaient alors été sources de débats houleux sur les plateaux de télé ou sur les réseaux sociaux. Lynchée par certains qui affirmaient qu'elle avait fait preuve d'une grande bêtise en déclarant cela, Camélia Jordana avait néanmoins toujours souhaité garder ses convictions.



Nouvelle polémique



Interviewée par L'Obs dans le cadre de la sortie de son prochain album, Facile, le 29 janvier prochain, la chanteuse vient de tenir à nouveau des propos qui ont fait polémique. Féministe, la jeune femme de 28 ans est revenue sur la création de son nouvel opus, en expliquant notamment que le titre Si j'étais un homme était né d'une agression subie alors qu'elle roulait en trottinette électrique et qu'un chauffeur de taxi lui est rentré dedans. "Je suis descendue, je l'ai regardé, interloquée, et il s'est permis de me gueuler dessus. J'étais furieuse en arrivant au studio et en me demandant : si j'avais été un mec haut de 2 mètres est-ce que cet homme se serait permis de rouler sur une trottinette et de hurler ?", a ainsi confié l'artiste. 



"L'ensemble de ces chansons disent que si j'étais un homme, je demanderais pardon, je questionnerais les peurs, et je prendrais le temps de m'interroger. Car les hommes blancs sont, dans l'inconscient collectif, responsables de tous les maux de la terre", a-t-elle poursuivi. De quoi faire réagir la Licra (La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) qui a estimé que sa déclaration était "inconsciente". 













Certains internautes ont également considéré ses propos comme étant racistes.