Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus

Replay

La Minute Eco : la situation des auto-écoles

Bonjour à tous, Cette année, plus d'1,5 million de candidats auraient dû se présenter au permis de conduire. Avec le confinement du printemps, et celui dont nous allons commencer à sortir tout doucement à partir de demain, le millésime 2020 s’annonce catastrophique. A la louche, on peut estimer qu’au moins un million de jeunes et de moins jeunes attendent de pouvoir passer ou repasser leur permis et pour commencer, de pouvoir prendre des cours. Le problème, c’est qu’un certain nombre d’auto-écoles, déjà très fragilisées financièrement, risquent de ne pas pouvoir rouvrir demain, alors même que les clients ne manqueront pas.  Comme je suis aussi là pour vous donner des conseils de prudence, écoutez moi bien :  Si vous êtes déjà inscrit dans une auto-école et avez déjà payé toutes les leçons dans le cadre d’un forfait tout compris, dépéchez vous de reprogrammer des heures de conduite.

Si vous aviez convenu d’un réglement en plusieurs fois, faites le point avec le patron de l’auto-école. Le but est d’arriver à payer au fur et à mesure que vous consommez.  Si vous n’êtes pas encore inscrit, réfléchissez à régler les heures de conduite à l’unité, et non au forfait, même si c’est un peu plus cher au bout du compte. Enfin, pour payer moins cher, regardez du côté des auto-écoles en ligne. Mais attention ! Assurez-vous avant de payer que vous pourrez bien obtenir des heures de conduite, rapidement, et pas dans trois ou six mois.

Bon week-end et à lundi !

Bonjour à tous,

Cette année, plus d'1,5 million de candidats auraient dû se présenter au permis de conduire. Avec le confinement du printemps, et celui dont nous allons commencer à sortir tout doucement à partir de demain, le millésime 2020 s’annonce catastrophique.

A la louche, on peut estimer qu’au moins un million de jeunes et de moins jeunes attendent de pouvoir passer ou repasser leur permis et pour commencer, de pouvoir prendre des cours.

Le problème, c’est qu’un certain nombre d’auto-écoles, déjà très fragilisées financièrement, risquent de ne pas pouvoir rouvrir demain, alors même que les clients ne manqueront pas. 

Comme je suis aussi là pour vous donner des conseils de prudence, écoutez moi bien : 

Si vous êtes déjà inscrit dans une auto-école et avez déjà payé toutes les leçons dans le cadre d’un forfait tout compris, dépéchez vous de reprogrammer des heures de conduite.Si vous aviez convenu d’un réglement en plusieurs fois, faites le point avec le patron de l’auto-école. Le but est d’arriver à payer au fur et à mesure que vous consommez. 

Si vous n’êtes pas encore inscrit, réfléchissez à régler les heures de conduite à l’unité, et non au forfait, même si c’est un peu plus cher au bout du compte.

Enfin, pour payer moins cher, regardez du côté des auto-écoles en ligne. Mais attention ! Assurez-vous avant de payer que vous pourrez bien obtenir des heures de conduite, rapidement, et pas dans trois ou six mois.Bon week-end et à lundi !

27 novembre 2020

La Minute Eco : les imprimantes

Bonjour à tous, Je vous ai déjà parlé dans la minute éco des imprimantes et de leurs consommables. On rappelle ici le modèle économique des fabricants d’imprimante : ils vous proposent des combinés imprimante scanner pour parfois moins de 50 euros, sur lesquels ils ne gagnent pas un centime, voire perdent de l’argent.

Mais en échange, les fabricants d’imprimantes espèrent vous fidéliser en vous contraignant à utiliser leurs cartouches, leurs toners. Et forcément, les produits “compatibles” les énervent au plus haut point.  Voici quelques semaines, Hewlett Packard, le leader incontesté avec près de 50 % de part de marché, a déployé une mise à jour à distance du logiciel de ses imprimantes. Le prétexte : les protéger contre des menaces de piratage informatique. Mais en réalité, cette mise à jour avait une autre fonction : bloquer tous les consommables compatibles ! Du jour au lendemain, des millions d’utilisateurs d’imprimantes HP se sont retrouvés bloqués, avec des cartouches ou des toners devenus inutilisables. Si la plupart se résignent à acheter des consommables de la marque, d’autres se rebelent, comme en 2016. Cette année là, HP, encore, avait fait exactement la même chose. Sous la pression des utlisateurs, le constructeur avait mis à disposition un nouveau logiciel, réhabilitant les consommables compatibles.

Il est trop tôt pour que HP revienne en arrière, mais vous, en revanche, vous pouvez faire revenir votre imprimante en réinstallant l’ancien programme dans votre imprimante. vous le trouverez assez facilement en cherchant sur la Toile. attention il y a un piège, de taille : pour pouvoir revenir en arrière, il faut passer votre imprimante en anglais, pour pouvoir accéder au menu permettant le “downgrade”. En français, ce menu n’existe tout simplement pas, ce qui est assez choquant.  Le jeu, en vaut la chandelle : les encres compatibles coûtent parfois 10 fois moins cher que celles du constructeur... C’est mon cas pour une imprimante laser couleur : 55 euros pour 4 toners compatibles, 500 euros pour ceux commercialisés par la marque.  A demain !

Bonjour à tous,

Je vous ai déjà parlé dans la minute éco des imprimantes et de leurs consommables.

On rappelle ici le modèle économique des fabricants d’imprimante : ils vous proposent des combinés imprimante scanner pour parfois moins de 50 euros, sur lesquels ils ne gagnent pas un centime, voire perdent de l’argent. Mais en échange, les fabricants d’imprimantes espèrent vous fidéliser en vous contraignant à utiliser leurs cartouches, leurs toners. Et forcément, les produits “compatibles” les énervent au plus haut point. 

Voici quelques semaines, Hewlett Packard, le leader incontesté avec près de 50 % de part de marché, a déployé une mise à jour à distance du logiciel de ses imprimantes. Le prétexte : les protéger contre des menaces de piratage informatique.

Mais en réalité, cette mise à jour avait une autre fonction : bloquer tous les consommables compatibles ! Du jour au lendemain, des millions d’utilisateurs d’imprimantes HP se sont retrouvés bloqués, avec des cartouches ou des toners devenus inutilisables. Si la plupart se résignent à acheter des consommables de la marque, d’autres se rebelent, comme en 2016. Cette année là, HP, encore, avait fait exactement la même chose. Sous la pression des utlisateurs, le constructeur avait mis à disposition un nouveau logiciel, réhabilitant les consommables compatibles.Il est trop tôt pour que HP revienne en arrière, mais vous, en revanche, vous pouvez faire revenir votre imprimante en réinstallant l’ancien programme dans votre imprimante. vous le trouverez assez facilement en cherchant sur la Toile. attention il y a un piège, de taille : pour pouvoir revenir en arrière, il faut passer votre imprimante en anglais, pour pouvoir accéder au menu permettant le “downgrade”. En français, ce menu n’existe tout simplement pas, ce qui est assez choquant. 

Le jeu, en vaut la chandelle : les encres compatibles coûtent parfois 10 fois moins cher que celles du constructeur... C’est mon cas pour une imprimante laser couleur : 55 euros pour 4 toners compatibles, 500 euros pour ceux commercialisés par la marque. 

A demain !

26 novembre 2020

La Minute Eco : les voitures hybrides rechargeables

Bonjour à tous, Vous avez aimé le scandale du dieselgate ? Vous allez adorer celui des voitures hybrides rechargeables. L’ONG Transport & Environnement, qui a déjà révélé comment un petit logiciel installé dans certains véhicules diesel pouvait duper les tests anti-pollution, s’est attaquée aux voitures à la mode en ce moment : les hybrides. Des voitures équipées, donc, d’un moteur thermique, mais aussi d’un moteur électrique. Leur promesse est alléchante : zéro émission lorsque l’on roule en ville, sur batterie.  Le problème, c’est que dès que le moteur thermique prend le relais, les choses ne se passent pas du tout comme prévu. Les émissions de CO2 sont 25 à 89 % supérieures aux annonces des constructeurs ! Autrement dit, les voitures hybrides polluent beaucoup plus en conditions réelles que lors des tests d’homologation. La raison est toute simple : lors de ces tests, les batteries sont chargées à bloc. Et l’automobile ne dépasse le 50 km/h qu’un nombre très limité de fois. Mais dans la réalité, la batterie n’est jamais chargée à 100 %. La voiture la charge donc en roulant, même à l’électrique. Quant à la limite de 50 km/h, elle est franchie plusieurs dizaines de fois lors d’un trajet urbain standard, déclenchant à chaque fois le moteur thermique... Or, on le sait, un moteur pollue toujours plus au démarrage, même avec une injection électronique de pointe.  En résumé, la voiture idéale n’existe pas encore. Électrique, son autonomie déçoit. Hybride, elle pollue plus que prévu. Diesel, elle sera bientôt interdite dans les grandes villes. Reste, au final, la voiture à moteur essence, probablement la plus pratique, et la plus vertueuse de toutes, pour encore un petit moment.  A demain !

Bonjour à tous,

Vous avez aimé le scandale du dieselgate ? Vous allez adorer celui des voitures hybrides rechargeables.

L’ONG Transport & Environnement, qui a déjà révélé comment un petit logiciel installé dans certains véhicules diesel pouvait duper les tests anti-pollution, s’est attaquée aux voitures à la mode en ce moment : les hybrides. Des voitures équipées, donc, d’un moteur thermique, mais aussi d’un moteur électrique.

Leur promesse est alléchante : zéro émission lorsque l’on roule en ville, sur batterie. 

Le problème, c’est que dès que le moteur thermique prend le relais, les choses ne se passent pas du tout comme prévu. Les émissions de CO2 sont 25 à 89 % supérieures aux annonces des constructeurs !

Autrement dit, les voitures hybrides polluent beaucoup plus en conditions réelles que lors des tests d’homologation. La raison est toute simple : lors de ces tests, les batteries sont chargées à bloc. Et l’automobile ne dépasse le 50 km/h qu’un nombre très limité de fois. Mais dans la réalité, la batterie n’est jamais chargée à 100 %. La voiture la charge donc en roulant, même à l’électrique. Quant à la limite de 50 km/h, elle est franchie plusieurs dizaines de fois lors d’un trajet urbain standard, déclenchant à chaque fois le moteur thermique... Or, on le sait, un moteur pollue toujours plus au démarrage, même avec une injection électronique de pointe. 

En résumé, la voiture idéale n’existe pas encore. Électrique, son autonomie déçoit. Hybride, elle pollue plus que prévu. Diesel, elle sera bientôt interdite dans les grandes villes. Reste, au final, la voiture à moteur essence, probablement la plus pratique, et la plus vertueuse de toutes, pour encore un petit moment. 

A demain !

25 novembre 2020

La Minute Eco : les promotions

Bonjour à tous, Que le black friday ait lieu ou non à la fin de cette semaine ou bien à la fin de la suivante, on sait que la période des fêtes est propice aux opérations commerciales en tout genre. Et je ne parle évidemment pas que d’Internet. Tout le monde brade et les petits commerçants ne seront pas en reste, afin de pouvoir écouler le plus possible leurs stocks et ainsi éviter d’avoir trop d’invendus sur les bras. Régulièrement, des associations de consommateurs dénoncent les vraies fausses promotions, et pas seulement au moment des soldes. - 30, - 50, - 70 %, c’est alléchant, mais sur quelle base peux-t-on dire d’un prix qu’il a été ainsi diminué ?

Et bien vous allez rire, mais il n’y en a pas. En réalité, rien n'empêche de dire qu’un produit vaut 200 euros, mais qu’on le brade à 50, 70 ou 100. Sur Internet, l’UFC Que Choisir montre du doigt Boulanger, la Fnac et Darty qui font partie du même groupe, Rue du Commerce, Cdiscount et Rakuten. Vous noterez que, pour une fois, Amazon est absent de la liste des méchants. En boutique, ce sont les chaînes qui sont accusées de pratiquer les vraies fausses promotions : à peine arrivés en vitrine, le pull ou le manteau sont déjà proposés à - 50 %.  Alors, bien sûr, avec la crise dramatique qui frappe le petit commerce, loin de moi l’idée de conspuer qui que ce soit. En revanche, je vous rappelle quelle est la seule question à se poser lorsque l’on fait face à un produit en promo :  "En ai-je vraiment besoin ? Est-ce le montant que j’ai prévu d’investir dedans ? Ou bien ne suis-je sensible qu’à l’effet d’aubaine du prix barré..." Réflechissez bien et à demain

Bonjour à tous,

Que le black friday ait lieu ou non à la fin de cette semaine ou bien à la fin de la suivante, on sait que la période des fêtes est propice aux opérations commerciales en tout genre. Et je ne parle évidemment pas que d’Internet. Tout le monde brade et les petits commerçants ne seront pas en reste, afin de pouvoir écouler le plus possible leurs stocks et ainsi éviter d’avoir trop d’invendus sur les bras.

Régulièrement, des associations de consommateurs dénoncent les vraies fausses promotions, et pas seulement au moment des soldes. - 30, - 50, - 70 %, c’est alléchant, mais sur quelle base peux-t-on dire d’un prix qu’il a été ainsi diminué ?Et bien vous allez rire, mais il n’y en a pas. En réalité, rien n'empêche de dire qu’un produit vaut 200 euros, mais qu’on le brade à 50, 70 ou 100. Sur Internet, l’UFC Que Choisir montre du doigt Boulanger, la Fnac et Darty qui font partie du même groupe, Rue du Commerce, Cdiscount et Rakuten. Vous noterez que, pour une fois, Amazon est absent de la liste des méchants.

En boutique, ce sont les chaînes qui sont accusées de pratiquer les vraies fausses promotions : à peine arrivés en vitrine, le pull ou le manteau sont déjà proposés à - 50 %. 

Alors, bien sûr, avec la crise dramatique qui frappe le petit commerce, loin de moi l’idée de conspuer qui que ce soit. En revanche, je vous rappelle quelle est la seule question à se poser lorsque l’on fait face à un produit en promo : 

"En ai-je vraiment besoin ? Est-ce le montant que j’ai prévu d’investir dedans ? Ou bien ne suis-je sensible qu’à l’effet d’aubaine du prix barré..."

Réflechissez bien et à demain

24 novembre 2020

La Minute Eco : La 5G

Bonjour à tous, Vous avez comme moi beaucoup entendu parler du lancement de la fameuse 5G en France la semaine dernière. En réalité, pour l’instant, seule la ville de Nice est partiellement couverte. Elle sera rejointe lentement mais sûrement par d’autres grandes villes dans les prochaines semaines et les prochains mois. Mais pour une couverture nationale en 5G, c’est en années qu’il faut encore compter.

Faut-il se précipiter sur la 5G ? La réponse est assez simple : d’abord, pour pouvoir en profiter, encore faudrait-il posséder un téléphone compatible. Seul les tous derniers smartphones sont capables d’émettre et recevoir en 5G, et encore la plupart d’entre eux ne sont compatibles qu’avec une partie seulement des fréquences qui seront utilisées en France demain.

Autrement dit, les appareils mobiles compatibles 5G commercialisés aujourd’hui seront dépassés dans les prochains mois par d’autres smartphones plus performants.

Ensuite, pour pouvoir utiliser la 5G, il faut pour cela un forfait compatible. Et pour l’instant, les opérateurs ne sont pas disposés à faire de cadeaux, comme avec la 4G dont les prix ont été cassés par l’arrivée de Free Mobile.  Le premier prix d’un forfait 5G, avec 80 Giga octets d’enveloppe data, c’est... 40 euros. Plus du double du tarif standard d’un forfait 4G.  En réalité, il n’y a pas d’urgence à vouloir basculer sur la 5G, d’autant que pour l’instant, rares sont ceux, même chez les pros, à avoir besoin de télécharger ou transmettre plus vite des images ou des informations. Tout le monde n’a pas besoin en effet de télécharger un film complet en quelques secondes, l’un des arguments massue de cette technologie.

A demain !

Bonjour à tous,

Vous avez comme moi beaucoup entendu parler du lancement de la fameuse 5G en France la semaine dernière. En réalité, pour l’instant, seule la ville de Nice est partiellement couverte. Elle sera rejointe lentement mais sûrement par d’autres grandes villes dans les prochaines semaines et les prochains mois. Mais pour une couverture nationale en 5G, c’est en années qu’il faut encore compter.Faut-il se précipiter sur la 5G ? La réponse est assez simple : d’abord, pour pouvoir en profiter, encore faudrait-il posséder un téléphone compatible. Seul les tous derniers smartphones sont capables d’émettre et recevoir en 5G, et encore la plupart d’entre eux ne sont compatibles qu’avec une partie seulement des fréquences qui seront utilisées en France demain.Autrement dit, les appareils mobiles compatibles 5G commercialisés aujourd’hui seront dépassés dans les prochains mois par d’autres smartphones plus performants.Ensuite, pour pouvoir utiliser la 5G, il faut pour cela un forfait compatible. Et pour l’instant, les opérateurs ne sont pas disposés à faire de cadeaux, comme avec la 4G dont les prix ont été cassés par l’arrivée de Free Mobile.  Le premier prix d’un forfait 5G, avec 80 Giga octets d’enveloppe data, c’est... 40 euros. Plus du double du tarif standard d’un forfait 4G. 

En réalité, il n’y a pas d’urgence à vouloir basculer sur la 5G, d’autant que pour l’instant, rares sont ceux, même chez les pros, à avoir besoin de télécharger ou transmettre plus vite des images ou des informations. Tout le monde n’a pas besoin en effet de télécharger un film complet en quelques secondes, l’un des arguments massue de cette technologie.A demain !

23 novembre 2020

La Minute Eco : votre assurance auto

Bonjour à tous, voici donc que l’an prochain, les contrats d’assurance automobile devraient voir leurs tarifs augmenter de 2 % en moyenne. Une hausse qui scandalise l’association UFC Que Choisir, alors même que le confinement numéro 1, et sans doute le confinement numéro 2, auront fait économiser énormément d’argent aux assureurs. On parle d’au moins 2 milliards d’euros de sinistres qui n’ont pas existé, puisque forcément, on ne pouvait pas rouler.  Bien sûr, un certain nombre d’assureurs ont promis qu’ils compenseraient en offrant à leurs clients un mois de cotisation, le plus souvent.  Il n’empêche, pour l’UFC, le compte n’y est pas, et l’association appelle à la mobilisation générale des consommateurs. Pour quoi faire ? Pour faire pression sur les assureurs pardi, sachant qu’il y a un moyen très simple de le faire aujourd’hui : menacer de partir ailleurs.

Oui, peu d’assurés ont intégré que depuis cinq ans, la loi Consommation permet de changer d’assurance n’importe quand, et non pas seulement à la date anniversaire du contrat.

Autrement dit : vous pouvez appeler tout à l’heure votre courtier. Lui demander de faire un effort sur votre contrat automobile, sans réduire les garanties bien évidemment. Et s’il ne bouge pas, vous pouvez le menacer d’aller voir ailleurs. En réalité, la vraie bonne idée, c’est d’aller voir ailleurs de toute façon. Dans la plupart des cas, il y a un assureur disposé à vous assurer aux mêmes conditions, pour moins cher. Vous pouvez vous servir d’un comparateur en ligne, mais démarcher par vous même deux ou trois compagnies, notamment celles dont vous avez aimé la publicité à la radio ou la télé, n’est pas inutile. Bon week-end et à lundi !

Bonjour à tous,

voici donc que l’an prochain, les contrats d’assurance automobile devraient voir leurs tarifs augmenter de 2 % en moyenne.

Une hausse qui scandalise l’association UFC Que Choisir, alors même que le confinement numéro 1, et sans doute le confinement numéro 2, auront fait économiser énormément d’argent aux assureurs. On parle d’au moins 2 milliards d’euros de sinistres qui n’ont pas existé, puisque forcément, on ne pouvait pas rouler. 

Bien sûr, un certain nombre d’assureurs ont promis qu’ils compenseraient en offrant à leurs clients un mois de cotisation, le plus souvent. 

Il n’empêche, pour l’UFC, le compte n’y est pas, et l’association appelle à la mobilisation générale des consommateurs. Pour quoi faire ? Pour faire pression sur les assureurs pardi, sachant qu’il y a un moyen très simple de le faire aujourd’hui : menacer de partir ailleurs.Oui, peu d’assurés ont intégré que depuis cinq ans, la loi Consommation permet de changer d’assurance n’importe quand, et non pas seulement à la date anniversaire du contrat.Autrement dit : vous pouvez appeler tout à l’heure votre courtier. Lui demander de faire un effort sur votre contrat automobile, sans réduire les garanties bien évidemment. Et s’il ne bouge pas, vous pouvez le menacer d’aller voir ailleurs. En réalité, la vraie bonne idée, c’est d’aller voir ailleurs de toute façon. Dans la plupart des cas, il y a un assureur disposé à vous assurer aux mêmes conditions, pour moins cher. Vous pouvez vous servir d’un comparateur en ligne, mais démarcher par vous même deux ou trois compagnies, notamment celles dont vous avez aimé la publicité à la radio ou la télé, n’est pas inutile.

Bon week-end et à lundi !

20 novembre 2020

La Minute Eco : "Noël sans Amazon"

Bonjour à tous, “Noël sans Amazon” : c’est la nouvelle pétition à la mode, portée par des personnalités politiques de gauche, des artistes et des associations comme Greenpeace, la Confédération des commerçants de France, et le syndicat de la librairie française. Tout ce monde appelle à soutenir les commerces de proximité et l’économie circulaire ce qui ne peut que faire l’unanimité.

Le problème, c’est qu’en ce moment, concernant les commerces de proximité, à part pour ceux qui ont mis en place le click and collect, on ne peut pas faire grand chose d’autre que d’attendre et d’espérer pour eux une réouverture la semaine prochaine. Quant à l’économie circulaire, nous en sommes encore aux balbutiements. Souvenez vous que 80 % des jouets de Noël viennent de Chine, ou plus largement d’Asie. Les vêtements sont logés à la même enseigne, en ajoutant le Maghreb et un peu d’Amérique du Sud.  Quant à la high-tech, smartphones, tablettes, ordinateurs, téléviseurs, casques de réalité augmentée ou smartwatches, on est plus proche des 90 % Made in China, Korea Taiwan ou Japan. Acheter ce qui a été fabriqué chez nous, pour soutenir nos entreprises, c’est donc plié ? Que nenni. Pour ce faire, il vous suffit de vous rendre sur Amazon.fr, et de cliquer sur “la boutique des entreprises françaises”. Plus de 11 000 PME et TPE françaises vendent sur Amazon, et quasiment autant d’ailleurs sur le numéro 2 français, CDiscount.  Dans le lot, celles qui vendent des produits “Made in France” le revendiquent haut et fort. Il est même prévu prochainement qu’elles puissent afficher un logo spécial sur leurs fiches produit. Et si vous regardez bien qui sont ces PME qui vendent en ligne, vous découvrirez que ce sont souvent des... commerces de proximités qui se cachent derrière, parfois depuis des années. Sachant qu’il y a 20 millions de clients enregistrés sur Amazon, c’est là qu’il faut aller les chercher, plutôt que de vouloir les boycotter, eux... A demain !

Bonjour à tous,

“Noël sans Amazon” : c’est la nouvelle pétition à la mode, portée par des personnalités politiques de gauche, des artistes et des associations comme Greenpeace, la Confédération des commerçants de France, et le syndicat de la librairie française. Tout ce monde appelle à soutenir les commerces de proximité et l’économie circulaire ce qui ne peut que faire l’unanimité.Le problème, c’est qu’en ce moment, concernant les commerces de proximité, à part pour ceux qui ont mis en place le click and collect, on ne peut pas faire grand chose d’autre que d’attendre et d’espérer pour eux une réouverture la semaine prochaine. Quant à l’économie circulaire, nous en sommes encore aux balbutiements. Souvenez vous que 80 % des jouets de Noël viennent de Chine, ou plus largement d’Asie. Les vêtements sont logés à la même enseigne, en ajoutant le Maghreb et un peu d’Amérique du Sud. 

Quant à la high-tech, smartphones, tablettes, ordinateurs, téléviseurs, casques de réalité augmentée ou smartwatches, on est plus proche des 90 % Made in China, Korea Taiwan ou Japan.

Acheter ce qui a été fabriqué chez nous, pour soutenir nos entreprises, c’est donc plié ? Que nenni. Pour ce faire, il vous suffit de vous rendre sur Amazon.fr, et de cliquer sur “la boutique des entreprises françaises”. Plus de 11 000 PME et TPE françaises vendent sur Amazon, et quasiment autant d’ailleurs sur le numéro 2 français, CDiscount. 

Dans le lot, celles qui vendent des produits “Made in France” le revendiquent haut et fort. Il est même prévu prochainement qu’elles puissent afficher un logo spécial sur leurs fiches produit.

Et si vous regardez bien qui sont ces PME qui vendent en ligne, vous découvrirez que ce sont souvent des... commerces de proximités qui se cachent derrière, parfois depuis des années. Sachant qu’il y a 20 millions de clients enregistrés sur Amazon, c’est là qu’il faut aller les chercher, plutôt que de vouloir les boycotter, eux...

A demain !

19 novembre 2020

La Minute Eco : bons plans

Bonjour à tous, Aujourd’hui, la minute éco est une minute bon plan.

Un bon plan à destination des étudiants, mais aussi, par extension, des enseignants du supérieur, soit, au bas mot, trois millions de personnes. Si on ajoute leurs familles, qui peuvent elles aussi profiter de mon bon plan du jour, on frôle les 10 millions de bénéficiaires potentiels.

De quoi parlons-nous ? Tout simplement de la possibilité de pouvoir obtenir des tarifs préférentiels sur des tas de produits, en les achetant directement aux marques qui les fabriquent ou les commercialisent.  Le premier d’entre eux, pour les étudiants, c’est évidemment l’ordinateur surtout en ce moment, avec les cours en visio qui ont tendance à devenir la norme, et mettent en difficulté les ordinateurs en fin de carrière. Ainsi, Dell ou Lenovo accordent jusqu’à 20 % de remises sur leurs portables. Acer, 15 %. Apple, 10 %. Chez Huawei, la remise est exprimée en euros : elle va de - 200 à - 500 euros sur les Matebook X, en fonction du modèle. Si c’est d’un nouveau smartphone dont vous avez besoin, car c’est aussi un outil de travail, Samsung offre - 15 %, Apple, - 10 %. Des éditeurs de logiciels comme Adobe proposent également des remises réservées aux étudiants et aux enseignants.  D’autres produits en apparence moins essentiels à l’éducation peuvent également bénéficier de remises spéciales, comme par exemple, des articles de sport ou tout simplement des vêtements.

Pour bénéficier de ces tarifs spéciaux, cherchez la page “éducation” sur le site de la marque dont vous voulez acheter un produit. Sinon, rendez-vous sur Unidays qui référence plusieurs dizaines d’offres, et facilite l’accès au tarif éducation en se servant tout simplement de votre adresse e-mail pour certifier que vous y avez bien droit. A demain !

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, la minute éco est une minute bon plan.Un bon plan à destination des étudiants, mais aussi, par extension, des enseignants du supérieur, soit, au bas mot, trois millions de personnes. Si on ajoute leurs familles, qui peuvent elles aussi profiter de mon bon plan du jour, on frôle les 10 millions de bénéficiaires potentiels.De quoi parlons-nous ? Tout simplement de la possibilité de pouvoir obtenir des tarifs préférentiels sur des tas de produits, en les achetant directement aux marques qui les fabriquent ou les commercialisent. 

Le premier d’entre eux, pour les étudiants, c’est évidemment l’ordinateur surtout en ce moment, avec les cours en visio qui ont tendance à devenir la norme, et mettent en difficulté les ordinateurs en fin de carrière. Ainsi, Dell ou Lenovo accordent jusqu’à 20 % de remises sur leurs portables. Acer, 15 %. Apple, 10 %. Chez Huawei, la remise est exprimée en euros : elle va de - 200 à - 500 euros sur les Matebook X, en fonction du modèle.

Si c’est d’un nouveau smartphone dont vous avez besoin, car c’est aussi un outil de travail, Samsung offre - 15 %, Apple, - 10 %. Des éditeurs de logiciels comme Adobe proposent également des remises réservées aux étudiants et aux enseignants. 

D’autres produits en apparence moins essentiels à l’éducation peuvent également bénéficier de remises spéciales, comme par exemple, des articles de sport ou tout simplement des vêtements.Pour bénéficier de ces tarifs spéciaux, cherchez la page “éducation” sur le site de la marque dont vous voulez acheter un produit. Sinon, rendez-vous sur Unidays qui référence plusieurs dizaines d’offres, et facilite l’accès au tarif éducation en se servant tout simplement de votre adresse e-mail pour certifier que vous y avez bien droit.

A demain !

18 novembre 2020