Bordeaux : les urgences pédiatriques s'arment contre l'épidémie de bronchiolite

Médecin hôpital
Les services de réanimation pédiatrique sont prêts à affronter le pic de l'épidémie.
Crédit: Pixabay - Image d'illustration

29 octobre 2021 à 17h12 par Clara Echarri

Au CHU de Bordeaux, le service des urgences pédiatriques s'est adapté pour faire face à l'épidémie de bronchiolite. Le pic est attendu après les vacances de la Toussaint

L'épidémie de bronchiolite est arrivée en France, avec quelques semaines d'avance. Et elle est déjà bien installée, en Nouvelle-Aquitaine notamment. Au CHU de Bordeaux Pellegrin, les urgences pédiatriques se préparent au puc de l'épidémie, qui devrait être atteint après les vacances de la Toussaint.

Une annexe saisonnière va même être ouverte début novembre, avec 10 lits supplémentaires, en prévision d'une éventuelle augmentation du nombre de cas. Mi-octobre, le service avait dû admettre jusqu'à 180 patients par jour, un nombre plus élevé que sa moyenne habituelle. 

Olivier Brisseau, responsable de l'unité de réanimation pédiatrique à l'Hôpital des Enfants, a rappelé l'importance des gestes barrières : "Si vous êtes malade et que vous avez un bébé chez vous, évitez au maximum de l'embrasser. Lavez-vous bien les mains pendant 30 secondes, et n'hésitez pas à porter un masque chez vous pour protéger le nourrison". 

A noter qu'un simple rhume pour un adulte, ou même un adolescent, peut facilement se transmettre et devenir une bronchiolite sous forme grave pour un bébé de moins de trois mois. 

Le pédiatre urgentiste détaille également les mesures prises pour anticiper le pic épidémique : "Pour les patients les plus graves, qui devraient venir en réanimation pédiatrique, si on avait un surplus de patients très important on s'est déjà mis en lien avec les réanimations d'adultes. Celles-ci accueilleraient les enfants les plus grands qui sont hospitalisés en réanimations pédiatriques et nous, par effet domino, on pourrait accueillir en réanimation pédiatrique des enfants plus petits".