Covid-19 : Wit FM modifie ses programmes avec plus d'infos et plus de musique -> en savoir plus
Je veux aider

Fondation 101 : « La réanimation, c’est là que tout se joue »

24 mars 2020 à 11h48 Par Iris Mazzacurati
La réanimation, un des parents pauvres des hôpitaux.
Crédit photo : Pixabay

On le sait peu, mais la réanimation, c’est un des parents pauvres des hôpitaux. Elle représente 3 % des lits, mais 30 % des dépenses, car c’est une spécialité qui requiert beaucoup de technologie autour des patients. Moins visible que les autres services, parce qu’au final, on ne fait qu’y passer, la réa, c’est pourtant là que tout se joue, et particulièrement en ce moment.

Il y a 2 ans, Jean-Daniel Chiche, professeur en médecine intensive et réanimation à Cochin a créé la Fondation 101, en partant du constat qu’il y avait « un écart important dans la performance d’un service à l’autre ». En d’autres termes, selon l’hôpital où ils se trouvent, pour une même pathologie, deux patients n’avaient pas les mêmes chances de s’en sortir. Pourquoi ? « Ce n’est pas parce qu’ils sont mauvais, ou qu’ils s’en moquent, mais parce qu’il ne savent pas qu’ils font mal. »

La fondation 101 a donc plusieurs missions : mieux soigner grâce à l’analyse de milliers de données remontées du terrain et « développer des algorithmes qui permettent de prédire ce qui va se passer » ; mieux comprendre avec la recherche (« il faut 17 ans pour que 14 % de la recherche arrive au lit des malades ») et enfin, mieux accompagner, en prenant en charge le patient et gérer le stress post-traumatique des familles.

En ces temps de Covid-19, cette fusion entre recherche clinique et soins est primordiale. Il faut apprendre de chaque malade. Qu’est-ce qui différencie les cas graves des autres malades, par exemple ?

Si vous voulez les aider à nous aider, la Fondation 101 a besoin de dons. Pour mettre en place rapidement ces programmes et déployer leur plateforme de télé-expertise lorsque les services sont amenés à faire de la réanimation hors murs, comme c’est déjà le cas en Alsace.

En ce moment, il y a énormément d’appels aux dons : « l’assistance publique, l’OMS, l’Institut Pasteur, c’est très bien », mais selon le Professeur Chiche, « rien dans tout ça n’ira à la réanimation ». Or c’est un service transverse. Il y a de la réanimation dans tous les services... « C’est là que se joue la bataille pour la vie ! »

Alors, pour aider la réanimation en France et dans le monde, rendez-vous sur : donner.one-o-one.eu.

Retrouvez cette séquence en podcast